Tottenham : Mauvaise nouvelle pour Son Heung-min    Fatma-Zohra Zerouati élue à la tête du parti TAJ    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Adel Kansous installé dans sa nouvelle fonction de PDG de l'ANEP    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Le procès en appel de Ali Haddad reporté au 11 octobre    Accidents de la route: 6 morts et 390 blessés en une semaine dans les zones urbaines    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    Covid-19: 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès    Ferhat buteur face au RC Lens    ANSEJ : Large mouvement au niveau des directions d'annexes    Le MSP décide de voter "Non" à la révision constitutionnelle    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    RAGE : 900 cas et 15 décès en Algérie en 2019    MOSTAGANEM : 100 logements sociaux et des questions à Fornaka    SIDI BEL ABBES : Commémoration de l'assassinat des 11 enseignantes    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    Schalke 04 : Bentaleb voit son entraineur se faire limoger    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Ces nids à problèmes    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    "On veut nous neutraliser !"    Les locataires tirent la sonnette d'alarme    Les travaux traînent en longueur    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    La Foire du livre de Francfort invite les libraires pour une formation    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    FC Barcelone : le grand «Koemancement»    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    AS Aïn M'lila: Un retard considérable à rattraper    LES CROCS AIGUISES DE LA REALITE DES PRIX    Faire le pied de grue devant un distributeur fâché    Tlemcen: Un nouveau quota d'eau pour les terres agricoles de Fehoul    Massacres du 17 octobre 1961: Une Association française demande la reconnaissance du crime    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    L'avis des experts    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bougie n'a pas illuminé cet été
Traditionnellement très animée durant la période estivale
Publié dans Liberté le 13 - 08 - 2020

La tendance est à l'annulation dans la ville des Hammadites, même si certaines éditions pourraient y être tenues au début 2021. Certains s'y préparent mais tout dépend de l'aval des officiels.
La pandémie de Covid-19 continue de chambouler tous les programmes culturels. En effet, de tous les festivals et activités culturelles organisés annuellement dans la wilaya de Béjaïa, rares sont les rendez-vous qui sont maintenus. La tendance est à l'annulation, même si certaines éditions pourraient y être tenues au début 2021. Certains s'y préparent mais tout dépend de l'aval des officiels.
La 11e édition du Festival international du théâtre de Béjaïa n'aura pas lieu cette année. Le rendez-vous culturel, fixé initialement à fin octobre, a été tenu du 15 au 21 février 2020 en hommage à Habiba Djahnine.
L'édition d'octobre 2019 a été annulée en raison de la tenue de l'élection présidentielle du 12 décembre 2019. Membre du commissariat, Boualem Chouali a indiqué que l'on n'a, pour l'heure, aucune visibilité. "Le festival est reporté de fait. On sera fixé à la fin du confinement", a-t-il ajouté.
Le commissaire du festival, Slimane Benaïssa, avait déclaré, en février dernier en conférence de presse, qu'il fallait tenir le festival, y compris en février, "car une rupture aurait été catastrophique". L'important était d'assurer la continuité. "Les artistes ne doivent pas s'arrêter, sinon ils coulent", avait-il expliqué.
Il avait ajouté : "Je me bats pour que le festival s'installe à Béjaïa. Il appartient à la ville et elle le mérite." Plus encore, une réflexion était, selon lui, engagée "pour changer la date de la tenue du festival à mars, une période jugée plus favorable", avant de faire un plaidoyer pour les abonnements au théâtre pour garantir une autonomie financière du festival dans l'avenir. Interrogé en tant qu'élu de l'APC de Béjaïa et membre de la commission culturelle sur les autres festivals et rendez-vous culturels, Boualem Chouali a indiqué que "tout a été annulé pour cette année".
Il citera le festival de la chanson amazighe, qui a été l'objet lors de sa 17e édition (2019) d'une polémique, un groupe de citoyens avaient œuvré pour son boycott. Mais d'autres rendez-vous culturels annuels ont été annulés au chef-lieu de wilaya, nous a confirmé M. Chouali : "C'est le cas du festival de chaâbi, des journées andaloussiat, des soirées chaâbi dans les quartiers, etc." Dans la vallée de la Soummam, le président de l'Etoile culturelle d'Akbou, Badreddine Cherif, nous a donné les raisons qui ont poussé le bureau de l'association à annuler les deux festivals annuels. "On a habitué le public à la tenue de deux festivals culturels.
Des dizaines de participants affluent des quatre coins du pays vers Akbou pour deux semaines de rencontres, d'échanges et de convivialité." Ces deux rendez-vous annuels, en l'occurrence le Festival théâtral amazigh de la Soummam – qui en est à sa 13e édition – et la Rencontre poétique amazighe de la Soummam – qui en est à sa 14e édition –, viennent d'être annulés en raison de "la dramatique pandémie qui sévit dans notre pays depuis plusieurs mois".
Cette décision est "dictée évidemment par le fait que nous ne pouvons pas nous permettre de rassembler un nombre important de participants qui viennent de diverses régions. Une mesure décrétée aussi par le gouvernement qui interdit tout regroupement et/ou manifestation culturelle dans le pays", a-t-on ajouté.
Pour sa part, Yazid Abdi, de son nom de scène Azifas, commissaire du festival local de la musique et de la chanson kabyles – dont le parrain est Boudjemâa Agraw –, est aussi de cet avis. Bien qu'installé en novembre 2019, il dit que tout est prêt pour l'organisation de la prochaine édition. L'édition 2019 a été tenue en mars 2020, l'important étant de marquer l'événement en prévision, selon lui, de la participation au Festival de Tamanrasset.
Les dates de son organisation ont même été fixées, à savoir du 29 octobre au 2 novembre prochains. "Mais il dépendra de l'accord de principe du ministère de la Culture. Pour notre part, on est prêt." Dans les prochains jours, a indiqué Azifas, il sera question de "présenter notre bilan moral et financier de l'édition précédente, à préparer le programme spécial Yennayer et le 8 Mars et à concrétiser la promesse faite au lauréat de l'édition précédente : son enregistrement au studio".
On a appris de son directeur artistique, Hakim Abdefettah, le report des rencontres cinématographiques de Béjaïa. En effet, la 18e édition des RCB, que les cinéphiles devaient découvrir en septembre prochain, en l'occurrence du 19 au 24, a subi une modification en raison de la situation sanitaire mondiale. On parle du premier semestre de 2021.

M. OUYOUGOUTE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.