Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    COVID-19 : le wali d'Alger exclut la possibilité d'imposer un confinement partiel aux communes de la wilaya    470 nouveaux cas confirmés et 8 décès en Algérie    La PCH instruite de distribuer les moyens de protection au personnel médical le plus tôt possible    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    ALGERIENNE DES EAUX (ADE) : Réception de 06 projets en juillet à Mostaganem    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION A MOSTAGANEM : 08 morts et 590 blessés au 1er semestre    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Khacef veut continuer à Bordeaux    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Sapta sommée de livrer le pont métallique Haouch-Messaoudi avant septembre prochain    Les 4 samedis    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    La reprise à nouveau renvoyée    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    L'exemple français    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    La France risque de perdre le marché algérien    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Cité des 100 logements sociaux de Bouisseville: Les habitants attendent le gaz de ville depuis huit ans    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les feuilles de l'automne
54e partie
Publié dans Liberté le 31 - 05 - 2020

Résumé : Farid apprend par son fils que sa femme Nadjette était au courant de son remariage avec une autre femme. Il se sentait coupable de voir son fils aussi malheureux.
Sofiane renifle et s'essuie les yeux :
- C'est bon papa, puisque tu dis que ce n'est pas vrai, je te crois sur parole.
Farid l'attire à lui :
- Apprends une chose mon fils : toi et Adila êtes tout ce que j'ai de plus précieux dans ce monde.
Jamais je ne vous abandonnerai.
- Nous t'aimons tellement, papa…
- Et moi bien plus que vous ne le pensez.
Farid console son fils autant qu'il le peut, et ce dernier finit par se calmer. Ils dînent ensemble. Sofiane, épuisé, se retire dans sa chambre pour se mettre au lit.
Farid se retrouve seul, et malgré sa grande fatigue, il ne trouve pas le sommeil. Les confidences de son fils l'ont anéanti.
Nadjette a découvert le pot aux roses. Comment a-t-elle fait ? Il y a une complicité quelque part, c'est certain. Elle a dû charger quelqu'un de le surveiller. Sinon, comment aurait-elle appris qu'il était avec Sarah à Oran ? Et maintenant, que va-t-elle faire ? Comment saura-t-il affronter sa colère ? Il ne pourra plus cacher son jeu bien longtemps. Que va-t-il se passer ?
Farid tente de se calmer. Il prend son portable et forme le numéro de Sarah pour la prévenir au cas où Nadjette oserait aller la retrouver.
La sonnerie retentit un bon moment avant qu'on daigne décrocher. Ce n'est pas Sarah, mais son amie Meriem qui répond :
- Oui, allô… Ah ! Farid !
- Peux-tu me passer Sarah ?
- Elle dort. On vient de lui injecter un somnifère.
- Pourquoi ? Elle est malade ?
- Heu… Plus que cela. Tout d'abord elle a découvert qu'elle n'était pas stérile, et toute l'histoire montée à ce sujet, ensuite, ta femme l'a appelée pour lui signifier qu'elle n'avait plus qu'à faire ses bagages et à s'en aller si elle ne veut pas avoir affaire à elle.
Farid sentit un froid dans le dos.
- Ma femme ?
- Oui. Je veux dire la première. Il paraît qu'elle s'est même présentée à la maison, alors que Sarah était chez le médecin. Tu imagines un peu la tournure des choses pour elle. Recevoir comme cela deux chocs en même temps. Oh Farid ! Pourquoi as-tu fais cela ? Pourquoi n'as-tu pas pris les devants avec ta première femme ? Et pourquoi es-tu allé jusqu'à tricher car tu refusais d'avoir des
enfants avec Sarah ? Tu la connais, elle est très susceptible et sa réaction pourra s'avérer incontrôlée.
- Mais je n'ai pas triché. Je voulais juste gagner du temps.
- Mais entre-temps tu as fait des victimes.
Farid se sentait de plus en plus mal.
- Désolé, Meriem… Mais je vais arranger tout cela avec Sarah. Dis-lui de ne pas s'inquiéter. Je serai à la maison dès demain matin.
- Je ne pense pas que tu trouveras qui que ce soit… Nous avons
décidé de partir très tôt.
- Où ça ?
Sarah veut rentrer chez elle. Elle veut entamer une procédure de divorce. Je suis désolée de te l'apprendre, mais elle ne veut plus
entendre parler de toi.
Farid pousse un soupir :
- Demande-lui de me donner une seconde chance, je suis sûr que si elle le veut, nous pourrons repartir de zéro. Même que je mettrai les choses au clair avec Nadjette, ma première femme.
- Que veux-tu que je te dise, Farid? Je transmettrai ton message, mais je ne peux rien te garantir auprès de Sarah. Enfin de compte tu la connais très mal. Elle t'aimait tellement, et la déception a été un choc pour elle.
(À SUIVRE)
Y. H.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.