Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Mustapha Akmoune n'est plus    Horoya AC désapprouve le choix du Maroc    Les ligues commencent-elles à bouger ?    Boulevard de l'ALN : Insécurité dans les escaliers    Cité Souachet : Rareté du transport    Sidi Bel Abbès : L'APC en quête de nouvelles sources de financement    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    «Trari M'hamed était unique en son genre»    Saïd Chanegriha préside une cérémonie pour commémorer l'anniversaire de la fête de l'indépendance    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Décès du Général-major Hassen Alaimia, commandant de la 4e RM    Le dérisoire des murs    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    L'alimentation en eau renforcée    CHU d'Oran: Une victime du Covid-19 enterrée à la place d'une autre    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    Un moment historique    La fin justifie les moyens ?    Les gens de mon douar    Les contaminations toujours en hausse    Reprise des cours le 23 août    Les grandes annonces de Abdelmadjid Tebboune    Funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    L'infrangible lien...    Un jour sur la plage    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La scène, ce reflet de la société
Forum virtuel du Théâtre national algérien
Publié dans Liberté le 30 - 05 - 2020

Le Théâtre national algérien a organisé, sur sa page Facebook, un forum virtuel sous le thème "Théâtre et société, quels rapports ?", avec l'intervention de l'auteur et metteur en scène irakien Haïdar Abdallah Chatri.
Pour ce dernier, la scène est l'inéluctable rond-point autour duquel tournoie l'égaiement, source d'épanouissement du citoyen lambda. Plus qu'un lieu de relâche et d'interlude, la scène est aussi l'idéal lieu où s'instruit l'esprit et ou s'éclaire l'âme artistique de la famille, a-t-il ajouté.
S'agissant de l'apport du quatrième art à la société, l'orateur réfute l'idée qu'il s'agit d'embastiller ou d'embastionner la liberté de penser dans un moule de pensée unique.
Mieux, le théâtre ambitionne de diversifier la création pour qu'elle soit à la mesure de la diversité culturelle d'une société. Donc, et au-delà du fait qu'il soit récréatif, le théâtre est aussi l'école citoyenne où s'éduque l'homme de demain, a ajouté le tribun qui conseille d'inscrire la matière "théâtre" qui soit de préférence à fort coefficient dans l'emploi du temps scolaire de l'enfant.
C'est le rêve ! Mais quel est l'apport du théâtre pour l'éducation ? Ce à quoi l'orateur a répondu, outre qu'il est amusoire, le théâtre a aussi la particularité de moraliser la vie publique à l'aide de l'humour et d'autres "piques" qu'il adresse aux gouvernants.
Autant d'atouts qui favorisent le civisme sur la rustrerie dans la vie de tous les jours.
Toutefois, le théâtre s'interdit d'être ce faiseur d'opinion ou ce donneur de leçons, a ajouté le conférencier. Du reste, le théâtre est aussi vital que le pain, puisqu'il est vecteur de pédagogie et porteur de dialogue mais aussi d'échange lorsqu'il s'agit de témoigner à l'aide d'un message.
Au demeurant, et quand bien même il était éloquent lorsqu'il s'interprétait dans la société musicale El Moutribia (la mélodieuse) à sa naissance dans les années 1923 par le ténor Mahieddine Bachtarzi (1897-1986), le théâtre s'est avéré telle la passerelle pour aller à la rencontre d'un public délaissé dans l'apartheid colonial français.
Convaincu que le théâtre est cette caisse de résonance entre l'ancien ténor de l'opéra d'Alger et un public qu'il lui restait à créer parmi des femmes et des hommes qui ne savaient rien de la magie de la scène. Et c'est ainsi qu'il y a eu d'abord les matinées récréatives réservées à la gent féminine et ensuite l'éveil de l'Algérien pour l'amour du théâtre.
Et à ce clin d'œil à l'histoire, l'orateur a conclu que le théâtre est l'idéale tribune où se débattent les problèmes de l'heure. Alors, en attendant le déconfinement, il est permis de rêver aux trois coups au théâtre ce soir.
Louhal Nourreddine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.