Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien…
7e partie
Publié dans Liberté le 03 - 03 - 2020

Résumé : Houari demande Samira en mariage. Elle veut réfléchir à la question. Ils se donnent rendez-vous à midi pour déjeuner ensemble. En attendant, elle se rend à l'école. Rahima lui remet les dossiers pour qu'elle puisse y jeter un coup d'œil. Samira s'attarde sur les dossiers des enfants qu'elle adore. Quand elle tombe sur celui qu'elle cherche, elle se sent mal. Rahima remarque son visage fermé et grave. Samira est sourde à tout ce qui l'entoure.
- Samira, dis-moi ce que tu as.
Celle-ci sursaute lorsque Rahima pose la main sur la sienne.
- Je m'excuse, je ne voulais pas t'effrayer, dit-elle. Si tu as fini, je voudrais reprendre les dossiers. Je n'ai pas dit que c'était pour toi. Tu ne fais pas partie de l'administration. Même si c'est un simple coup d'œil, je pourrais avoir des problèmes.
- Fais vite. Tu as pris trop de temps.
- C'est bon. Ne t'inquiète pas. J'ai fini, la rassure Samira en remettant les dossiers en ordre avant de les lui donner. Merci pour ton aide. Je ne l'oublierai jamais.
- Oh, ce n'est rien. As-tu trouvé ce que tu cherchais ?
Lorsque Samira relève la tête vers elle, elle remarque sa pâleur, la tristesse de son regard et s'en
inquiète.
- Oui.
Elle soupire à fendre l'âme. Rahima pose la main sur son bras et la secoue doucement.
- Samira ? Qu'est-ce qui ne va pas ? demande-t-elle, très inquiète pour son amie. Tu sais que tu peux compter sur moi. Que se passe-t-il ?
- Je me sens mal.
- Tu m'inquiètes ! C'est grave ? Est-ce que je peux t'aider ? insiste Rahima.
Les yeux dorés de la jeune femme reflètent tant de tristesse et de regret que l'inquiétude de son amie s'accroît. La gorge nouée par l'émotion, elle ne peut dire un mot. Samira fait juste un petit signe de négation et les larmes se mettent à couler. Elle pleure à chaudes larmes.
- Je t'en prie. Confie-toi à moi. Laisse-moi t'aider. Tu sais que tu peux compter sur moi.
La compassion sincère de Rahima fait hésiter un instant la jeune femme. Elle reprend sa respiration, puis ouvre la bouche. Quand elle parle, sa voix est presque inaudible. Elle lui montre une photo.
- Regarde bien.
- C'est la nouvelle, Radia.
Samira ouvre le fermoir de son sac et en sort un petit portefeuille et une petite photo en noir et blanc. Elle la remet à Rahima qui fronce les sourcils en la regardant. Le portrait d'une petite blonde aux grands yeux clairs. Rahima l'examine un instant. Elle ne comprend pas.
- Comment se fait-il que tu aies la photo de Radia dans ton sac ?
Les photos sont presque identiques. Les lèvres de Samira se mettent à trembler.
- Ce n'est pas Radia, mais c'est moi ici. Et celle-ci de Radia au même âge.
Rahima examine les photos de plus près et n'en revient toujours pas.
- Mais c'est incroyable, une telle ressemblance.
Elle est interrompue par un sourd gémissement. Quand Rahima relève la tête pour regarder son amie, elle la voit se tenir la tête entre les mains.
- Samira, je t'en prie. Ne pleure pas, mais qu'est- ce qui t'arrive ?
- Oh, Rahima, si tu savais. J'ai fait des erreurs dans ma vie. Je regrette tellement de choses.
- Viens, sortons. On va discuter ailleurs. Pars devant. Attends-moi dans la cour, lui dit Rahima. Je vais remettre les dossiers à leur place et je te rejoins tout de suite.


(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.