Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Avec Macron, nous pouvons aller loin"
le président abdelmadjid tebboune à france 24
Publié dans Liberté le 05 - 07 - 2020

La veille de la célébration de la fête de l'indépendance, Abdelmadjid Tebboune a accordé une interview à la chaîne française, France 24. Le chef de l'Etat s'est exprimé sur les relations algéro-françaises et les questions internes.
Le chef de l'Etat est longuement revenu sur les relations, souvent difficiles, qu'entretiennent l'Algérie et la France. Il a estimé avoir "senti" chez le président français, Emmanuel Macron, que, avec lui, "nous pouvons aller loin, dans l'apaisement, dans le règlement des problèmes de la mémoire". Le président français est "quelqu'un de très honnête, qui veut apaiser la situation (...) qui veut permettre à nos relations de devenir des relations normales", a-t-il encensé.
Le président français, "propre historiquement" a été "réceptif" à la demande algérienne concernant les questions mémorielles. Il dit souhaiter "des excuses" pour avoir des relations "plus sereines". Au niveau interne, Abdelmadjid Tebboune a annoncé sa volonté de "poursuivre" la politique d'apaisement, en libérant un maximum de détenus politiques.
Mais cela se fera, selon le chef de l'Etat, dans "le respect de l'indépendance de la justice". "En tant que président de la République, j'exercerai mes prérogatives de grâce à chaque fois que cela est nécessaire", a-t-il précisé. Il a accusé, sans les nommer, certains détenus politiques d'avoir "incité à la mutinerie" et d'avoir "insulté" ce qui "est interdit par la loi".
Il a annoncé qu'il était "possible" d'aller vers la libération d'autres détenus. "Nous allons vers une période qui nécessite l'apport de tous les Algériens et Algériennes (...) nous allons vers un climat beaucoup plus apaisé (...) qui permettra d'aller vers les changements que j'ai promis personnellement", a-t-il annoncé. Interrogé sur les mesures prises par les autorités pour lutter contre la Covid-19, le chef de l'Etat, qui a rappelé toutes les mesures prises jusque-là, a indiqué qu'il n'excluait pas des mesures de reconfinement au cas où la situation échappait au contrôle des autorités.
"De toute façon, nous exécutons les décisions du Conseil scientifique. Si les scientifiques voient qu'il y a un impératif à aller vers un confinement, même partiel dans une même ville, un quartier ou autre, on le fera", a-t-il affirmé. "On s'y attendait un peu", a-t-il indiqué évoquant la reprise des cas de contamination.
"La progression est liée à des contacts familiaux", a-t-il encore indiqué. Pour l'ouverture des frontières, le chef de l'Etat n'a pas fermé la porte à cette éventualité, mais n'annonce pas de décision dans l'immédiat. Sur le plan économique, le chef de l'Etat a exclu, une nouvelle fois, le recours à l'endettement extérieur.
"Nous préférons éviter le FMI", a tranché Abdelmadjid Tebboune. Interrogé sur le 5e mandat pour le président Abdelaziz Bouteflika, Abdelmadjid Tebboune indique qu'il n'a jamais été "pour" cette option. "Je trouvais que c'était aberrant, parce que pour l'avoir approché comme Premier ministre, il n'avait plus la parole".
Au sujet de la Libye, Abdelmadjid Tebboune a redit la disponibilité de l'Algérie d'accueillir le dialogue interlibyen dont la situation risque de virer au scénario "somalien".
Cette interview constitue "la surprise" des autorités algériennes. La chaîne France 24, financée en partie par les autorités françaises, était jusque-là "indésirable" en Algérie. Mais pour l'occasion, une équipe rédactionnelle s'est spécialement déplacée de Paris. Sur le plan technique, l'interview a été prise en charge par une équipe algérienne, managée par un ancien journaliste du service public.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.