Ligues 1 et 2: 23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Migration clandestine: l'approche algérienne dans le traitement du phénomène présentée    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Covid-19: le Premier ministre déplore la négligence de certains citoyens à se protéger    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    On vous le dit    Selon une étude sur la covid-19 : L'immunité du corps pourrait disparaître en quelques mois    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    Tebboune, dans un entretien à un journal français: Mémoire, apaisement et «transition»    Equipe nationale: Le baromètre des Verts    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    Un audit profond ordonné: Sonatrach passe au peigne fin    Convention Algérie Poste-CNR: Un nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Et si Sylvia Browne avait vu juste ?    Alors que 283 nouveaux cas ont été enregistrés en 6 jours: Plus de 1.500 patients guéris du Covid-19 ont quitté les hôpitaux    Installation d'équipements de jeux dans les jardins: Une vingtaine de sites retenus par la commune d'Oran    Tebboune reçoit un appel de Poutine    Tebboune remet les pendules à l'heure    Le confinement durci dans 9 communes    L'Association des Oulémas favorable au sacrifice    Chanegriha met l'accent sur l'impératif d'adopter des critères objectifs lors de la désignation dans les postes et les fonctions    Ahmed Ouyahia transféré au CHU Mustapha Pacha    Une base militaire à nos frontières est une escalade    RESERVES ENERGETIQUES : Le président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    LE PREMIER MINISTRE A SIDI BEL ABBES : ‘'Encourager l'implication des jeunes dans le travail''    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : Un déficit de 68000 milliards de centimes à la CNR    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    Ali Ghediri entame une grève de la faim    Le FFS pourrait quitter le PAD    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Vladimir Poutine    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Les offrandes de Mahrez    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Fête de l'indépendance: le Président Tebboune reçoit les vœux des présidents de plusieurs pays    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La BD au secours de l'environnement
"Akkey, le jugement des animaux" de Mend Bizmar et de Simon Mbumbo
Publié dans Liberté le 18 - 03 - 2020

Akkey, le jugement des animaux (éditions Toom, 2019) est une bande dessinée d'aventure et d'action narrée aux bulles pétillantes du dessinateur Simon Pierre Mbumbo, qu'il a adaptée du scénario de Mohamed Naït Kaci, dit de son nom de plume "Mend Bizmar". Un pseudonyme qu'il a emprunté à son grand-père M'hand, qui était le sosie du chancelier Otto von Bismarck (1815-1898). "Le texte Akkey, qui signifie terre en tamazight, date de vingt ans (1997). Et c'est au hasard d'une rencontre avec le bédéiste camerounais Simon Pierre Mbumbo au Fibda que mon texte a été enfin adapté en 2018 dans la collection Kush.
Et de France où il a fait une timide apparition, Akkey s'est illustré au salon de la BD à Genève", nous a confié ce natif de Fréha (Tizi Ouzou). S'agissant de l'intrigue, celle-ci revêt le sceau pédagogique eu égard à l'aspect historique que lui a conféré le scénariste Mohamed Naït Kaci, qui convie le lecteur à une excursion au cœur de l'immensité désertique du Kalahari, ce dernier sanctuaire des Bushmen de l'Afrique. En vacances dans le désert du Kalahari, Kriss se rafraîchissait au bord des fleuves Zambèze long de 2 750 km et Orange long de 2 160 km qui irriguent le Botswana ainsi que la Namibie. D'où l'inexactitude du mot désert qui est inadapté à l'image luxuriante de Kalahari, où fructifient en réalité la flore et la faune.
En ce lieu que la Namibie et l'Afrique du Sud ont en partage, les animaux vivaient en idéale harmonie avec la nature et ce, jusqu'au jour où l'homme, ce prédateur en tenue de brousse, a pointé du bout de son fusil ce brin de paradis : "Le Kalahari, un des ultimes refuges, sanctuaire pour de grands animaux en voie d'extinction." Subjugué, Kriss y fouille de sa paire de jumelles la pluralité humaine, où l'avaient précédé l'Afrikaners puis ce pionnier blanc de Boers qui s'étaient incrustés par le feu et le sang dans "une région si vierge où vivaient le Boshimans, le Bantou Himbas et l'Ovambo".
Et, depuis, l'occupant et l'opprimé se partagent dans l'iniquité "un havre de paix où l'atrocité des conflits fomentée par l'avidité des hommes de toutes nations y déversent leur fiel et attisent la haine". Mais n'est-il pas lui-même l'héritier de l'économiste des Lumière Adam Smith (1723-1790) ? Et à l'issue de son safari de reconnaissance à "Akkey", Kriss décide d'ensevelir ce lieu de délice sous l'épitaphe d'un hideux "camping paradis" en faisant fi de la désapprobation de son père Gary. "Mon fils, l'argent n'est pas tout dans la vie et il ne te sera d'aucun secours à toi et à tes actionnaires lorsque tout sera pollué ici-bas !" Quant aux planches, le "strip" et la "case" augurent l'esthétique des décors qu'il y a dans les plans panoramiques et le plan général. "Notre rencontre date du Fibda 2010, où Mend Bizmar m'a présenté son texte de vingt pages qui avait l'allure d'un roman que j'ai adapté avec le concours d'un scénariste", a déclaré Simon Pierre Mbumbo, qui est diplômé de l'Ecole des Beaux-Arts d'Angoulême et cofondateur en France du groupe "L'Afrique dessinée".
Du reste, l'aventure de la BD entre Mend Bizmar et Simon Mbumbo n'a rien à envier aux formes des dessins de félins de Kalar (éd. Imperia) du dessinateur espagnol Tomás Marco Nadal (1929-2000). Pour conclure, "vous verrez dorénavant d'un autre œil l'hyène qui n'est pas aussi charognard que ça, puisqu'elle nettoie la forêt des restes de repas d'autres félins", comme le fait de nos jours l'éboueur pour le pollueur de nos villes.
Donc et "à travers Kriss, c'est l'être humain qui est jugé pour ses actes malveillants envers notre bonne vieille terre", lit-on en quatrième de couverture.


Louhal Nourreddine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.