Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Encore un corps repêché à El Tarf    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Ould Kaddour dans le collimateur    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Sans diagnostic point de remède !    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les non-dits
31e partie
Publié dans Liberté le 30 - 09 - 2020

Résumé : Fadhéla lui confie que sa mère s'inquiète du blocage qu'ils ont eu durant leur lune de miel. Mais ils passent une bonne nuit. Le lendemain, il sort acheter des viennoiseries pour un petit-déjeuner romantique. Fadhéla lui montre qu'ils sont loin d'être dans un cadre romantique. Après le déjeuner, elle lui demande de récupérer sa valise au cottage. Rédha lui recommande de ne pas toucher à la chambre de son colocataire...
Fadhéla ne s'aventure pas dans sa chambre. Si la veille elle n'a rien pu voir de celle de Rédha, là, elle en a tout le temps. Elle est déçue. Non seulement le linge sale traîne ici et là, mais il y a des cannettes de bière sous le lit et des restes de sandwichs. Il lui en faut du temps pour mettre de l'ordre et tout changer. Elle peut comprendre qu'en ayant perdu son travail il se soit laissé aller.
- Pas à ce point ! Fadhéla se parle à elle-même. Quand elle sort de la chambre, elle tombe sur Saïd.
- Ah vous êtes là. Bonjour.
- Bonjour, répond-elle, gênée.
- J'aurais dû deviner que vous êtes la fée du logis.
Cela commence à ressembler à un appartement, dit-il en souriant.
- Il faudra des jours pour en faire un foyer chaleureux. Vu son état, on voit bien qu'il n'y a que des hommes. Je ne savais plus par où commencer le rangement et le ménage.
- Rédha en a de la chance.
- C'est gentil, murmure-t-elle. D'après ce qu'il m'a dit, vous êtes amis.
- Beaucoup plus que cela. Nous sommes des frères.
- Vous vous êtes comportés comme des adolescents. Au lieu de passer le temps à boire, vous auriez pu... chercher du travail, faire le ménage, fait-elle remarquer. Vous êtes encore célibataire ? Saïd rit.
- Oui et non, j'ai bien une amie mais j'ignore encore si c'est la bonne moitié. Ta belle-mère reviendra-t-elle ici ?
- Oui, répond Fadhéla, surprise. Nous sommes venues pour être avec Rédha.
Elle se tourne vers la porte d'entrée qui s'ouvre sur lui, poussant la valise. Elle l'accueille chaleureusement.
- Te voilà enfin ! Il va falloir que tu me fasses de l'espace dans ton armoire, lui dit-elle. Là, je vais finir de nettoyer.
Mais Rédha refuse.
- Laisse tomber, nous avons mieux à faire. Nous allons sortir avec ma mère. Allez, ne perds pas de temps.
Fadhéla choisit une tenue puis file prendre une douche. Dans le meuble de la salle de bains, elle trouve des produits de beauté pour hommes. Il y a aussi des rouges à lèvres, des cils et des prothèses mammaires. Dans un tiroir, il y a des bas.
- Ils prennent seulement soin de leurs personnes ! Le reste laisse à désirer ! La petite amie de Saïd était comme eux. Elle s'occupe d'elle uniquement !
Elle se coiffe et se maquille. Une fois prête, elle retourne au salon mais Rédha ne s'y trouve pas.
Elle va à leur chambre. "Il doit être aux toilettes, pense-t-elle en retournant au salon, alors que la porte de la chambre du fond s'ouvre sur Rédha qui en sort tout souriant.
- Je te raconterai la suite, dit-il avant de fermer derrière lui et de tomber sur elle.
- Fadhéla ?
- Je te croyais au petit coin, répond-elle alors qu'il la faisait tourner sur elle-même.
- Doucement !
- Tu es si belle !
- Merci. Dis-moi, qu'est-ce que tu faisais dans sa chambre ? Que lui racontais-tu ? Rédha a un étrange sourire avant de lui confier à l'oreille.
- Je lui ai raconté notre première nuit. Il voulait tout savoir.
- Non ! Tu n'as pas osé faire cela ? demande Fadhéla, devenue cramoisie par la honte, reculant d'un pas alors qu'un sentiment de colère monte en elle. Mais qu'est-ce qui t'a pris de parler de choses intimes ?
- Inutile d'en faire un drame, tempère Rédha. Saïd est mon ami, un frère. Du calme...

(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.