Palestine: le plan d'annexion se poursuivit en prétextant de la création de "réserves naturelles"    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    La liberté dans le respect de l'autre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Musulmans de France, tous coupables ?    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce qui est reproché à Noureddine Tounsi
Le lanceur d'alerte sous les verrous
Publié dans Liberté le 26 - 09 - 2020

Ancien employé du port d'Oran et lanceur d'alerte dans la lutte contre la corruption, Noureddine Tounsi a été interpellé en milieu de semaine passée près de son quartier d'El-Hamri et placé sous mandat de dépôt par le juge d'instruction du tribunal correctionnel de Cité Djamel. Dans son réquisitoire introductif, le procureur de la République entend poursuivre le lanceur d'alerte pour intelligence avec l'étranger, divulgation de secrets professionnels et outrages et violences à fonctionnaires et institutions de l'Etat.
En clair, selon Me Farid Khemisti, avocat de Noureddine Tounsi, il est reproché à son client ses liens avec la Plateforme de protection des lanceurs d'alerte en Afrique (PPLAAF), manifestement qualifiée de "partie étrangère", et ses interventions virulentes sur les réseaux sociaux dénonçant le fonctionnement de la justice et le comportement suspect de certains magistrats. "Comme son nom l'indique, la PPLAAF est une structure qui vise à protéger les lanceurs d'alerte, ce que Noureddine Tounsi est depuis plusieurs années. Quant aux reproches qu'il fait à certains magistrats, il affirme disposer de preuves irréfutables à l'appui", relève l'avocat, surpris par la gravité des charges retenues contre son client.
La protection, c'est précisément ce que Tounsi — il a alerté sur la gestion du port, les importations de l'OAIC... — et quelques-uns de ses pairs, licenciés de leur emploi et/ou poursuivis en justice, réclament depuis des années de l'Etat algérien. "Nous risquons nos vies et la tranquillité de nos familles pour alerter sur les malversations et les trafics. Mais au lieu de bénéficier d'une protection, nous sommes persécutés, parfois menacés de mort, sans que les autorités réagissent", a dénoncé Tounsi au cours d'un sit-in de protestation organisé par quelques lanceurs d'alerte en 2019 à proximité du palais de justice d'Oran.
Il y a quelques jours encore, Tounsi dénonçait le refus du parquet général d'Oran d'enregistrer une plainte contre les dérives de magistrats qu'il avait déposée à travers la plateforme numérique du ministère de la Justice. "J'ai reçu un message me confirmant l'enregistrement de ma réclamation et m'enjoignant de me rendre au parquet général d'Oran pour déposer le dossier. Mais l'instance judiciaire a refusé d'accuser réception", a-t-il relaté en substance, en s'interrogeant sur ce refus de se conformer à la procédure mise en place par le ministère de la Justice.
Noureddine Tounsi a été interpellé lundi dernier, alors qu'il était en compagnie de son avocat Me Arrab et de leurs enfants mineurs. Il a été conduit au siège de la sûreté de wilaya pour une garde à vue de 48 heures avant d'être déféré devant la justice, mercredi après-midi, et placé sous mandat de dépôt par le magistrat instructeur.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.