Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Installation des nouveaux présidents et procureurs généraux aux Cours de justice de Tiaret et Relizane    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marche à Paris pour la transition démocratique
Les Algériens de France renouent avec la contestation
Publié dans Liberté le 06 - 07 - 2020

La place de la République a renoué hier avec l'ambiance des grands jours en accueillant de très nombreux algériens de la diaspora, venus prendre part à un défilé citoyen pour le changement démocratique en Algérie. La marche a été initiée à l'occasion du 58e anniversaire de l'indépendance par une dizaine d'organisations et collectifs de soutien au Hirak, à savoir le Comité des citoyens Algériens en France, l'Alliance des démocrates de la diaspora algérienne, le Réseau algérien contre la répression et pour la libération des détenus, l'Action citoyenne pour l'Algérie, Libérons l'Algérie, le Collectif algérien pour la deuxième république, section FFS Nord, le Collectif Debout l'Algérie, l'Union des étudiants algériens de France, le Réseau Ibtikar, Riposte internationale, le Collectif des Amis du Manifeste pour une Algérie nouvelle, Pour une nouvelle Algérie et Appel-Egalité.Dans un communiqué, ces organisations ont décliné les revendications portées par le Hirak depuis un an et demi en insistant sur la mise en place d'une transition démocratique vers un Etat de droit.
Elles ont également demandé la libération et la réhabilitation inconditionnelle de tous les détenus politiques ainsi que "la suppression des obstacles à la pratique politique et à la liberté d'expression". Le cortège s'est ébranlé vers 14h en direction de la place de la Bastille dans une ambiance festive. Beaucoup de manifestants étaient drapés dans l'emblème national et de l'étendard amazigh. Peu soucieux du respect des mesures de distanciation physique, ils ont marché en rangs serrés, en chantant et en scandant les célèbres slogans du Hirak. Dans la foule des marcheurs figuraient aussi des personnes âgées et des familles qui avaient l'habitude, avant la pandémie de coronavirus, de participer aux rassemblements dominicaux de la place de la République.
"Cette ambiance nous a beaucoup manqué", nous a confié Farid, militant du Collectif Debout l'Algérie. Accompagné de ses deux garçons, il a suivi les marcheurs, avec un cœur plein d'émotion. "Cette journée est si particulière. Elle célèbre le sacrifice de millions d'Algériens qui se sont battus pour que l'Algérie se libère du joug colonial. À nous aujourd'hui de poursuivre la lutte en militant sans cesse pour l'instauration de la démocratie dans notre pays", a déclaré le manifestant.
Pour marquer les festivités du 5 Juillet, les organisateurs du défilé ont diffusé de nombreux chants patriotiques. L'hymne national Kassaman qui a retenti dans les rues de Paris, a été repris en chœur par la foule enthousiaste. Les manifestants ont également revendiqué, avec des slogans, l'élargissement des détenus d'opinion qu'ils ont qualifiés d'otages.
Le défilé de la diaspora à Paris était encadré par un service d'ordre bénévole fourni par les organisateurs. La police française s'est montrée, pour sa part, très discrète tout au long de la manifestation. Des fourgons ont été néanmoins déployés autour de la place de la Bastille, point d'arrivée de la marche. À partir de dimanche prochain, les manifestants pourront se retrouver à nouveau sur la place de la République où se tiendront des agoras et des débats.



De Paris : Samia lokmane-khelil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.