Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    La justice se saisit du dossier    Mustapha Bendjama de nouveau devant la justice d'Annaba    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    Saïed maintient les mesures d'exception    Les prix poursuivent leur hausse    877 employeurs concernés à M'sila    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Des dépotoirs à ciel ouvert    Tebboune tient son engagement    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"C'était dans un objectif de paix sociale"
Djamel Ould Abbes justifie la distribution de 1 200 ordinateurs
Publié dans Liberté le 12 - 09 - 2020

Il a fallu deux jours, mercredi et jeudi, au juge en charge de l'affaire de la dilapidation des fonds de la Solidarité nationale pour entendre les deux anciens ministres du secteur Djamel Ould Abbes et Saïd Barkat et les 21 autres protagonistes de ce gros scandale poursuivis pour plusieurs chefs d'inculpation : détournement du fonds de solidarité au profit d'associations fictives et d'équipements destinés aux communes déshéritées, détournement de biens publics et octroi de marchés de manière non conforme à la législation.
C'est demain, dimanche 13 septembre, que le procureur va prononcer son réquisitoire pour laisser ensuite la place aux plaidoiries des avocats de la défense.
Après Ould Abbes (ministre), Barkat (ministre), Khelladi Bouchenak (SG du ministère) et le président d'une organisation estudiantine Hamza Cherif, le juge a entendu, jeudi, dans le cadre cette affaire, la dernière des cinq personnes emprisonnées, en l'occurrence l'ancien chef de protocole de l'ex-ministre de la Solidarité Djamel Ould Abbes : Djelloul Saâdi.
Il a assuré ne pas avoir fait bénéficier un membre de sa famille ou une quelconque personne parmi ses connaissances des 1 200 micro-ordinateurs acquis par le ministère.
"Nous avons organisé des cérémonies dont deux dans des résidences d'Etat en présence de ministres et offert des micro-ordinateurs à des sportifs connus dont les joueurs de l'équipe nationale, les judokas ayant eu des médailles aux jeux Olympiques de 2008, le correspondant de l'ENTV à Ghaza, etc.", a-t-il expliqué, en indiquant n'avoir eu aucune prérogative dans la préparation de la liste des bénéficiaires.
"Je suis un exécutant, je n'ai aucun pouvoir de décision. On me demande d'organiser une cérémonie, je le fais. C'est mon travail", s'est-il défendu.
Appelé à la barre par le juge, l'ancien ministre Djamel Ould Abbes, les traits toujours tirés, a assuré que 975 micro-ordinateurs ont été remis à l'Office national des examens et concours (Onec) et 200 autres aux handicapés.
"Nous avons fait cela, et je l'assume. Nous avons honoré des gens qui ont honoré l'Algérie. C'était dans un objectif de paix sociale. Je l'ai fait en toute responsabilité", a-t-il soutenu, avant d'enchaîner : "Sur les 1 200 ordinateurs, il en manque peut-être un ou deux.
On ne va tout de même pas me juger pour cela !" Visiblement affecté d'avoir été traîné devant le tribunal, l'ancien ministre s'est exclamé : "Pas un seul dinar n'est allé dans ma poche ou dans celle de Saïd Barkat. Je témoigne devant Dieu et devant vous. Nous sommes des médecins, nous avons agi de bonne foi et nous assumons nos responsabilités."

Arab C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.