Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Larbi Ouanoughi a fait long feu
L'ANEP consomme son 6e P-DG en deux ans
Publié dans Liberté le 29 - 09 - 2020

Avec le limogeage, avant-hier, de Larbi Ouanoughi, moins de six mois après sa nomination à la tête de l'Anep, la gabegie qui a prévalu dans la gestion de la régie étatique de publicité n'est pas près de livrer tous ses secrets.
Il n'est pas exclu que le désormais ex-PDG de l'Agence nationale d'édition et de publicité ait fait les frais de ses sorties médiatiques tonitruantes, récusant des groupes d'influence au pouvoir qui auraient fait, à ses dires, "main basse sur l'Anep", cette vache à lait qui monopolise plus de 60% du marché de la publicité en Algérie et gère une enveloppe de près de 350 millions de dollars.
Au-delà des effets d'annonce et autres révélations dites fracassantes de Larbi Ouanoughi, s'agissant de la gestion anachronique de l'Anep qui aura consumé en moins de 2 ans pas moins de six P-DG, peu de choses ont changé.
Nommé le 6 avril dernier au poste de président-directeur général de l'Anep, Larbi Ouanoughi a dressé un tableau noir de la situation de l'organisme qu'on venait de lui confier, non sans promettre une grande lessive dans la maison Anep et une gestion transparente de celle-ci.
Estimant les créances de l'Anep à plus de 4 300 milliards de centimes alors que près de 5 000 autres milliards sont définitivement perdus, il s'était offusqué que l'Anep fonctionnne au téléphone et "qu'une aussi florissante entreprise ne soit pas dans une dynamique de croissance".
Révélant des chiffres à donner le tournis, s'élevant à des centaines de milliards distribués par l'Anep au profit de journaux sans aucun audimat et en transgression des règles élémentaires du marché, le désormais ex-DG de l'Anep avait alors lancé l'idée de l'élaboration d'une sorte de cahier des charges renfermant 15 critères sur la base desquels sera distribuée la publicité publique.
Auparavant, Larbi Ouanoughi avait installé un conseil d'administration (CA) de l'Anep qui devra, désormais, composer avec son successeur Adel Kansous. Reste à savoir si celui-ci rompra ou non avec le modus operandi de Larbi Ouanoughi qui a fait long feu comme prédit par certains observateurs.

Kamel GHIMOUZE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.