NOS RIZIERES PLETHORIQUES    Tourisme: Des travailleurs contractuels en appellent à Tebboune    Le Coronavirus et nous, acte 3: Sur-urbanisation effrénée, exodes ruraux hémorragiques, mode alimentaire globalisé et crises sanitaires mondialisées et récurrentes (Suite et fin)    Sous la pandémie couve le nouveau monde    Jeux méditerranéens 2021: Les JM d'Oran officiellement reportés à 2022    Education: Les vacances scolaires prolongées au 19 avril    Bouée de sauvetage?    Dépistage du coronavirus: Les carences pointées du doigt    Covid-19 : Rapatriement des Algériens bloqués en Turquie dans deux ou trois jours    Président Tebboune : l'Algérie a été la première à prendre les mesures contre le coronavirus    Coronavirus: Une aide de 130 millions USD proposée à l'Algérie par la BM et le FMI    Ouverture d'un compte courant postal de solidarité pour les dons    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    L'Algérie face à un casse-tête    Des sanctions prévues…    9 nouveaux décès et 132 cas supplémentaires    Griezmann interrogé sur la polémique Benzema/Giroud    L'infrangible lien…    Le Président de la République s'entretient par téléphone avec son homologue turc    Les feuilles de l'automne    UNIVERSITE DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES D'ALGER : Reprise des cours le 5 avril via une plateforme numérique    COVID-19 : Ouverture d'un CCP de solidarité pour les dons    Aïcha Zinaï claque la porte du CNDH    Propagation du covid19-ANP: des instructions sur les dispositions préventives    Un navire battant pavillon des Iles Marshall impliqué dans le pillage des richesses sahraouies    Sahara Occidental: 139.000 t de poissons congelés exportés illégalement par le Maroc en 2019    Lancement des premières journées virtuelles du court métrage    Coronavirus: Feghouli fait un don pour un hôpital d'Istanbul    Le report des jeux méditerranéens d'Oran officialisé    Pétrole: le prix du Brent en hausse grâce à la reprise de la demande chinoise    "L'état de santé de Karim Tabbou s'améliore"    Déclaration    Vers une contribution financière et matérielle de la FAF    TV-6 de l'EPTV récupère des journalistes de Dzair TV    Une exposition virtuelle en temps de confinement    Une ode aux victimes de la décennie noire    L'Italie espère de bonnes nouvelles la semaine prochaine    LFP - Arrêt des compétitions: De redoutables conséquences pour les clubs    GMS Mercedes-Benz à l'arrêt    Hyundai GMI Al Djazair fermé temporairement    Zoubida Assoul parle de l'état de santé de Tabbou et Nekkaz    Covid-19 : Contribution financière du groupe parlementaire RND au Conseil de la Nation pour endiguer la pandémie    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    N'ASSUME SES MISSIONS Aïcha Zinaï claque la porte du cndh    Musique- Bob Dylan : Sortie d'une nouvelle chanson    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"
MOULOUD LOUNAOUCI AU CAFE LITTERAIRE DE TICHY
Publié dans Liberté le 22 - 02 - 2020

Le Dr Mouloud Lounaouci, l'un des principaux animateurs du Mouvement culturel berbère (MCB) d'Avril 1980, ainsi que l'ancien président de l'APW de Tizi Ouzou, Mahfoud Belabbas, ont animé, jeudi après-midi, au centre culturel Achour-Idir de Baccaro (Tichy), un café littéraire autour du thème "Un projet pour l'Algérie".
Lors de leurs interventions, les deux conférenciers sont longuement revenus sur l'historique de la révolution pacifique en marche qui célébrera, aujourd'hui, sa première année d'existence, avant d'esquisser les contours de la nouvelle république qu'ils espèrent voir naître le plus tôt possible. L'ancienne figure emblématique du MCB soulignera d'emblée que la date historique du 22 février 2019 aura permis au peuple algérien de "s'autonomiser" et de se libérer héroïquement du joug du pouvoir.
Abordant le bilan d'une année de mobilisation sans faille, l'ex-détenu du Printemps berbère affirme que la révolution du sourire a réussi à arracher des acquis non négligeables. "Depuis le déclenchement de ce processus révolutionnaire pacifique, le pouvoir chancelle, le système s'effrite et ses clans s'entredéchirent", a-t-il soutenu. Néanmoins, l'orateur estime que le hirak devrait penser à mieux s'organiser autour de ses élites, lesquelles sont appelées à fédérer toutes les initiatives politiques et à rassembler toutes les énergies œuvrant pour un changement démocratique en Algérie.
"Le concept de ‘peuplecratie' est une forme de populisme qui n'aboutit à rien. Il n'existe pas de nation moderne ni de République démocratique sans l'implication de l'élite et de partis politiques", a-t-il martelé, avant de déplorer qu'"au bout d'une année de manifestations, la marche du vendredi devient un rituel". Pour son coanimateur, Mahfoud Belabbas, ce rendez-vous hebdomadaire s'apparente plutôt à une "psychothérapie".
Afin d'accélérer la chute du régime, les deux conférenciers invitent les hirakistes à sortir des sentiers battus. Ainsi, le Dr Lounaouci plaide pour "une révolution de conscientisation du peuple, à travers l'école et la mosquée, considérées comme les meilleurs outils de refondation de l'Etat national et de la nation". Pour ce faire donc, explique-t-il, "il s'avère vital d'engager une réforme du système éducatif et de dépolitiser le discours religieux".
Car, selon lui, l'arabisation de l'enseignement et les différents programmes scolaires conçus au lendemain de l'indépendance n'ont qu'un seul objectif : "Médiocriser le peuple." Et d'ajouter : "L'idéologie arabo-musulmane est synonyme de soumission." Plaidant pour une démocratie moderne, progressiste et citoyenne, le Dr Lounaouci se dit persuadé qu'"il ne peut y avoir de démocratie sans citoyenneté".
Toutefois, il tient à préciser que "la majorité démocratique se doit de respecter les droits de la minorité". "Non à la tyrannie de la majorité !", a-t-il insisté. Par ailleurs, le conférencier reviendra sur la nature du régime algérien qui est basé, selon lui, sur l'Etat jacobin. "Le pouvoir algérien, qui s'inspire du modèle jacobin, est à la fois omnipotent et omniprésent. Aujourd'hui, il faut savoir qu'il n'y a que la France et ses anciennes colonies qui demeurent des Etats unitaires centralisés", a-t-il souligné.
Quelle alternative alors pour ce système politique qui a montré ses limites ? Le Dr Lounaouci préconise, à ce titre, "un Etat unitaire régionalisé", appelé aussi "Etat-régions". Un projet politique cher au Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) qui, de tout temps, a plaidé en faveur d'une "régionalisation modulable".
Selon le conférencier, hormis les fonctions régaliennes ( Défense nationale, Trésor public, diplomatie) qui seront du ressort de l'Etat central, représenté par un gouvernement national et un Parlement national, tous les autres pouvoirs seront confiés aux gouvernements et Parlements régionaux. Se projetant dans le futur, le Dr Lounaouci estime que l'Algérie de demain pourra jouer un rôle prépondérant dans une organisation supranationale qui regroupera l'ensemble des pays d'Afrique du Nord, une région anciennement appelée "Tamazgha".

K. OUHNIA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.