L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces menaces qui guettent les femmes et les familles !
...SOUFFLES...SOUFFLES...SOUFFLES...
Publié dans Liberté le 10 - 09 - 2020

Le silence complice règne ! Depuis quelques jours, deux actions infectent notre société et m'angoissent. Une douteuse campagne de Jalbab ennissae la "voilation" des femmes est lancée en Algérie. Un nouvel islam est arrivé chez nous en 2020 ! Cette louche campagne remet en question la foi de tous nos ancêtres depuis quatorze siècles. Rejette le vestimentaire de nos grands-mères, nos mères et nos sœurs depuis la nuit des temps. Elle exclut tout un mode de vie algérien ancestral âgé de plus de deux millions et demi d'années. Elle sème l'ambiguïté dans notre mémoire collective. Elle lézarde notre miroir algérien et nord-africain collectif !
Le silence complice règne !
Comme à l'accoutumée, avec chaque crise secouant le pays, politique, sociale ou sanitaire qu'importe, et afin de se repositionner, les islamistes sautent sur l'occasion. Rien ne leur échappe. Ils sont là, sur le terrain, activistes, propagandistes, à la chasse de toute proie égarée. Lavage des cerveaux ! Et comme à chaque fois, ils se précipitent pour insulter les femmes faisant d'elles la cause de tous les maux sociaux, moraux ou politiques. La femme est la source de la malédiction absolue.
Le silence complice !
Cette campagne scandaleuse de Jalbab annissae la "voilation" des femmes est liée à la situation sociale fragile que vit notre société frappée par la pandémie.
Et la pandémie, aux yeux des activistes islamistes, n'est que la malédiction d'Allah sur notre société. Et la cause de cette malédiction n'est que les femmes qui ne sont pas Jalbab voilées. Donc voiler les femmes, c'est combattre la pandémie !
La campagne de Jalbab ennissae la "voilation" des femmes se poursuit. Et pour marquer leur présence, les activistes islamistes profitent de la situation psychique délicate qui touche beaucoup de nos citoyennes et citoyens à cause de ce confinement qui perdure depuis sept mois ! Beaucoup de cas de dépression nerveuse, de violence conjugale et de divorces ont été enregistrés dans notre société, comme ailleurs, durant cette période pénible de la pandémie.
Le silence complice règne !
Dans une telle situation psycho-économique difficile, les charlatans, ceux de la roquia politique et ceux de la roquia religieuse, sont l'armée efficace venant au secours des activistes politiques islamistes. Ils profitent de la fragilité psychologique des gens pour les endoctriner, pour les embrigader.
Par sa situation sociale sensible et instable, la femme est la première proie privilégiée de ces charlatans.
La femme est Satan ! Il faut cacher ce Satan. L'asphyxier !
Cette campagne de Jalbab ennissae la "voilation" des femmes à mettre le feu dans les familles algériennes. Les slogans qui encadrent cette campagne fasciste envisagent la division des villes. Elle cherche à créer une ville voilée dans la même ville !
Mais qui est derrière cette campagne de Jalbab ennissae la "voilation" des femmes qui sème la sédition sociale et la discorde culturelle et religieuse dans nos villes ?
Le silence complice règne et l'impunité est présente !
Parallèlement à cette campagne douteuse de Jalbab ennissae la "voilation" des femmes et des villes, une autre opération est lancée, et elle n'est pas moins dangereuse que la première. Il s'agit, cette fois-ci, de voilation de l'esprit. Ainsi des personnes, bien ciblées et identifiées d'avance, reçoivent des appels téléphoniques d'inconnus où on leur propose des bibliothèques garnies de livres religieux, gratuitement ou à un prix symbolique ! Le fonds de la bibliothèque n'est que livres propagandistes du wahhabisme et de l'extrémisme islamique.
Encore une fois, les activistes islamistes profitent de ces jours pantouflards où les Algériens, à l'instar de tous les peuples du monde, sont confinés chez eux.
Ils cherchent à les faire noyer dans de l'acide intellectuel ! Après le voile des femmes, vient le voile d'esprit. Le silence complice et l'impunité est présente. Le citoyen revendique la présence de l'Etat face à cette menace intellectuelle et sociale qui risque de faire exploser notre société.


A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.