Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    Ligue 2 : Les deux groupes connus    Mandat d'arrêt international contre le général Ghali Belkecir    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Algérie-EAU: la coopération bilatérale dans le domaine de l'énergie évoquée    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans : La planche... de salut d'une doyenne    Constantine : Bachir Benmohamed n'est plus    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    Ah ! La fine équipe !    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Reprise à la Pêcherie    Cauchemar    Tebboune met la pression sur les ministres    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Ce n'est pas moi qui le dis !    Maqnine khéloui et coupleur sans pitié sur Ouedkniss.com !    On vous le dit    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Tébessa: Autre temps, autres gens...    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Le gouvernement Diab démissionne    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    Hausse des contagions au coronavirus en Europe    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





échange de prisonniers entre les belligérants au Yémen
L'accord a été conclu sous l'égide de l'Onu
Publié dans Liberté le 18 - 02 - 2020

Un accord a été conclu entre les belligérants au Yémen pour l'échange de prisonniers, considéré comme de grande envergure depuis le début en 2014 de la crise dans le pays. Les Nations unies ont annoncé dimanche que le gouvernement yéménite et le mouvement Ansarullah (houthis) étaient convenus d'un plan détaillé afin de procéder à un échange de prisonniers de grande envergure.
Après sept jours de réunion à Amman, la capitale de la Jordanie, les représentants des parties en présence ont décidé de commencer immédiatement à échanger les listes de prisonniers en vue de leur libération ultérieure, a indiqué l'ONU dans un communiqué.
"Il s'agit d'une étape vers la réalisation de l'engagement des parties à libérer progressivement tous les détenus liés au conflit, conformément à l'accord de Stockholm", ont précisé l'ONU et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).
Le nombre de prisonniers concernés n'est pas mentionné dans le texte, mais les houthis ont fait état de 1400 de leurs détenus appelés à être libérés. Le conflit au Yémen oppose le gouvernement reconnu par la communauté internationale, appuyé par une coalition militaire sous commandement saoudien, au mouvement Ansarullah.
Les belligérants ont accepté d'échanger 15 000 prisonniers dans le cadre d'un accord signé en 2018 en Suède sous l'égide de l'ONU, dont toutes les clauses n'ont pas encore été appliquées. "Il s'agit d'une mesure purement humanitaire qui doit être mise en œuvre sans délai, selon ce qui a été convenu en Jordanie", a indiqué le ministère yéménite des Affaires étrangères sur twitter.
"En vertu de l'accord récemment conclu en Jordanie, 1400 prisonniers, dont des Saoudiens et des Soudanais, seront libérés", a précisé un représentant des houthis, Mohammed Abdel Salam. Des soldats soudanais sont engagés au Yémen dans le cadre de la coalition militaire conduite par Riyad en appui au gouvernement yéménite.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.