Paix en Afrique: "l'Algérie continue de jouer son rôle panafricain pour une Afrique meilleure"    L'allocation chômage, un pas important à encourager    Foot/ Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : les "Verts" pour valider leur billet en quarts    La Coupe arabe, un silence qui devient sonore    Championnat arabe de handball : 13 clubs ont déjà confirmé leur participation    Des incendies et cas d'asphyxies signalés    Une bande de malfaiteurs spécialisée dans le vol neutralisée    Un ouvrier retrouvé mort    Edition honorifique en hommage à Pilar Bardem    Avant-première de «Sœurs» de Yamina Benguigui à Tunis    Entre exemple à suivre et agent de la colonisation    Tizi-Ouzou: démantèlement d'un réseau de passeurs de migrants    Treize individus arrêtés pour entrave à l'opération de vote à Bouira    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 156 guérisons et 6 décès    Agressions marocaines contre Sultana Khaya: le Journal Féministe Algérien exprime sa "profonde indignation"    Aouchem, acte 2    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Le PT fustige le gouvernement    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Déclin du RND et recul du MSP    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    Libye : la présidentielle en équation    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Le lourd défi des nouveaux élus    Le satisfecit du FFS    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    ACTUCULT    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    A quand «la ruée vers l'or» ?    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le naufrage islamiste    Le ministère apporte des précisions    Le FMI affiche sa satisfaction    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les leaders de la contestation rejettent l'idée d'un gouvernement d'union nationale
Mali
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 06 - 2020

Les dirigeants de la contestation en cours contre le président malien Ibrahim Boubacar Keïta ont rejeté samedi soir les pistes proposées par des médiateurs ouest-africains pour sortir le pays de la crise, dont la formation d'un gouvernement d'union nationale, et réitéré leur demande de démission du chef de l'Etat.
«Dans les circonstances actuelles, aucun gouvernement, même "d'union nationale", dont le M5-RFP n'est ni demandeur ni preneur, ne saurait résoudre les problèmes du Mali», a affirmé dans un communiqué le mouvement contestataire, qui prône une «refondation» du Mali.
«Aussi, le M5-RFP réitère sa demande de démission du président Ibrahim Boubacar Keïta et (de) son régime», selon le communiqué. À l'appel du «Mouvement du 5 juin» (M5-RFP), coalition hétéroclite dont la figure emblématique est l'influent imam Mahmoud Dicko, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté vendredi à Bamako pour réclamer le départ immédiat du chef de l'Etat, au pouvoir depuis 2013.
Au soir de cette manifestation, les chefs de la diplomatie du Niger, du Nigeria et de la Côte d'Ivoire, en mission de bons offices au Mali au nom de l'organisation régionale Cédéao, ont évoqué la «nécessité» de mettre en place un «gouvernement consensuel d'union nationale», une option à laquelle le président Keïta a récemment ouvert la voie. Ils prônaient également l'organisation d'élections législatives partielles dans des circonscriptions où une intervention de la Cour constitutionnelle a été favorable au camp du président Keïta, ce qui avait suscité la colère de l'opposition. Leurs efforts de médiation ont reçu samedi le «plein soutien» du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.
Samedi soir, le M5-RFP a estimé que les envoyés de la Cédéao n'avaient tenu «aucunement compte de la source de tous les maux et de toutes les crises du Mali, à savoir la mauvaise gouvernance, la corruption et la violation des principes républicains et démocratiques dont le président Ibrahim Boubacar Keïta est le seul et unique responsable».
Il dénonce également la «totale illégalité» d'éventuelles élections partielles et souligne sa «détermination à mettre en oeuvre tous les moyens légaux et légitimes» pour obtenir le départ du président, «qui seul peut aujourd'hui sauver le Mali».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.