Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour la relance de la coopération "dans tous les domaines"
Tebboune et Macron se sont entretenus hier au téléphone
Publié dans Liberté le 28 - 06 - 2020

"L'entretien s'est déroulé dans une ambiance empreinte de parfaite cordialité et d'amitié partagée, (...) pour convenir de reprendre les contacts au plus haut niveau et de relancer la coopération dans tous les domaines", a indiqué la Présidence.
Ce n'est peut-être pas la lune de miel mais le courant passe plutôt bien entre le président Abdelmadjid Tebboune et son homologue français Emmanuel Macron depuis que les deux hommes ont réussi à désamorcer la dernière minicrise provoquée par la diffusion par deux chaînes publiques françaises, fin mai dernier, de documentaires sur l'Algérie que les autorités algériennes avaient eu à assimiler à des "attaques contre le peuple algérien et ses institutions (...)".
Hier, M.Tebboune a eu, à nouveau, une conversation téléphonique avec M. Macron, au cours de laquelle ils ont abordé plusieurs sujets, a annoncé la présidence de la République, dans un communiqué repris par l'agence officielle APS. "L'entretien s'est déroulé dans une ambiance empreinte de parfaite cordialité et d'amitié partagée, et a permis aux deux Présidents de passer en revue les relations bilatérales, pour convenir de reprendre les contacts au plus haut niveau et de relancer la coopération dans tous les domaines", a indiqué la Présidence.
Lors de leur entretien téléphonique du 2 juin dernier déjà, au lendemain de la grosse polémique née de la diffusion par France 5 et Public Sénat de deux documentaires sur le hirak, les deux chefs d'Etat s'étaient engagés à "donner une impulsion prometteuse sur des bases durables" aux relations algéro-françaises mais dans "le respect total de la spécificité et de la souveraineté de chacun des deux pays". C'est dire combien les deux chefs d'Etat ont à cœur d'impulser une nouvelle dynamique aux relations algéro-françaises, en prenant en compte les intérêts des deux pays.
Et, à voir le ton bien optimiste utilisé par les rédacteurs du communiqué de la Présidence, il n'est pas exclu que l'on assiste, dans les semaines ou mois à venir, à un ballet de visites entre les deux pays. Ne s'arrêtant pas aux relations bilatérales, MM. Tebboune et Macron ont abordé aussi des questions internationales comme la crise libyenne qui touche directement la sécurité des deux pays. "L'entretien a permis aux deux Présidents d'avoir un échange sur les questions régionales d'intérêt commun, à la lumière des derniers développements, de la situation au Sahel et en Libye, sur lesquelles une concordance sur les points de vue s'est dégagée", est-il précisé.
En recevant le 20 juin le président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale (GNA) libyen Fayez al-Sarraj, le président Tebboune avait monté en épingle les "efforts intenses consentis par l'Algérie visant la reprise du dialogue entre les frères libyens en vue de trouver une solution politique à la crise libyenne".
En recevant son homologue tunisien Kaïs Saïed, la semaine passée, M. Macron a eu l'occasion de plaider un cessez-le-feu entre les deux belligérants, une solution basée sur le respect de la volonté du peuple libyen, la garantie de son intégrité territoriale et sa souveraineté nationale, loin de toute intervention militaire étrangère. Autrement dit, les positions algérienne et française sur la crise libyenne ont au moins un point commun : la nécessité d'un dialogue entre les deux parties en conflit.


Arab C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.