La clôture de la campagne référendaire mise en exergue par ses animateurs    Le projet d'amendement constitutionnel est bâti sur des bases garantissant l'équilibre des pouvoirs"    Projet d'amendement de la Constitution : assurer la construction de la confiance citoyen-institutions de l'Etat    L'amendement constitutionnel érige la société civile en porte-voix du peuple    Ces aliments trop sucrés qu'on ne soupçonne pas forcément    L'amendement de la Constitution: réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Real : Benzema égale un record de Messi    Liverpool : la blessure de Fabinho inquiète Klopp    Tlemcen: Deux ministres, des annonces et des promesses    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Ligue des champions d'Europe: Gros suspense à Turin et Manchester    JS Kabylie: Zelfani mise sur le tournoi d'Alger    FAF: L'AGO a adopté les bilans    UN COMBAT CONTRE SOI    Covid-19: «Le retour au confinement partiel n'est pas exclu»    Recrudescence des cas de Covid-19: Hôpitaux : retour à la case départ ?    Le Vote Des Expatriés En Question    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    Le procès de Zoukh, l'ex-wali d'Alger, reporté au 17 novembre    287 nouveaux cas en Algérie    L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    FAF: Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    REVISION DE LA CONSTITUTION : La campagne électorale s'achève aujourd'hui    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Actucult    Mine de Phosphate à Bir El Ater (Tébessa) : Un projet pour décongestionner le trafic routier    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le Real de Madrid doit réagir    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Régime sec
La banque d'Algérie abaisse le taux de réserve obligatoire à 3%
Publié dans Liberté le 17 - 09 - 2020

C'est la troisième fois depuis mars que la Banque d'Algérie décide d'abaisser le taux de réserve obligatoire, dans une quête permanente de libérer des liquidités.
La Banque d'Algérie vient, une nouvelle fois, d'abaisser le taux de réserve obligatoire pour apporter de l'oxygène au système bancaire algérien qui, depuis quelques mois, est au bord de l'asphyxie.
Le Comité des opérations de politique monétaire (COPM) de la Banque d'Algérie, qui s'est réuni lundi dernier, a décidé de réduire le taux de réserve obligatoire, c'est-à-dire le niveau des avoirs que les établissements bancaires et financiers sont tenus de garder en compte auprès de la Banque centrale, de 6% à 3%. Le COPM a également décidé l'activation des opérations principales de refinancement à un mois.
Ces décisions, qui confortent celles prises en avril dernier, "permettront de libérer, pour le système bancaire, des montants additionnels de ressources et de mettre ainsi à la disposition des banques et des établissements financiers des moyens supplémentaires en faveur du financement de l'économie nationale et du soutien de l'activité économique", souligne le communiqué de la Banque d'Algérie.
Ces nouvelles mesures de politique monétaire interviennent en réaction à la contraction des liquidités des banques.
Dans un communiqué sur la situation économique durant le premier trimestre 2020 et les perspectives d'évolution, la Banque centrale a indiqué, en juin dernier, que "la liquidité globale des banques a poursuivi sa baisse en 2020, passant de 1 557,6 milliards de dinars à fin 2018 à 1 100,8 milliards de dinars à fin 2019, pour atteindre 916,7 milliards de dinars à fin mai 2020, soit une contraction de la liquidité bancaire de 184,2 milliards de dinars par rapport à son niveau enregistré à fin 2019".
Après les baisses enregistrées en 2015 et 2016, la liquidité bancaire s'est relativement stabilisée après le lancement des opérations d'open market d'injections de liquidités à partir de mars 2017 pour ensuite croître fortement dès novembre 2017 après la mise en œuvre du financement non conventionnel (planche à billets).
La Banque d'Algérie avait alors augmenté le taux de réserve obligatoire, pour le porter à 8% en janvier 2018, ensuite à 10% en juin 2018 et enfin à 12% en février 2019. La planche à billets ayant été mise en veille depuis le milieu de l'année dernière, les banques voient de nouveau baisser leur niveau de liquidités.
À la lumière de ces évolutions, la Banque d'Algérie a procédé en mars 2020 à la réduction du taux de réserve obligatoire de 10% à 8%. Elle a également abaissé de 25 points de base (0,25%) son taux directeur pour le fixer à 3,25%.
En avril dernier, la Banque d'Algérie a, une nouvelle fois, réduit de 25 points de base (0,25%), le taux directeur applicable aux opérations principales de refinancement, pour le fixer à 3% au lieu de 3,25%, ainsi que le taux de réserve obligatoire de 8% à 6%.
Ces décisions ont comme objectif de dégager de nouvelles ressources de financement pour l'économie nationale à même d'atténuer le double impact de la Covid-19 et la baisse des prix des hydrocarbures sur la croissance.
Le ministre des Finances a déclaré, au début du mois en cours, que le problème du manque de liquidités enregistré récemment dans le pays était dû principalement au ralentissement de l'économie nationale du fait du confinement imposé par la pandémie de Covid-19, notamment de mars à juillet.
"La disponibilité de la liquidité est prévue au plus tard en octobre, avait-il assuré, avec la reprise des activités économiques." Mais pour certains experts, le manque de liquidités renvoie, également, aux difficultés structurelles du système bancaire en matière de mobilisation et d'utilisation de l'épargne. La collecte des ressources est considérée comme le talon d'Achille du système bancaire algérien.
Sur les quelque 5 000 milliards de dinars de monnaie fiduciaire en circulation, qui représentent près de 32% de la masse monétaire globale, entre 1 500 à 2 000 milliards de dinars représentent l'épargne, hors circuits bancaires, des agents économiques. Une hausse des retraits d'argent a été constatée depuis le début de la pandémie.

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.