Enfin libre    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    Branle-bas de combat chez les partis    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    La colère du FFS    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La face «cachée» du «Bâtiment»    Le chemin est encore long    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nouvel échec de la médiation ouest-africaine au Mali
Un sommet extraordinaire de la Cédéao convoqué pour ce lundi
Publié dans Liberté le 25 - 07 - 2020

La médiation ouest-africaine a annoncé jeudi soir la tenue d'un sommet d'urgence lundi pour faire sortir le Mali de la crise politique. Pour l'opposition, seule la démission du président IBK est en mesure de sauver le pays de l'impasse.
Les cinq chefs d'Etat ouest-africains, arrivés jeudi à Bamako, sont repartis bredouilles, après un nouvel échec de leur tentative de médiation dans la crise qui oppose leur homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta au Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) depuis presque deux mois.
"Nous avons décidé de faire un compte rendu à l'ensemble des chefs d'Etat de la Cédéao dans le cadre d'un sommet extraordinaire qui est convoqué pour le lundi" 27 juillet, a déclaré aux médias Mahamadou Issoufou, ajoutant que des "mesures fortes pour accompagner le Mali" seront prises lors de ce sommet qui se déroulera par visioconférence, ont rapporté les agences de presse. "Que nos hôtes comprennent que le problème du Mali n'est ni les élections ni de gouvernement d'union nationale, mais IBK", a rétorqué Choguel Kokalla Maïga, un des leaders du M5-RFP, dans une déclaration à la presse malienne, à l'issue de la rencontre avec cinq chefs d'Etat (Macky Sall du Sénégal, Mahamadou Issoufou du Niger, Alassane Ouattara de la Côte d'Ivoire, Nana Akufo Addo du Ghana et le Nigérian Muhammadu Buhari).
Dans le document remis par la coalition de l'opposition aux représentants de la Cédéao, le M5-RFP explique que le nœud de cette crise est la personne d'IBK, qui a échoué dans sa mission, en l'abandonnant "à des personnes qui n'en ont ni la légitimité, ni les compétences requises, ni même le souci du devenir du Mali". Par voix de conséquence, et "après avoir essayé, sans succès, toutes les voies du dialogue et celles de droit pour résorber les conséquences de la crise", le M5-RFP a réaffirmé sa volonté de poursuivre ses manifestations pacifiques à travers le Mali et dans la diaspora "pour amener M. Ibrahim Boubacar Keïta à prendre lui-même la décision de démissionner de la présidence de la République du Mali", lit-on dans ledit document.
Mais la démission d'IBK demeure un pari difficile à gagner face au refus de la Cédéao qui considère cette option comme une "ligne rouge". Pour le président nigérien, Mahamadou Issoufou, dans une déclaration à RFI, "le départ du président IBK est sans ambiguïté une ligne rouge pour la Cédéao. Faire partir le président IBK aujourd'hui, alors qu'il a été élu démocratiquement par le peuple malien, serait anticonstitutionnel pour la Cédéao". L'influent leader religieux au sein du M5-RFP, l'imam Mahmoud Dicko, a estimé quant à lui que "les jeunes gens qui ont perdu la vie ne l'ont pas perdue pour rien. Je pense que rien n'a été fait pour le moment", en référence aux onze manifestants tués à Bamako lors des manifestations du 10 juillet, réclamant le départ d'IBK, la dissolution de l'Assemblée nationale et la formation d'un gouvernement de transition rapidement. En face, la Cédéao propose un gouvernement d'union nationale, dont 50% des ministres seront issus du parti au pouvoir, ce que rejette le M5-RFP, qui exige une réforme profonde de l'Etat et de la gouvernance au Mali.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.