Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Quatre personnes interpellées à Laghouat et Tiaret pour trafic de drogue et contrebande    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Niger: 1,6 millions d'enfants vulnérables touchées par des crises humanitaires    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Déconfinement à multiples risques    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Il n'a pas d'arc-en-ciel la nuit    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le Care critique les choix du gouvernement    Le pompage de l'eau prévu pour la fin du mois    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    Les travaux s'éternisent    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Trafic de drogue, 2 arrestations    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Un déni français    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers
Lutte contre le Coronavirus
Publié dans Liberté le 05 - 04 - 2020

Ils estiment que le gouvernement doit prendre les mêmes mesures que le Portugal, en donnant aux migrants en situation irrégulière le droit d'accès aux soins et aux aides financières.
Un appel vient d'être lancé par des parlementaires français pour la régularisation, pendant la pandémie de coronavirus, des étrangers en situation irrégulière. L'appel initié par François-Michel Lambert du groupe Libertés et Territoires (mouvement écologiste) à l'Assemblée nationale française a obtenu jeudi dernier le soutien de plus d'une dizaine d'élus qui représentent l'aile gauche de La République en Marche, d'Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, de Fabien Roussel et de Marie-Georges Buffet du Parti communiste et de Loïc Prud'homme, du mouvement des Insoumis.
Deux ex-LRem, Jean-Michel Clément et Sandrine Josso, font également partie des signataires. Les députés demandent au gouvernement Macron de prendre les mêmes mesures que le Portugal, qui a décidé ces derniers jours de régulariser les sans-papiers pendant la durée de l'état d'urgence sanitaire, pour freiner la propagation du coronavirus. Ils réclament que les sans-papiers obtiennent, comme au Portugal, le droit d'accès aux soins et aux aides financières, soulignant qu'il s'agit d'une "mesure de salubrité publique qui protège tous les habitants". Les parlementaires ont notamment mis l'accent sur "la situation dramatique des sans-papiers et des sans-abris".
Ils estiment, à cet égard, que la crise sanitaire actuelle "rend encore plus cruciale" la prise en charge de ces catégories de la population. Dans une interview au site de Radio France Bleu, François-Michel Lambert est allé plus loin en affirmant que la régularisation des sans-papiers est "une question de vie ou de mort". "Ces hommes et ces femmes sont entrés illégalement dans notre pays. Aujourd'hui, ils portent le risque du Covid-19 tant pour leur santé que pour la propagation du virus. Il est urgent de les intégrer dans les systèmes de prévention et de soins", a indiqué le député.
Selon lui, entre 100 000 et 200 000 personnes sont en situation irrégulière en France. "Par principe, on ne leur donne pas la possibilité d'accéder à l'hôpital. Ils doivent se cacher et on ne sait pas où ils se déplacent. Le risque et très important tant pour eux que pour la population française", a ajouté Jean-Michel Lambert. Anticipant l'hostilité des Français à une éventuelle mesure de régularisation, il considère qu'une démarche de cette nature sert l'intérêt général. Le parlementaire a par ailleurs fait remarquer que les autorités n'hésitent pas à faire appel aux sans-papiers quand ils en ont besoin. Il a notamment cité la préfecture de Seine-et-Marne, qui vient de demander aux migrants d'aller ramasser les productions maraîchères pour pallier le manque d'effectifs. Parmi les sans-papiers disséminés dans toute la France, on compte de très nombreux Algériens.
La réduction drastique de l'activité économique dans le pays, pour cause de confinement, a fait perdre à la plupart leur gagne-pain. Depuis plusieurs jours, des associations humanitaires et d'aide aux migrants, comme le Secours catholique et la Cimade, alertent sur la situation dramatique des personnes en situation irrégulière. Le Secours catholique fait savoir que beaucoup de personnes ne veulent pas se rendre sur les sites de distribution des colis alimentaires, par peur d'être appréhendés par la police.



De Paris : Samia Lokmane-Khelil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.