Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !
...SOUFFLES...SOUFFLES...SOUFFLES...
Publié dans Liberté le 09 - 07 - 2020

Nos prénoms sont les ombres des idéologies de nos parents. Ils sont aussi les ombres des identités et des religions de nos ancêtres. Donc nos prénoms ne sont pas fortuits.
Les prénoms avancent dans l'Histoire humaine en forme de vagues saisonnières. Et ces vagues sont le reflet du poids politique, religieux, identitaire ou culturel.
Dans nos prénoms se cachent des guerres et des conflits. Ils sont des cimetières et des maternités. Octroyer un prénom à un nouvel arrivant à la vie, qu'importe fille ou garçon, est comme lui mettre une arme sur l'épaule.
Donner un prénom à un bébé, c'est se positionner dans un camp bien défini. C'est défendre une cause, même inconsciemment. Les prénoms ne tombent pas du ciel, ils sont les reflets de l'Histoire avec ses luttes, ses convergences et ses conflits.
Les prénoms de nos enfant, c'est un choix, d'abord, communautaire, même s'il y a un égoïsme maternel ou paternel.
Et parce que le choix d'un prénom est orienté par le communautaire, dicté par une orientation religieuse ou identitaire, beaucoup de gens se trouveront, par la suite, dans l'obligation de changer leur prénom afin de faire face à un racisme politico-identitaire ou à une haine religieuse.
Dans des sociétés où le racisme et l'exclusion sont forts, les classements sociaux culturels des citoyens commencent par les prénoms.
Dans des sociétés où les conflits identitaires ou religieux sont aveugles, il est quasiment impossible de donner quelques prénoms aux enfants d'un camp comme à ceux d'un autre. Le cas des pays où cohabitent les chiites et les sunnites.
En Algérie, les mouvements des prénoms changent selon les saisons politico-religieuses, selon le mouvement de l'exclusion ou de la réhabilitation de l'identité.
Après l'indépendance, un éventail de prénoms s'est imposé en Algérie, pour les filles comme pour les garçons, tels : Djamila, Houria, Katiba, Abdelkader, Mohand, Lotfi, Amirouche, Ramdane... Ces prénoms sont le miroir d'une période qui remonte de 1962 jusqu'aux années fin 1980. Ce choix des prénoms reflète le sentiment de la liesse de l'indépendance et de la commémoration des héros et héroïnes de la guerre de Libération.
Avec l'arrivée de l'idéologie salafiste, marquée par la montée du courant politique des Frères musulmans, une vague de prénoms a pris le dessus. Des supports socioéducatifs et politico-culturels ont favorisé l'émergence de cette vague de prénoms : les livres religieux propagandistes venant du Moyen-Orient, les chaînes de télévision (Iqraa TV), les K7 des prédicateurs saoudiens et égyptiens, l'école algérienne... Ainsi, une gamme de prénoms a vu le jour en Algérie tels : Islam, Khaled, Okba, Hodba, Oussama, Saddam, Labiba, Hodheifa, Moslim, Intissar, Oum el mouminine, Makarem, El Moughira, Assafa, Djennat, Aymane, Seïf, Khalil, Badr, Farouk, Zakaria...
Depuis l'indépendance, les prénoms anciens amazighs se trouvaient interdits sur leur terre. Le ministère de l'Intérieur de l'époque a promulgué une loi interdisant aux Algériens d'octroyer les prénoms de leurs enfants hors une liste établie par ses services. La plupart des anciens prénoms ou noms amazighs étaient exclus de cette liste. Cette situation a provoqué une réaction identitaire radicale chez les citoyens de Kabylie. Ainsi, les parents ont commencé à fouiller dans le registre des prénoms les plus anciens. Quelques familles se voyant refuser les prénoms de leurs nouveau-nés, parce qu'ils ne figurent pas sur la liste officielle, étaient obligées de déposer une plainte contre le maire ou contre l'Etat. D'autres ont choisi un nom administratif et un autre social. D'autres ont refusé d'inscrire leurs enfants à l'état civil.
Avec les événements d'Octobre 1988 et avec l'ouverture de la pluralité politique, les Algériens ont commencé à donner des prénoms amazighs à leurs enfants. La liste du ministère de l'Intérieur est tombée. Et un front de résistance identitaire par les prénoms qui remontent dans l'Histoire ancienne de l'Algérie est ouvert. Beaucoup de nouveaux prénoms ont vu le jour, notamment ceux qui descendent de la période d'avant l'islam. Ainsi, la société algérienne a diversifié son registre d'état civil, avec des prénoms neufs, pour les filles et pour les garçons, tels : Takfarinas, Yuba, Dyhia, Nilia, Ania, Luna, Sylia, Fariza, Jidjiga, Tamina, Anzar, Azar, Adas, Aksil, Afulay, Aghilas, Syfax... Et petit à petit les noms moyen-orientaux ont disparu ou presque en Kabylie.
Mais les feuilletons turcs à l'eau de rose, diffusés sur toutes les chaînes de télévision nationales et arabes, regardés par des millions de téléspectateurs et téléspectatrices, ont bouleversé la donne esthétique des prénoms algériens. Ont bousculé le goût social dans le milieu des familles appartenant à la classe moyenne et intellectuelle. Ainsi, une brochette de prénoms étranges s'est installée dans l'état civil algérien, tels : Nour, Badi, Elif, Ceren, Sousane, Kamile, Farah, Samou, Sousou, Soulef, Houyem, Raefet, Boudhour, Foula... Nos prénoms ne sont pas fortuits, ils dissimulent les guerres religieuses et les conflits identitaires. Comme pour changer son fusil d'épaule à une autre.
A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.