Ligue1 algérienne-USM Alger: Zeghdoud évasif sur son avenir    Le Président Tebboune visite le siège du MDN    Entre indifférence et inconscience    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Deux terroristes neutralisés, un autre s'est rendu en mai dernier    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    Le RND dénonce les campagnes d'information tendancieuses des médias français contre l'Algérie    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Le procès de Karim Tabbou renvoyé au 29 juin    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    La sanction infligée à l'émission "Insahouni" d'Ennahar TV réduite à une suspension provisoire    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    Mila : 73 enfants victimes de violences depuis le début de l'année    On vous le dit    Un webinaire interactif pour la région Mena    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Sidi Bel Abbès: Plus de 400 kg de viande issue de l'abattage clandestin interceptés    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    "La chloroquine a prouvé son efficacité" selon Benbouzid    Les plages algéroises interdites à la baignade    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La traduction comme pont linguistique
"Anna Gréki, juste au-dessus du silence", de Lamis Saïdi
Publié dans Liberté le 15 - 02 - 2020

Lamis Saïdi a présenté la traduction des recueils d'Anna Gréki, jeudi au centre diocésain des Glycines, afin de faire "revivre" l'œuvre de cette militante et femme de lettres.
Le centre diocésain des Glycines (Alger) a abrité jeudi une rencontre autour de la traduction des poèmes d'Anna Gréki, à la faveur de la publication de l'ouvrage Anna Gréki, juste au-dessus du silence (éditions Terrasses) de Lamis Saïdi.
Une telle initiative n'aurait pu se réaliser n'était la détermination de la poétesse, traductrice et autrice Lamis Saïdi, qui ressuscite la poésie de Colette Grégoire, dite Anna Gréki, dans une traduction en arabe de ses recueils Algérie, capitale Alger et Temps forts, publiés respectivement quelques mois après l'indépendance aux éditions Sned à Tunis et en 1966.
Mais qu'est devenu ce legs poétique plus de cinquante ans après la disparition de cette Algérienne d'origine européenne ? Sa poésie est quasi introuvable en Algérie, selon la conférencière, et c'est à cause, entre autres, de cette marginalisation et afin "de faire revivre" le cercle de nos poètes disparus (les Sénac, Djaout, Sebti, Amrani, Belamri…) que Saïdi a entrepris de traduire, aux éditions Terrasses, l'œuvre de la native de Menaa à Batna.
Il y eut aussi chez Saïdi une envie – un besoin peut-être – de "retrouver des textes poétiques précurseurs d'un courant de modernisme, qui aurait fait écho avec la révolution linguistique et poétique qui eut lieu dans le monde arabe au début des années 50". Au début de ses recherches, elle tombe sur une poésie en arabe mais bute sur le classicisme de celle-ci, qui n'a pas "évolué" esthétiquement parlant.
Bien sûr, dira Saïdi, "en termes de romans et littérature de récit, il y avait les Djebar, Dib, Yacine, etc. Mais en poésie, je me suis toujours arrêtée devant ce que je pensais être une absence de références poétiques modernistes. Je ne retrouvais pas ce courant moderniste en arabe et en français, mais notamment en arabe".
Et d'ajouter : "Je n'arrivais pas à retrouver des textes auxquels je pouvais adhérer esthétiquement." La découverte d'une tout autre poésie, celle de Gréki en l'occurrence, interpelle la poétesse qui lui trouve, en plus de son engagement et modernisme, de vraies qualités esthétiques. "Gréki a écrit une poésie complètement dépassionnée dans des conditions difficiles. Elle a connu l'emprisonnent, la torture et d'autres sévices. Elle a pu se distancier de ce moment chargé émotionnellement et créer une poésie sincère et sophistiquée."
Et à Saïdi de poursuivre : "Ce que j'appelle sophistiqué est une poésie qui puise dans l'émotion sans être sentimentaliste. On peut très bien puiser dans l'humain et la sincérité sans tomber dans un lyrisme superficiel." Et ce sont les articles de Gréki publiés dans les colonnes des journaux qui décide la poétesse à entreprendre la traduction de ses œuvres. Une traduction nécessaire, qui permettrait une "réconciliation" avec les langues, mais aussi pour faire revivre les grandes œuvres nationales. "Il était très important de réaliser ce concept de «littérature de relais» pour reprendre Sénac. Je pense qu'on devrait traduire systématiquement parce que nous vivons dans des ghettos linguistiques ; l'arabophone ne lit pas le francophone, et vice-versa. Il est important de mon point de vue que l'Algérien s'habitue à cette réconciliation linguistique, la cohabitation entre le français, tamazight et l'arabe."


Yasmine Azzouz


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.