Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Ouverture tous azimuts !    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés près de Sidi Ghiles    Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet    Le saviez-vous... ?    Installation d'une commission d'évaluation des dégâts    Le meurtrier de Djabanet-Lihoud placé sous mandat de dépôt    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Constantine: Deux morts et quatre blessés dans une collision    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Makri brandit la charia
Révision de la constitution
Publié dans Liberté le 08 - 07 - 2020

Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrezak Makri, a proposé, lors d'une conférence de presse animée hier au siège de son parti au cours de laquelle il a présenté les 240 propositions de son parti visant à enrichir le projet de révision constitutionnelle, "de faire de la charia une source principale du droit dans la nouvelle Constitution", aux côtés de la proclamation du 1er Novembre 1954. Son argument ? Le fait que "l'islam soit religion de l'Etat et que la charia islamique ait donné naissance à une grande civilisation ayant plus de 14 siècles et qu'elle régente la vie de l'écrasante majorité du peuple algérien."
Cela dit, il s'est dit ouvert à tous les principes juridiques, quelle que soit leur provenance, favorables à la justice. Pour ce qui est de la place de la langue amazighe, il a soutenu que "son cadre naturel est la civilisation arabo-islamique." Curieuse association, pour ne pas dire révisionnisme. Commentant la copie de la commission Laraba, le président du MSP a estimé qu'elle "a maintenu en l'état l'ancien système". Concernant la proposition de constitutionnaliser l'envoi des troupes de l'ANP hors des frontières algériennes, le président du MSP n'est pas contre pour peu qu'elles soient "mandatées par les représentants du peuple", c'est-à-dire l'Assemblée populaire nationale (APN). "On ne veut aucunement que l'Algérie soit à l'écart de ce qui se passe dans son environnement", a-t-il clamé.
Se disant de l'avis du président Tebboune, le patron du MSP s'est prononcé en faveur de la tenue des élections législatives anticipées juste après le référendum sur le projet de révision constitutionnelle. Sur un autre registre, Abderrezak Makri a trouvé un motif, au lendemain de la restitution par les autorités françaises des crânes de 24 résistants algériens, pour s'attaquer durement non seulement à la France coloniale, mais aussi à la langue française qu'il considère porteuse "d'une culture hégémonique."

Arab C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.