Ammar Belhimer reçoit Issad Rebrab    Lancement d'une application permettant aux retraités de connaître le jour de virement de leurs pensions    Coronavirus : 585 nouveaux cas, 315 guérisons et 12 décès en Algérie durant les dernières 24h    Tentative d'agression à l'hôpital de Bouira : 2 personnes sous mandat de dépôt et 5 autres sous contrôle judiciaire    Le SG de l'OPEP souligne les efforts de l'Organisation et ses alliés pour la stabilité du marché    Football / Algérie : la FAF approuve la mise en place d'un collège technique national    Ministère de la Communication: renforcer la coopération sur la base du référent religieux national    Au moins 12 morts dans des combats opposant l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Les troupes américaines se retirent de cinq bases    Elyes Fakhfakh présente sa démission    Mahieddine Tahkout condamné à seize ans de prison et tous ses biens confisqués    Entre conditions sanitaires, économiques et raison d'Etat    Reprise samedi prochain    Dites Oui et nous serons heureux !    Installation d'un nouveau chef de Sûreté de wilaya    Le confinement partiel reconduit au 27 juillet en Algérie    Les éleveurs réclament des points de vente des moutons    La double peine !    Le FCE appelle à la refonte du système bancaire    Un portrait à l'effigie de Mohamed El Badji    Carlos Gomes et ces Européens qui ont marqué l'Histoire du football en Algérie    La culture et l'entreprise    Fête de l'indépendance : le Président Tebboune reçoit de nouveaux messages de vœux    M'sila: placement sous mandat dépôt de deux jeunes pour agression sur le personnel de l'EPH Ain El Melh    L'infrangible lien...    Le NAHD saisit le TAS    L'énigme Bouchouareb    Lancement officiel d'un Guide de protection des enfants en ligne    "La décennie 2020 sera celle de l'automobile"    Sahara occidental : le MRAP appelle l'ONU à porter une attention particulière aux violations systématiques du Maroc    Tout savoir sur les promotions de Peugeot    La tension monte entre Washington et Pékin sur Hong Kong    Les bénéficiaires reviennent à la charge    3 personnes décédées par asphyxie    Les guichets itinérants rétablis    Les habitants soulagés    Ouyahia, Sellal, Benyounès et Yousfi hospitalisés    La fille des Aurès    La femme qui embrasse les pieds de son homme !    "L'écriture se vit comme un rêve"    L'œuvre de Frantz Fanon à l'honneur à Avignon    Débat sur la Réforme constitutionnelle 2020    On vous le dit    La candidature de la Tunisie confirmée    MC Oran: Sonatrach entretient l'espoir    Skikda: Le P-DG du port, 28 fonctionnaires et 4 opérateurs économiques sous contrôle judiciaire    Comment écoper la mer avec une cuillère à café ?    Tebboune demande l'élaboration d'une loi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien…
12e partie
Publié dans Liberté le 10 - 03 - 2020

Résumé : Samira est prête à se battre pour avoir la garde de sa fille. Elle se sent mieux depuis qu'elle s'est confiée à son amie. Elle lui demande de l'aider à en savoir plus sur sa fille. Elle part, en se rappelant qu'elle devait déjeuner avec Houari…
Samira est restée longtemps à contempler les photos puis à penser au passé. Ses erreurs de jeunesse vont la poursuivre toute sa vie. Lorsqu'elle pense à la demande de Houari, elle se rappelle leur rendez-vous. Si elle était impatiente de le retrouver il y a quelques heures, ce n'est plus le cas maintenant.
Elle se doute bien que plus rien ne sera comme avant lorsqu'elle lui apprendra toute la vérité. Mais, en cet instant, elle n'a pas le courage de le faire.
Elle décide de prendre ses distances tant qu'elle n'aura pas la quasi-certitude que Radia est sa fille.
"Mon petit cœur, pense-t-elle en embrassant la photo. Un jour, nous serons réunies !"
Elle range les photos dans son sac et tombe sur son portable qu'elle n'avait pas regardé depuis le matin. Il était en mode silencieux. Il y a une dizaine d'appels manqués. Ceux de Houari et de Rahima.
Elle la rappelle tout de suite. Son amie était morte d'inquiétude.
- Mais pourquoi ne réponds-tu pas ?
- Je ne l'ai pas entendu. Je m'excuse. As-tu du nouveau ? Est-ce que tu l'as vue ? Comment va-t-elle ?
- Je ne l'ai pas encore vue, lui apprend Rahima. Mais j'ai parlé avec l'assistante sociale. Ce qu'elle m'a dit ne va pas te réjouir, mais on s'en doutait déjà. Le fait que tu ne sois pas mariée, que tu n'aies pas une situation stable jouera en ta défaveur.
- Mais c'est ma fille.
- Tu l'as abandonnée et elle est de nouveau une pupille de l'Etat suite au décès de sa mère adoptive. Ecoute, je te conseille de retourner récupérer ta lettre de démission. Elle doit encore être au secrétariat.
- Ah non ! Plus jamais je ne travaillerai à l'hôpital ! Je vais chercher ailleurs. Il doit bien y avoir un cabinet médical où je pourrais travailler, dit Samira. Tu sais quoi, je passerai l'après-midi à faire la tournée des cabinets.
- Samira, tu devrais m'écouter. Ressaisis-toi. Va récupérer ta lettre de démission et prends quelques jours de congé pour te reposer et passer à autre chose.
- Non, je suis décidée. Je ne reviendrai pas sur ma décision.
- Ce que tu peux être têtue ! s'écrie Rahima. Mais bonne chance.
Samira raccroche. Elle pense à ce que son amie lui a dit. Rahima n'a pas vraiment tort. Elle devrait retourner à l'hôpital et voir si sa lettre de démission n'a pas été envoyée. Mais en pensant à Houari avec qui elle risquerait de rompre s'il n'acceptait pas son passé, elle ne veut surtout pas travailler dans le même établissement que lui.
Elle ne supporterait pas de le voir vivre sa vie, en y étant exclue. La vie ne lui avait jamais fait de cadeaux. Enfin, jusqu'à hier. Le fait d'avoir retrouvé sa fille en est un. Elle doit mettre toutes ses chances de son côté. Sans stabilité, il lui sera impossible d'obtenir sa garde.
Samira décide de ne pas perdre de temps. Elle troque son tailleur pour un jean et une chemise. Elle met des basquettes et prend son sac. D'un pas déterminé, elle s'en va chercher un nouveau travail. Elle se rend d'un cabinet à un autre. On lui dit de laisser son numéro au cas où on aurait besoin d'une remplaçante. Au moment où elle commence à désespérer, en passant devant une pharmacie, elle aperçoit une offre d'emploi. Un centre de rééducation a ouvert ses portes et recrute des infirmières, des secrétaires médicales.
Elle prend note de l'adresse et du numéro de téléphone. Le centre étant situé dans le quartier voisin, elle arrête un taxi et donne l'adresse. Elle prie en son for intérieur pour qu'il y ait un poste libre…

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.