Saïd Chanegriha préside une cérémonie pour commémorer l'anniversaire de la fête de l'indépendance    Sétif/Covid-19: la guérison de 92% des malades est la preuve que la situation sous contrôle    Un moment historique    Décès du Général-major Hassen Alaimia, commandant de la 4e RM    La fin justifie les moyens ?    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Tebboune à France 24: Le «problème de la mémoire», la Constitution et la crise sanitaire    L'alimentation en eau renforcée    Mascara: Saisie de psychotropes    Aïn El Turck: Les traversées clandestines reprennent après une brève accalmie    Les crânes des résistants inhumés au cimetière d'El Alia: Les premiers martyrs de nouveau dans leur terre    Les gens de mon douar    A la mémoire des chouhada rapatriés: La sûreté d'Oran observe une minute de silence    Les explications du Pr Mehyaoui    Reprise des cours le 23 août    L'infrangible lien...    Un jour sur la plage    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien…
71e partie
Publié dans Liberté le 02 - 06 - 2020

Résumé : Houari est soulagé de voir le reste de sa fête se passer dans la bonne ambiance. Le courant passe bien entre Samira et sa famille. Les deux familles se séparent après avoir dîné. Les mariés montent chez eux. Samira veut lui parler…
Ils vont s'asseoir au salon.
- Qu'y a-t-il de si urgent ? De quoi voudrais-tu parler ? l'interroge Houari, alors qu'elle regarde autour d'elle, curieuse et admirative. Je vois que tu aimes la décoration. J'en conclus que mes sœurs ont bon goût.
- Oui. Tu sais, je me serais contentée du studio. Tu as fait des folies, lui reproche-t-elle.
- Je voulais un nouveau départ pour nous deux et que tout soit parfait. Nous méritons le meilleur. Mais, dis-moi, tu voulais me parler de quoi ?
- D'aujourd'hui, répond-elle. J'avais le sentiment de rêver. Même maintenant, je doute que ce soit réel.
- Oui, nous avons eu une belle fête, dit Houari. Elle s'est bien passée, mieux que je ne l'avais espéré. Je suis heureux que tu t'entendes avec ma famille.
- Tu en as de la chance. Tu as une famille en or. Ils sont adorables, soupire Samira, avant de lui confier : je craignais de ne pas plaire à ta mère. Au début, j'étais mal à l'aise. Je sentais qu'elle m'en voulait et me reprochait quelque chose.
- Mais, c'est passé. Tu as bien vu qu'elle a changé !
- Oui, je n'ai pas compris pourquoi et comment, insiste-t-elle. Elle est devenue plus chaleureuse.
- Samira, ma mère est de nature méfiante et a du caractère comme moi, mais elle reste sensible aux malheurs des autres. Quand elle a su que tu étais orpheline et sans ta famille, elle a eu mal pour toi. Je ne lui ai pas parlé de ta fugue. Ma mère a aussi perdu ses parents alors qu'elle était enfant. Elle en a souffert et je pense que ses souvenirs sont encore douloureux. Elle aussi en a vu de toutes les couleurs. Elle veut te donner le foyer chaleureux que tu n'as pas pu avoir. J'ignore pourquoi mais j'ai tendance à mentir, pour qu'on ne te mette pas dans la gêne.
- Je comprends que tu aies honte de mon passé. J'ai fait tellement d'erreurs.
- Oublie le passé. Tu voulais me parler de ma mère ?
- Oui et non. En fait, j'ai réalisé la chance que j'avais, dit-elle. J'ai un mari aimant, une nouvelle famille…
- Pourtant, je voyais ta tristesse, murmure Houari. Tu pensais à ta fille, n'est-ce pas ?
- Oui. Radia ne quitte pas mes pensées. Je rêve du jour où je la retrouverai. Tu sais, j'ai cherché sur internet et sur facebook, mais il n'y avait aucun identifiant à ces nom et prénom. Il y avait deux jeunes qui portent le même nom. J'ignore s'ils sont de la même famille ou s'il s'agit d'un homonyme.
- On finira par le savoir.
- Je ne me suis pas connectée depuis l'arrivée de ma famille, dit-elle. Je suis tentée d'aller le faire…
- Cela peut attendre demain, suggère-t-il. Je vais voir ce qu'il y a dans le frigo. Tu as envie de boire du jus ? Du thé ?
- Ah non, dit-elle en étouffant un bâillement. Je vais voir où sont mes affaires.
Le temps de se servir un verre de thé froid, Houari reçoit un appel de sa mère. Ivre de joie, elle n'arrive pas à dormir et a envie de parler avec lui.
- Tu as de la chance, mon fils. Elle m'a l'air bien. Je vous souhaite tout le bonheur du monde.
- Merci, dit-il, espérant raccrocher rapidement pour retrouver sa femme. Je vous remercie d'avoir été là et d'avoir contribué à notre bonheur.
Khadidja se met à parler de la fête et de la famille de Samira et, pour ne pas être désagréable, il l'écoute jusqu'au bout. Quand il en a fini avec elle, il va à leur chambre. Il trouve Samira endormie. Cette journée extrêmement riche en émotions avait eu raison d'elle…

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.