"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



RSF : "C'est une atteinte aux droits fondamentaux et une mise en danger"
Le journaliste Khaled Drareni a été transféré à la prison de Koléa
Publié dans Liberté le 01 - 04 - 2020

Quelques jours après sa mise en détention, le journaliste Khaled Drareni a été transféré de la prison d'El-Harrach, où il était en isolement, à la prison de Koléa. Pendant ce temps, les réactions internationales se multiplient contre cette arrestation.
Ainsi, l'organisation Reporters sans frontières estime que les autorités algériennes ont "profité" de la "vacuité des rues" due au confinement pour emprisonner le journaliste, correspondant algérien de cette ONG. "Le Covid-19 semble être considéré par un régime autoritaire réticent au pluralisme comme une aubaine. Les autorités algériennes profitent de la vacuité des rues pour remplir les prisons, ce qui relève d'un cynisme étrange", écrivent en effet Christophe Deloire, secrétaire général, et Souhaieb Khayati, directeur du bureau Afrique du Nord de RSF dans un article envoyé à Liberté.
Les deux responsables disent "craindre" pour la "sécurité physique" de Khaled Drareni et rappellent que "dans cette période de crise sanitaire, où le rôle des journalistes est primordial dans la lutte contre la désinformation, cette incarcération est une atteinte aux droits fondamentaux, doublée d'une mise en danger". Ils rappellent également que le journaliste n'a fait "que son travail". Khaled Drareni "s'est distingué par sa couverture du soulèvement citoyen", écrivent les deux responsables.
Tout en rappelant les engagements des autorités algériennes à respecter la liberté de la presse en Algérie, RSF accuse les "détenteurs du pouvoir" en Algérie de "tirer les ficelles de la justice". "Les autorités algériennes font preuve d'un mépris stupéfiant des libertés, en incarcérant un journaliste qui ne fait que son métier dans des conditions déplorables et, de surcroît, en pleine épidémie", note le document. "Nous lançons aujourd'hui un appel solennel pour que le régime algérien ressente la pression internationale de l'indignation et de la protestation", soulignent les deux responsables de RSF.



Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.