La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Hydroxychloroquine : The Lancet prend ses distances avec son étude controversée    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Un déni français    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Librairie «Le 88» à Alger : Chaleureux hommage à Anna Greki
Publié dans El Watan le 12 - 06 - 2017

La toute première rencontre littéraire de la librairie «Le 88» Didouche Mourad, ex-librairie Dar El Hikma qui a été rénovée, rouverte, rebaptisée et sise au siège de l'Union des écrivains algériens, a été étrennée par un hommage rendu à Anna Greki (1931-1966). Et ce, par Abderrahmane Djelfaoui, photographe, cinéaste et, justement, auteur de l'ouvrage intitulé Anna Greki : les monts d'amour, les mots de guerre, paru aux éditions Casbah (2016), Lamis Saïdi, poétesse et traductrice et le guitariste et chanteur musicien Bhar Bensalem. Abderrahmane Djelfaoui retracera le parcours d'une battante et combattante, d'une belle (Anna était d'une beauté divine qui ne laissait pas la gent masculine indifférente) et rebelle.
Une Algérienne jusqu'aux bout des ongles. Fille des Aurès. De son vrai nom Anna Colette Grégoire, Anna Gréki passe son enfance à Menaâ, dans les Aurès, où son père est instituteur. Elle effectue ses études primaires à Collo, secondaires à Skikda (alors Philippeville), mais interrompt ses études supérieures de lettres à Paris pour participer activement au combat pour l'indépendance de l'Algérie.
Institutrice à Annaba, puis à Alger, militante du Parti communiste algérien, elle est arrêtée et torturée en 1957, incarcérée à la prison à Serkadji (ex-Barberousse), à Alger, transférée en novembre 1958 au camp de Beni Messous puis expulsée d'Algérie. Son œuvre majeure est Algérie, capitale Alger , un recueil de poésie préfacé par un certain Mostefa Lacheraf.
Parcours d'une battante
Anna Greki est une personne qui occupe une place très importante dans la littérature… Sa vie est un conte de fée. Née le 14 mars 1931 de parents instituteurs, elle vécut dans un hameau, sur une montagne, à Menaâ, aux Aurès. Elle comprend le tamazight, le chaoui… Elle vécut aussi à Collo, une carte postale où elle découvrira les nomades du Sud algérien sur les plages… Elle fréquentera le lycée secondaire à Skikda et étudiera à la Sorbonne (Paris)… Et puis, un jour le regard de Sid Ahmed Inal croise celui d'Anna.
C'est le coup de foudre. Etudiante, elle croisera le «fer» avec une certain Jean-Marie Le Pen. En Algérie, soutenant et assurant le transit vers le maquis des fidayine, elle entrera dans la clandestinité. Mais elle sera arrêtée, torturée et jetée dans une cellule avec une femme, Nassima Hablal, la secrétaire de Larbi Ben M'hidi et croise le grand poète Djamel Amrani… C'est dans un milieu carcéral, malgré ce sombre et glauque univers, malgré les meurtrissures, elle se met à écrire, de la poésie.
C'est l'esquisse de ce qui deviendra Algérie, capitale Alger. Son écriture est saine, sincère, vraie, lumineuse.Un miracle. Donc, j'ai eu à reconstituer cette cellule où Anna a été incarcérée. J'ai rencontré des gens qui y ont vécu. La poétesse Lamis Saïdi, présentant Anna Greki, soulignera : «J'ai découvert un texte géant concurrençant n'importe quelle poésie universelle, de haute qualité. Où elle se réfère à Charles Baudelaire, Aimé Césaire…Dans le deuxième ouvrage, Temps fort, publié en 1966 à titre posthume, on sent un travail de recherche du style. Sa poésie mérite d'être traduite en arabe. Il faut rééditer Algérie, capitale Alger et Temps fort… ».
Des extraits issus de Temps fort et Algérie, capitale Alger ont été déclamés par Lamis Saïdi et Abderahmane Djelfaoui. Et le musicien Bhar Bensalem a accompagné ce récital de poésie avec un intermède mélomane en reprenant Oued Chouli tout un symbole de la cause révolutionnaire, de Novembre 1954.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.