Treize individus arrêtés pour entrave à l'opération de vote à Bouira    De nombreux pays comptent sur le rôle de l'Algérie pour hisser la coopération en Afrique    Tizi-Ouzou: démantèlement d'un réseau de passeurs de migrants    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 156 guérisons et 6 décès    Agressions marocaines contre Sultana Khaya: le Journal Féministe Algérien exprime sa "profonde indignation"    Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    Aouchem, acte 2    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Le PT fustige le gouvernement    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Déclin du RND et recul du MSP    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Libye : la présidentielle en équation    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali
échec des négociations entre le président et l'opposition
Publié dans Liberté le 11 - 07 - 2020

Des milliers de Maliens se sont rassemblés hier après-midi à la place de l'Indépendance à Bamako pour exiger la démission du chef de l'Etat, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), après l'échec des discussions qu'il a engagées le week-end dernier avec le Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), mené par l'imam Muhamed Dicko, qui a appelé à la désobéissance civile. "IBK démission", "IBK dégage", pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants, qui ont commencé à affluer vers le lieu du rassemblement dès les premières heures de la matinée, constate-t-on sur les vidéos relayées sur les médias sociaux. Les responsables de cette coalition, qui ne cesse de voir ses rangs grossir, se sont succédé sur une scène aménagée à cet effet pour dénoncer IBK et expliquer la teneur de leur revendication première, le départ du président et de toute son équipe gouvernementale.
Cette nouvelle manifestation intervient à l'appel de cette coalition M5-RFP du 30 juin, date à laquelle elle a rendu public un mémorandum conditionnant son renoncement à exiger le départ d'IBK du palais de Koulouba. Lors d'une conférence de presse animée jeudi, Muhamed Dicko a expliqué, avec les membres de sa coalition, que le président IBK n'a pas accédé à leur demande de dissoudre l'actuelle Assemblée nationale, à l'origine officiellement de cette nouvelle crise politique qui secoue le pays. De nombreux candidats aux législatives des 29 mars et 19 avril ont contesté les résultats de ce scrutin, qui a donné la majorité au parti au pouvoir, dénonçant la partialité de la Cour constitutionnelle et la fraude en faveur des candidats proches du pouvoir.
Le M5-RFP a exigé dans son mémorandum la révision de la composante de cette institution, mais aussi la dissolution du gouvernement et la formation d'un gouvernement de transition, à sa tête un Premier ministre désigné par cette coalition et que le président ne peut en aucun cas renvoyer. En contrepartie, l'opposition renoncera à exiger la démission d'IBK qui a proposé un gouvernement d'union nationale et la nomination de certains candidats malheureux aux dernières législatives au poste de sénateur du tiers présidentiel. Mais la majorité de ces candidats a décliné la proposition d'IBK, qui les a accueillis en fin de semaine pour tenter de trouver un terrain d'entente aux fins de désamorcer cette crise.
Dans son discours mercredi soir, le chef de l'Etat malien a jugé "hautement probable que les solutions trouvées par la nouvelle Cour constitutionnelle résolvent la question de l'Assemblée nationale". Dans sa tentative avortée de médiation, l'Organisation de la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a proposé des élections partielles dans la trentaine de circonscriptions aux résultats contestés. Mais aucune suite n'a été donnée à cette proposition de la Cédéao, tout comme a échoué la médiation de l'Onu et de l'Union africaine.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.