Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Extension du confinement partiel à toutes les wilaya et rallongement des horaires pour neuf autres wilayas à compter de dimanche    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    ORAN : Deux secteurs seulement pourvoyeurs d'emplois    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    MOSTAGANEM : L'Association Salsabil intensifie ses actions envers les établissements de santé    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    80 nouveaux cas confirmés et 25 nouveaux décès en Algérie    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    JM d'Oran: vers l'organisation d'un maximum de manifestations sportives pour tester les infrastructures    Covid-19: des aides financières au profit des artistes dont les activités sont suspendues    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    L'Unep mobilise les entreprises publiques    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Premier prototype de respirateur artificiel 100% algérien    Douanes : entrée en vigueur des mesures exceptionnelles    Boudouaou : Distribution défaillante du lait en sachet    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Wilaya de Tizi Ouzou : Les actions citoyennes solidaires se multiplient    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou
"Toudja mon beau village" de Aïssa Kasmi
Publié dans Liberté le 27 - 02 - 2020

La galerie d'art Ifru-Design a inauguré ce mercredi 19 février son cycle de rencontres littéraires avec la venue de l'auteur Aïssa Kasmi, qui a feuilleté pour l'assistance son livre Toudja mon beau village (éditions Imtidad et Atfalouna). Livre-mémoire, l'œuvre reflète le vœu de l'auteur d'opérer son retour à Aghbalou, où ruisselle la source de son enfance.
L'objectif est d'ensemencer dans les sillons de sa terre natale et nourricière le legs de sagesse que lui a fait l'existence. Ecrit d'un jet narratif qu'il a emprunté à l'Aïnseur et qu'il a stylisé à l'éloquence de l'enfant qu'il y a en lui, l'auteur y va à axxam aqdim (le vieux logis), qui était ce relais pour les résistants qui y trouvaient un bol de l'ben et un morceau d'aghrum aquran (galette kabyle).
Elevé à la dure, sa maman l'emmaillotait de langes qu'elle taillait dans les sacs de jute… Il y va au gré de sa mémoire sur l'itinéraire des anciens de "Toudja" qu'il adulait et qu'il encensait lorsqu'il gambadait dans le pré de son école buissonnière. D'où la doucereuse similitude que Aïssa Kasmi partage avec l'écrivain Marcel Pagnol (1895-1974) sur le sentier bucolique où l'un et l'autre avaient ouvert leur cahier de souvenirs d'enfance à La Gloire de mon père (1957).
À ce propos, les enfants de Toudja s'identifiaient qui à leur père, qui à leur grand-père et que l'auteur a immortalisé au "panthéon" de ses annexes, au nombre de 13 : "À 17 ans, j'ai fui le ciel de Toudja rougi au napalm et j'ai marché jusqu'à Aïn-Benian (ex- Guyotville) où j'ai été arrêté et écroué à l'ancien Casino de la Corniche de Raïs-Hamidou (ex-Pointe-Pescade) et soumis à la ‘question' à l'immeuble de triste mémoire sis à El-Biar, au 94, avenue Georges-Clémenceau, l'actuelle Ali-Khodja, où m'a précédé Harry Salem dit Henri Alleg (1921-2013) et où fut défenestré l'avocat Ali Boumendjel.
J'ai été libéré à l'aide de l'optimisme béat de mon tortionnaire qui m'exhibait à la face le journal illustré de la photo des dépouilles des colonels Amirouche Aït Hamouda (1926-1959) et Ahmed Ben Abderrazak Hamouda dit Si El-Haouès (1923-1959) en criant : ‘Vos chefs sont morts !
C'est la fin de la rébellion.'" Et d'El-Biar, le destin l'a conduit à l'oasis du Papa bonheur (Bou-Sâada) de la Wilaya VI. Et puisqu'on est encore dans la Journée du chahid, l'auteur y énumère le contingent de 556 martyrs de la glorieuse Wilaya III qui ont "irrigué de leur sang la terre de Toudja et celle d'Iguelliden (rois) Syphax, Gaïa et Jugurtha", a-t-on su de l'orateur.
Outre cela, l'auteur a dressé 52 illustrations à l'effigie de nos chouhada, que l'auteur a identifiés à l'index mémoriel et aux témoignages recueillis ici et là. Pour une première, l'œuvre de Aïssa Kasmi en est une et fait œuvre utile pour l'historien : "J'ai dressé 116 portraits d'anonymes petites gens qui ont fait l'actualité sociale et économique de Toudja", a conclu l'auteur.
Mais pas que, du fait que l'eau n'est pas en reste, eu égard à l'historique aqueduc romain bâti en l'an 152 après J.-C. pour que l'eau ruisselle de la source de Toudja (El-Aïnser) jusqu'à Saldae (Bougie), soit une distance de près de 20 km. Mais on n'en dira pas plus, si ce n'est de lire le livre de Aïssa Kasmi, qui narre l'autre épopée qui fait la notoriété de Toudja, en l'occurrence son musée de l'eau. À noter que la rencontre littéraire a été modérée par Amel Bara Kasmi.

LOUHAL Nourreddine
Toudja mon beau village de Aïssa Kasmi,
éditions Imtidad et Atfalouna, 310 pages, 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.