L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Alger et l'équation africaine    "Le Monde" apporte de nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc    La course au titre s'intensifie    Une autre journée riche en échec !    Messaoudi creuse l'écart en tête    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    L'urgence de numériser le secteur de la santé    Deux femmes retrouvées calcinées dans leur domicile    Le deux poids, deux mesures de Paris    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Retrouvailles inédites Alassane Ouattara-Laurent Gbagbo    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    La chanteuse franco-algérienne Lolo Zouaï interprète son nouveau single dans la série Ctrl de Vevo    Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    Fermeture des plages et des lieux de détente    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sidi Bel-Abbès - Manque d'oxygène : le pire évité de justesse    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    La Champions League s'éloigne    Une feuille de route pour la Tunisie    Si seulement on avait écouté le professeur    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le projet adopté aujourd'hui en Conseil des ministres
Révision de la constitution
Publié dans Liberté le 06 - 09 - 2020

Le projet de la révision de la Constitution sera adopté aujourd'hui en Conseil des ministres avant de l'envoyer devant le Parlement. C'est ce qu'a annoncé, hier, un communiqué de la Présidence. Dans son communiqué, la Présidence a souligné que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, présidera, aujourd'hui, la réunion périodique du Conseil des ministres qui sera consacré à "l'examen et à l'approbation du projet de révision constitutionnelle avant sa présentation devant le Parlement".
Elaboré par le comité d'experts présidé par Mohamed Laraba, le projet de révision constitutionnel a été soumis à "enrichissement" en pleine crise sanitaire. Hormis quelques polémiques périphériques, le texte n'a pas suscité un débat de fond dans la société. Sans doute pour raison de timing.
Contraints au confinement pour freiner la progression de la pandémie, les Algériens n'ont pas beaucoup débattu des révisions contenues dans le projet. Faisant partie des ses "engagements phare" de la campagne électorale, Abdelmadjid Tebboune table sur cette révision constitutionnelle pour asseoir ce qu'il appelle "l'Algérie nouvelle". Pour l'heure, l'on ignore les modifications apportées au texte initial.
Le chef de l'Etat et le président de la commission d'experts ont plusieurs fois assuré qu'ils tiendraient compte des propositions et suggestions formulées par les acteurs politiques, sociaux et autres personnalités. Excepté les éléments constituants de l'identité nationale, tout est sujet à débat, avait affirmé le président de la République.
Il faut rappeler que certains milieux hostiles à la confirmation de l'amazighité comme constituant de l'identité algérienne ont tenté un coup de force pour ne pas inscrire le fait amazigh (langue, culture et civilisation) au chapitre des articles inviolables de la Constitution. Ainsi donc, une fois adopté par le Conseil des ministres, ce projet suivra son cheminement classique.
L'adoption par le congrès du Parlement avant de le soumettre au référendum populaire qui aura lieu le 1er novembre prochain. Les présidents des deux Chambres du Parlement, Slimane Chenine (APN) et Salah Goudjil (Sénat), ont déjà appelé les parlementaires à "voter en faveur du projet de la révision constitutionnelle" lors de l'inauguration de la session d'automne intervenue mercredi dernier.
Il faut dire que le projet a atterri sur le bureau de l'APN au moment où la Chambre basse était secouée par une crise de confiance inédite. Sa majorité parlementaire est mise en cause par des révélations fracassantes lors du procès de l'un de ses ex-membres, Baha-Eddine Tliba en l'occurrence.
Ce dernier a avoué que des députés du FLN sont issus d'une opération de traficotage pilotée en haut lieu lors des législatives de mai 2017. Ce scandale a promptement relancé le débat sur la nécessité de dissoudre une Assemblée disqualifiée. La Constitution ne laisse pas le choix au Président que de passer par ce Parlement fortement décrié et qui risque d'être dissous une fois la révision constitutionnelle passée.

R. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.