Tamanrasset: Impliquer la population locale dans la préservation du patrimoine culturel    Belaili serait une piste écartée pour Al Ahli    Conseil de la Nation: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    La conférence nationale des start-up organisée samedi à Alger    Aminatou Haider appelle l'ONU à dépêcher des commissions pour visiter le territoire sahraoui occupé    Nahda, FJD et El Binaa se prononceront ce week-end    Palais de la colère    "Il faut que des mesures soient prises en urgence"    La sécurité routière, parent pauvre des décrets 20-226 et 20-227 sur l'activité des constructeurs et concessionnaires automobiles    Le Cnes lance ses travaux    Saïd Riahi restera en prison    Un sage médiateur dans une "région poudrière"    Deux soldats tués dans une embuscade    M. Makri et la république    Hachemi Djaâboub, nouveau ministre du Travail    La fille des Aurès    Les non-dits    Les Algériens de l'EST risquent de rater le stage de l'EN    Naïdji, un autre Algérien en renfort    Après la pluie, le beau temps ?    Vers la délocalisation du match face au Nigeria    8 décès et 162 nouveaux cas en 24 heures    La faillite par les examens    Pain à burger fait maison    Les procès de Tahkout et de Mme Maya reportés    Amin Zaoui signe son roman "Canicule glaciale"    «Survivre pour Ibiza, une fiction qui prend l'aspect d'une réalité»    L'amusnaw Hadj Mokhtar At Sayd réhabilité par les siens    La grande petite marche du livre    Enseignement Supérieur/Poste: Signature de deux conventions-cadre    Le conseiller Noureddine Khellassi remercié    Mohamed Djemaï, ex SG du FLN, remis en liberté    L'Ordre des avocats d'Alger répond au syndicat des magistrats    Le dispositif de surveillance renforcé    Khiati favorable à l'"application de la peine de mort"    Les mesures de confinement allégées dans plusieurs wilayas    Sit-in des sortants des écoles supérieures de l'enseignement    Ferhat Aït Ali annonce un code de l'investissement "plus incitatif"    Des chaînes interminables devant la Casnos    Gérald Darmanin la semaine prochaine en Algérie    USM Bel-Abbès: Lyamine Bougherara nouvel entraîneur    Sur les Dunes de Chéraga dès dimanche prochain    Des auteurs invités à leur insu    Mahmoud l'Argentin est algérien, pas ami de l'Algérie    GENDARMES DU MONDE    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Mokka change de look    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Liban s'enferre dans une crise multiforme
le ministre des affaires étrangères démissionne
Publié dans Liberté le 04 - 08 - 2020

Le départ du chef de la diplomatie est symptomatique de l'instabilité et des luttes au sommet du pouvoir au Liban, au moment où des pans entiers de la société libanaises subissent l'une des plus graves crises socioéconomiques qu'a connues le pays depuis des décennies.
Le ministre des Affaires étrangères libanais, Nassif Hitti a annoncé hier sa démission du gouvernement Hassan Diab, dans un contexte de crise socioéconomique aggravée par la pandémie de coronavirus, et sur fond de tiraillements politiques à Beyrouth. "J'ai décidé de démissionner de mes fonctions de ministre des Affaires étrangères, en souhaitant le succès au gouvernement et aux responsables de la gestion de l'Etat, tout en leur souhaitant aussi de reconsidérer plusieurs de leurs politiques et pratiques", a indiqué M. Hitti dans un communiqué, repris par les agences de presse, déplorant "l'absence d'une réelle volonté pour entreprendre une réforme structurelle et totale qui est nécessaire et qui est réclamée par notre société et par la communauté internationale". Selon lui, "pour construire un Etat, il faut des esprits créatifs, une vision claire, des intentions sincères, une culture d'institutions et d'Etat de droit". Dans la matinée, des sources proches de lui ont affirmé à des médias qu'il avait démissionné en raison de sa marginalisation, se disant "déçu", a rapporté l'agence de presse Reuters. Mais sa démission est loin d'avoir pour seule motivation un sentiment de déception personnel dans un pays qui connaît depuis plusieurs mois une dépréciation inédite de sa monnaie, une flambée des prix, des licenciements à grande échelle et des restrictions bancaires sur les retraits et les virements à l'étranger. Nassif Hitti s'est rendu hier matin au grand sérail, le siège du Premier ministre, pour remettre sa démission au chef du gouvernement Hassan Diab. Ce gouvernement a été formé fin janvier, plusieurs mois après la démission de Saad Hariri et de son équipe. M. Hariri a démissionné sous la pression d'un soulèvement populaire inédit déclenché en octobre 2019, dénonçant l'intégralité d'une classe politique accusée de corruption et d'incompétence, quasi inchangée depuis des décennies.
Le gouvernement a adopté fin avril un plan de sauvetage économique visant à relancer la croissance et à assainir les finances publiques mais les réformes, notamment dans le domaine de l'électricité, peinent à se concrétiser. Les autorités ont initié mi-mai des négociations avec le Fonds monétaire international, mais le processus reste au point mort. Près de la moitié des habitants vivent dans la pauvreté et 35% de la population active est au chômage, selon des statistiques officielles. Sur les colonnes des médias libanais, des suicides sont rapportés régulièrement, expliqués par certains par la crise économique qui a laminé le pays et détruit des dizaines de milliers d'emplois en quelques mois seulement. Cette tendance se poursuit en l'absence d'une réelle politique économique du gouvernement maintes fois contestée dans la rue, malgré les mesures interdisant les rassemblements à cause de la pandémie de coronavirus.
Ces manifestations reprendront dès la levée de ses mesures sanitaires pour réclamer des comptes à une classe politique accusée de corruption et d'incompétence.
L. M./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.