L'agression féodale et le Hirak.    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    LIBYE : L'Algérie salue l'accord de cessez-le-feu global    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    Série A: la Sampdoria s'offre l'Atalanta    Clasico: encore un record pour Fati !    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    Tebboune réitère l'engagement de l'Etat    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Un clasico devant 100 000 sièges vides, une première    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Le chef de l'ONU s'inquiète d'une «situation tendue»    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Oran : Plantation d'arbres à l'université    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Concours du meilleur joueur de mandole algérien : Appel à Candidature    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Par-delà l'image    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les citoyens interpellent le wali
Abattage anarchique des ovins, des bovins et de la volaille à Chlef
Publié dans Liberté le 21 - 09 - 2020

"La situation est grave et risque de provoquer de regrettables conséquences sanitaires dans le cas où les autorités administratives et sécuritaires compétentes n'interviendraient pas pour mette fin, dans l'immédiat, à ce danger qui prend une ampleur de plus en plus inquiétante au fil des jours." C'est là le SOS que des citoyens viennent de lancer à l'attention des responsables locaux, en premier lieu le wali de Chlef, à propos de l'abattage anarchique des ovins, des bovins et de la volaille.
Selon des témoignages de plusieurs citoyens plaignants, bien que ce phénomène soit nouveau, il est en train de connaître quand même un développement rapide et étonnant, surtout après la fermeture de l'abattoir communal pour des raisons inconnues il y a plusieurs mois : "Même si nous ne pouvons pas confirmer cette information étant donné que nous ne sommes pas spécialistes en la matière, il nous a été fait plusieurs fois savoir que certains des animaux égorgés et destinés à la consommation auraient même été malades."
Les mêmes témoignages expliquent aussi, dans le même contexte, que l'un des abattoirs anarchiques qui attire le plus d'attention à Chlef reste celui qui se trouve juste à proximité du marché de hay Bensouna, situé au centre même de la ville. "Celui-ci reçoit fréquemment des ovins, des bovins et de la volaille qui n'ont jamais fait l'objet d'un quelconque contrôle de la part des services vétérinaires. Et malgré cette dramatique situation dans laquelle se trouvent ces animaux, leur viande est exposée à la vente au même marché afin d'être achetée par les consommateurs qui ignorent tout sur ce qu'ils achètent et consomment", ajoutent encore les mêmes citoyens.
Des remarques et des avis semblables sont également partagés par les membres de l'association des consommateurs Salama de la wilaya de Chlef. Selon plusieurs de ses représentants, la sonnette d'alarme au sujet de cette situation a déjà été tirée et le wali aussitôt informé "car le danger sanitaire que court chaque consommateur s'il tombe sur une viande impropre à la consommation est imminent et fatal".
Contactés même discrètement, personne des bouchers du marché de hay Bensouna ni les prétendants auteurs des abattages en question n'ont voulu se prononcer sur la question.

AHMED CHENAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.