Salah Goudjil confirmé    Les avocats obtiennent gain de cause    «La pensée libre» à la barre    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Une "menace à la sécurité nationale", selon Hanoune    "Je veux une République sans haine"    Ould Kaddour dans le collimateur    Un site hautement sécurisé    Signature d'une convention pour la promotion des PME    Mohamed Bazoum Président    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Benchaïra indisponible pour une semaine    Le Mouloudia ne fait plus le poids    Un clasico sans âme    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément    Les dossiers de réhabilitation de 32 sites historiques à l'étude    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le CR Témouchent sur sa lancée    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Sans diagnostic point de remède !    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les leaders de la contestation rejettent l'idée d'un gouvernement d'union nationale
Mali
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 06 - 2020

Les dirigeants de la contestation en cours contre le président malien Ibrahim Boubacar Keïta ont rejeté samedi soir les pistes proposées par des médiateurs ouest-africains pour sortir le pays de la crise, dont la formation d'un gouvernement d'union nationale, et réitéré leur demande de démission du chef de l'Etat.
«Dans les circonstances actuelles, aucun gouvernement, même "d'union nationale", dont le M5-RFP n'est ni demandeur ni preneur, ne saurait résoudre les problèmes du Mali», a affirmé dans un communiqué le mouvement contestataire, qui prône une «refondation» du Mali.
«Aussi, le M5-RFP réitère sa demande de démission du président Ibrahim Boubacar Keïta et (de) son régime», selon le communiqué. À l'appel du «Mouvement du 5 juin» (M5-RFP), coalition hétéroclite dont la figure emblématique est l'influent imam Mahmoud Dicko, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté vendredi à Bamako pour réclamer le départ immédiat du chef de l'Etat, au pouvoir depuis 2013.
Au soir de cette manifestation, les chefs de la diplomatie du Niger, du Nigeria et de la Côte d'Ivoire, en mission de bons offices au Mali au nom de l'organisation régionale Cédéao, ont évoqué la «nécessité» de mettre en place un «gouvernement consensuel d'union nationale», une option à laquelle le président Keïta a récemment ouvert la voie. Ils prônaient également l'organisation d'élections législatives partielles dans des circonscriptions où une intervention de la Cour constitutionnelle a été favorable au camp du président Keïta, ce qui avait suscité la colère de l'opposition. Leurs efforts de médiation ont reçu samedi le «plein soutien» du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.
Samedi soir, le M5-RFP a estimé que les envoyés de la Cédéao n'avaient tenu «aucunement compte de la source de tous les maux et de toutes les crises du Mali, à savoir la mauvaise gouvernance, la corruption et la violation des principes républicains et démocratiques dont le président Ibrahim Boubacar Keïta est le seul et unique responsable».
Il dénonce également la «totale illégalité» d'éventuelles élections partielles et souligne sa «détermination à mettre en oeuvre tous les moyens légaux et légitimes» pour obtenir le départ du président, «qui seul peut aujourd'hui sauver le Mali».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.