Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Covid-19: l'affaire de l'organisation d'une soirée à Oran devant le juge d'instruction    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    Covid19: 140 nouveaux cas, 148 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Théâtre d'Oran: "Qitar Eddounia", nouvelle production pour enfants    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    l'Algérie poursuivra l'utilisation du protocole thérapeutique à base de chloroquine    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Mascara: 6 malades guéris du Covid-19 quittent l'hôpital    Une fillette tombe du 3ème étage d'un immeuble    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les habitants de la cité Makhat protestent    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Karim Tabbou souffre d'une paralysie partielle"
ses avocats répondent au parquet GENERAL et au CNDH
Publié dans Liberté le 28 - 03 - 2020

Le collectif d'avocats persiste et signe : "Le comportement du président de l'audience est une atteinte flagrante aux droits constitutionnels des justiciables et un dépassement intentionnel des droits constitutionnels de la défense".
La défense de Karim Tabbou, jugé en appel dans la précipitation mardi et dont le procès a été entaché de "graves violations" persiste et signe : l'homme politique a eu un malaise après l'insistance du juge, président d'audience, de le juger de "force", en refusant sa demande constitutionnelle et légale de la présence de ses avocats qui, faut-il sans doute le rappeler, ont été tenus dans l'ignorance de la tenue du procès. "Devant l'insistance du juge, président d'audience, de le juger de force, Karim Tabbou, soumis à une terrible pression, a eu un malaise et s'est évanoui dans la salle d'audience.
Le président de l'audience décide alors de lever la séance et ordonne son transfert à l'infirmerie de la Cour", relate le collectif des avocats dans un communiqué publié tard dans la soirée de jeudi. Et contrairement à la version du parquet, les avocats de la défense n'ont pas demandé le "report", mais la présence de leur client au procès, disent-ils.
Sans existence du jugement de première instance, non établi par le tribunal, pièce maîtresse dans le dossier, et sans la présence du prévenu "qui était dans une situation catastrophique", le président de l'audience prononce le verdict, rapporte encore le collectif. Le lendemain, soit mercredi, des avocats, détaille le communiqué, se sont rendus à la prison de Koléa pour s'enquérir de l'état de santé de Karim Tabbou. "Après une longue attente et des informations contradictoires sur l'état de santé de Karim Tabbou, on les a autorisés à le voir à 16h45 pour une durée de 20mn.
Ils ont pu constater, de visu, une paralysie partielle du côté droit (visage, bras et pied), conséquence de la pression artérielle", note le texte. "Le comportement du président de l'audience est une atteinte flagrante aux droits constitutionnels des justiciables et un dépassement intentionnel des droits constitutionnels de la défense, des principes de la justice et une violation des conventions internationales ratifiées par l'Algérie", dénoncent les avocats. Mais peu avant leur communiqué, le parquet général, visiblement contrarié par la tournure et l'ampleur prises par les événements et les réactions en cascade à ce procès qui a suscité un tollé, a indiqué que Karim Tabbou "n'a pas été victime d'un AVC" lors du procès.
Pour les avocats, le parquet a "publié un communiqué rapportant des faits trompeurs et erronés pour égarer l'opinion". "Il (le parquet, ndlr) évoque avoir ordonné le transfert de Karim Tabbou à l'infirmerie au motif que celui-ci a affirmé que sa santé ne lui permettait pas d'être jugé. Or, il a refusé d'être jugé en l'absence de ses avocats. Et contrairement à ce qu'il dit, la défense n'a pas demandé le report, mais uniquement la présence de son client", fustige le collectif. Il descend également en flammes la réaction du CNDH qu'il qualifie de "honteuse". "Une honte qu'il publie un communiqué en opposition avec les principes et textes qui régissent les droits de l'Homme et en opposition à l'instruction du ministre".
Les avocats ne manquent pas de promettre de "poursuivre les responsables" des "graves dérives" constatées lors du procès. "La responsabilité incombe au président de la Cour, à celui de la cinquième chambre et au parquet de tout ce qui peut arriver à notre client sur le plan physique et moral", assènent-ils, en assurant demeurer mobilisés "pour dénoncer les dépassements et les violations".
Au milieu de ces échanges, le frère de Karim Tabbou tente de rassurer : "Même si sa santé s'est améliorée, sa prise en charge urgente est nécessaire."



Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.