APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ADE et la Seaal s'expliquent
Perturbations en eau potable durant les deux jours de l'Aïd el-Adha
Publié dans Liberté le 03 - 08 - 2020

Malgré toutes les promesses des pouvoirs publics de garantir la disponibilité de l'eau potable durant les deux jours de la fête de l'Aïd el-Adha, l'ADE et la Seaal ont, une nouvelle fois, failli. Les Algérois, comme dans beaucoup d'autres régions du pays, ont été surpris par de fortes perturbations d'alimentation en eau très pénalisantes au point de gâcher le plaisir de la fête, pour certains, à plus forte raison que les coupures sont intervenues, dès le matin, au moment du sacrifice, pour durer toute la matinée.
En conférence de presse hier au siège du ministère des Ressources en eau, le DG de l'Algérienne des eaux (ADE) et celui de la Seaal ont tenté d'expliquer cet état de fait qui devient récurrent sans que l'on puisse réellement y apporter une solution radicale. Pour les deux responsables, la raison est toute simple : "La consommation a été surdimensionnée pour une seule journée, dépassant tous les standards en la matière."
En somme, les 10 millions de m3 qui auraient dû être consommés en 24 heures ont été "engloutis" en à peine 5 à 6 heures de 9h à 14h avec 1,6 million de m3 réservés pour Alger et Tipasa, provoquant une sollicitation hors du commun du réseau de distribution qui, semble-t-il, "n'a pas pu fonctionner correctement". En termes plus clairs, le DG de l'ADE a reconnu que "le problème est d'ordre technique et non pas par manque de la ressource en elle-même". Il argumente : "Deux à trois jours avant l'Aïd, nous avons rempli tous les réservoirs, identifié les points noirs, mobilisé 500 camions-citernes en plus de ceux des communes.
Nous avons aussi réparé toutes les fuites et avons même éliminé les branchements illicites en plus de mobiliser tous nos agents." Il poursuit : "50% de l'eau produite est perdue (30% en fuites et 20% en branchements illicites)." Et fini par lâcher : "Nous ne pouvons pas donner de l'eau à tous les Algériens, et en même temps, car cela signifierait refaire toutes les installations. Cela est impossible.
En termes de stratégie pour limiter les pertes en eau, l'ADE compte rénover 2 000 km/an (remplacement à 100% des installations) et réduire ainsi les pertes physiques de 30% à 18%, et ce, à l'horizon 2030." Il est question aussi de lutter contre les branchements illicites, aller vers une gestion de proximité et récupérer 55 milliards de créances qui ont été accentuées avec la crise sanitaire due au coronavirus.
Le DG de la Seaal qui n'a pas souhaité revenir sur l'incident de Fouka, soulignant que "l'enquête est en cours", a expliqué à son tour que "les réservoirs n'ont pas été vidés, en général, mais le fort tirage a perturbé la distribution, ne pouvant plus alimenter les foyers de manière équilibrée affectant notamment les personnes qui habitent à plus de deux étages d'un immeuble en plus des pannes d'électricité". Il en appellera, à ce titre, à "une plus grande implication du citoyen" et surtout "de rationalisation dans la consommation".

Nabila Saïdoun


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.