Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    Liban, Algérie, Maroc...un été particulier    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Explosions au Liban: 137 morts et 5.000 blessés    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Les psychologues menacent    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    L'activiste Badi Allal arrêté    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Le féminicide, un crime silencieux    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Deux Algériens légèrement blessés    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Les grands axes du protocole du MESRS    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    L'apocalypse à Beyrouth    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    Karim Younes se livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali
échec des négociations entre le président et l'opposition
Publié dans Liberté le 11 - 07 - 2020

Des milliers de Maliens se sont rassemblés hier après-midi à la place de l'Indépendance à Bamako pour exiger la démission du chef de l'Etat, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), après l'échec des discussions qu'il a engagées le week-end dernier avec le Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), mené par l'imam Muhamed Dicko, qui a appelé à la désobéissance civile. "IBK démission", "IBK dégage", pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants, qui ont commencé à affluer vers le lieu du rassemblement dès les premières heures de la matinée, constate-t-on sur les vidéos relayées sur les médias sociaux. Les responsables de cette coalition, qui ne cesse de voir ses rangs grossir, se sont succédé sur une scène aménagée à cet effet pour dénoncer IBK et expliquer la teneur de leur revendication première, le départ du président et de toute son équipe gouvernementale.
Cette nouvelle manifestation intervient à l'appel de cette coalition M5-RFP du 30 juin, date à laquelle elle a rendu public un mémorandum conditionnant son renoncement à exiger le départ d'IBK du palais de Koulouba. Lors d'une conférence de presse animée jeudi, Muhamed Dicko a expliqué, avec les membres de sa coalition, que le président IBK n'a pas accédé à leur demande de dissoudre l'actuelle Assemblée nationale, à l'origine officiellement de cette nouvelle crise politique qui secoue le pays. De nombreux candidats aux législatives des 29 mars et 19 avril ont contesté les résultats de ce scrutin, qui a donné la majorité au parti au pouvoir, dénonçant la partialité de la Cour constitutionnelle et la fraude en faveur des candidats proches du pouvoir.
Le M5-RFP a exigé dans son mémorandum la révision de la composante de cette institution, mais aussi la dissolution du gouvernement et la formation d'un gouvernement de transition, à sa tête un Premier ministre désigné par cette coalition et que le président ne peut en aucun cas renvoyer. En contrepartie, l'opposition renoncera à exiger la démission d'IBK qui a proposé un gouvernement d'union nationale et la nomination de certains candidats malheureux aux dernières législatives au poste de sénateur du tiers présidentiel. Mais la majorité de ces candidats a décliné la proposition d'IBK, qui les a accueillis en fin de semaine pour tenter de trouver un terrain d'entente aux fins de désamorcer cette crise.
Dans son discours mercredi soir, le chef de l'Etat malien a jugé "hautement probable que les solutions trouvées par la nouvelle Cour constitutionnelle résolvent la question de l'Assemblée nationale". Dans sa tentative avortée de médiation, l'Organisation de la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a proposé des élections partielles dans la trentaine de circonscriptions aux résultats contestés. Mais aucune suite n'a été donnée à cette proposition de la Cédéao, tout comme a échoué la médiation de l'Onu et de l'Union africaine.
Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.