Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le bilan de la pandémie de Covid-19 à 11H00 GMT    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Toujours pas de conclusions    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Incendie au niveau du siège    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    Gâteau au chocolat sans gluten    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Sensibilisation des éleveurs à l'insémination artificielle    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination    APC d'Oran : Des logements vides mais difficiles à distribuer    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    La pâleur d'une façade    Tournoi de l'UNAF - U17 : Algérie - Tunisie, aujourd'hui à 14 h 30: Les Verts à une marche de la CAN    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali
échec des négociations entre le président et l'opposition
Publié dans Liberté le 11 - 07 - 2020

Des milliers de Maliens se sont rassemblés hier après-midi à la place de l'Indépendance à Bamako pour exiger la démission du chef de l'Etat, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), après l'échec des discussions qu'il a engagées le week-end dernier avec le Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), mené par l'imam Muhamed Dicko, qui a appelé à la désobéissance civile. "IBK démission", "IBK dégage", pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants, qui ont commencé à affluer vers le lieu du rassemblement dès les premières heures de la matinée, constate-t-on sur les vidéos relayées sur les médias sociaux. Les responsables de cette coalition, qui ne cesse de voir ses rangs grossir, se sont succédé sur une scène aménagée à cet effet pour dénoncer IBK et expliquer la teneur de leur revendication première, le départ du président et de toute son équipe gouvernementale.
Cette nouvelle manifestation intervient à l'appel de cette coalition M5-RFP du 30 juin, date à laquelle elle a rendu public un mémorandum conditionnant son renoncement à exiger le départ d'IBK du palais de Koulouba. Lors d'une conférence de presse animée jeudi, Muhamed Dicko a expliqué, avec les membres de sa coalition, que le président IBK n'a pas accédé à leur demande de dissoudre l'actuelle Assemblée nationale, à l'origine officiellement de cette nouvelle crise politique qui secoue le pays. De nombreux candidats aux législatives des 29 mars et 19 avril ont contesté les résultats de ce scrutin, qui a donné la majorité au parti au pouvoir, dénonçant la partialité de la Cour constitutionnelle et la fraude en faveur des candidats proches du pouvoir.
Le M5-RFP a exigé dans son mémorandum la révision de la composante de cette institution, mais aussi la dissolution du gouvernement et la formation d'un gouvernement de transition, à sa tête un Premier ministre désigné par cette coalition et que le président ne peut en aucun cas renvoyer. En contrepartie, l'opposition renoncera à exiger la démission d'IBK qui a proposé un gouvernement d'union nationale et la nomination de certains candidats malheureux aux dernières législatives au poste de sénateur du tiers présidentiel. Mais la majorité de ces candidats a décliné la proposition d'IBK, qui les a accueillis en fin de semaine pour tenter de trouver un terrain d'entente aux fins de désamorcer cette crise.
Dans son discours mercredi soir, le chef de l'Etat malien a jugé "hautement probable que les solutions trouvées par la nouvelle Cour constitutionnelle résolvent la question de l'Assemblée nationale". Dans sa tentative avortée de médiation, l'Organisation de la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a proposé des élections partielles dans la trentaine de circonscriptions aux résultats contestés. Mais aucune suite n'a été donnée à cette proposition de la Cédéao, tout comme a échoué la médiation de l'Onu et de l'Union africaine.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.