Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Elections, ANP, économie nationale: Tebboune s'explique    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Relance des enquêtes ménages à Aïn El Turck: Les mal-logés crient leur désarroi    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    La brindille que tu méprises t'éborgnera    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une fake news fait flamber les prix    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    La 2A devient GIG-Algeria    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les personnels soignants toujours au front à Biskra
Face à une épidémie qui continue de sévir
Publié dans Liberté le 14 - 05 - 2020

Il n'est pas vain de rappeler qu'ils se sont, dans leur grande majorité, isolés de leurs familles pour un seul mot d'ordre, celui de lutter sans relâche, avec les moyens du bord, contre l'épidémie de coronavirus qui continue de sévir à Biskra, comme partout ailleurs dans le pays.
Dr Khaled Khelil, premier responsable chargé des prélèvements biologiques pour le diagnostic du coronavirus ; Lamri Azzi, chef du service Covid-19 ; Djamel Ouamane, coordonnateur entre les différents laboratoires de l'hôpital ; Djamel Serraï, TSS ; Nedjma Reddas, infectiologue, et bien d'autres, sont au chevet des patients atteints de coronavirus, hospitalisés à Hakim-Saâdane.
"Nous éprouvons un plaisir sans égal à chaque fois que l'on se rapproche de nos malades, quand bien même certains feraient des farces, appelant pour des soins, pour une injection intraveineuse ou intramusculaire, un contrôle de température corporelle, ou encore pour une poche de chlorure de sodium mal placée", témoignent-ils à l'unanimité.
"Lorsque je retourne au lieu de confinement après les heures de travail, je ne peux me sentir à l'aise sans appeler pour me renseigner sur l'état d'un patient quelconque ou donner des conseils précis", nous dit le Dr Khaled Khelil, lequel s'étale dans les détails concernant l'état dans lequel se trouve l'hôpital le plus important à Biskra en termes de prise en charge des cas testés positifs au corona.
Concernant les conditions dans lesquelles s'effectue leur mission, notre interlocuteur juge qu'"elles sont tout de même acceptables". La même personne, pas du tout pessimiste, tient à rassurer la population d'une maîtrise complète de la situation : "Le nombre de cas positifs au coronavirus, qui est en légère escalade, n'est nullement inquiétant, du fait que le pire est déjà passé.
Chaque jour qui passe, un bon nombre considérable de malades quittent l'hôpital en parfaite santé, et le nombre de décès des suites de cette épidémie est toujours autour de 6 cas depuis quelques jours, ce qui est un bon signe annonciateur de disparition de la maladie dans probablement peu de semaines." Et d'ajouter : "L'hôpital Hakim-Saâdane était submergé de malades. Maintenant, avec l'ouverture d'autres services dans des régions manifestement considérées comme foyers du Covid-19, la situation est bien gérée et l'on s'occupe comme il se doit de tous les cas que nous avons."
À propos de la conduite à tenir face aux sujets suspects, l'interlocuteur précise : "Nous sommes formés pour faire face à cela avec le matériel nécessaire dont on dispose, nous procédons à la technique du prélèvement nasopharyngé, nous envoyons les échantillons prélevés au CAC (Centre anti-cancer) de Batna, puis nous recevons les résultats quelques heures après."
Au sujet d'une éventuelle mise en place d'un laboratoire de dépistage de ce type de pathologie, le Dr Khaled note à ce titre : "Nous attendons toujours la mise en place du laboratoire de biologie moléculaire dans la wilaya de Biskra, mais les choses avancent. À cet effet, une délégation représentant les médecins de Biskra a été reçue hier par le wali et, si tout va bien, nous pourrons l'avoir dans 3 ou 4 semaines.
Et c'est à l'initiative d'un certain nombre de praticiens, en coordination avec les services de la DSP et de ceux de la wilaya, que le projet est en voie de réalisation." L'épidémie de coronavirus a vraiment mis à nu beaucoup d'insuffisances et d'imperfections accablant le secteur de santé dans sa globalité dans le chef-lieu de wilaya, mais également dans toutes les localités environnantes.
L'insuffisance de la capacité d'accueil des établissements hospitaliers publics, le manque de moyens matériels les plus importants pouvant assurer au mieux le suivi des patients, dont se plaignent à longueur de journée les équipes médicales, le nombre restreint de praticiens spécialisés, les réanimateurs, entre autres, et bien d'autres soucis majeurs constituent le nœud gordien.
Mieux informées que quiconque quant aux besoins énormes de Biskra en termes de santé, ces blouses blanches interpellent, à l'unisson, les élus locaux, leur demandant à rendre concrètes les promesses précédemment faites. Du côté des citoyens, leur question, qui demeure jusque-là sans réponse, est encore d'actualité : "À quand un CHU pour Biskra ?"

H. BAHAMMA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.