Les angles de l'ingérence    Saïd Bouhadja n'est plus    Non-respect de l'échéancier de paiement: Sonelgaz met en garde les abonnés    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Oran: Neuf harraga et trois passeurs arrêtés    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Les instructions de Djerad aux walis    Le gouvernement entretient le suspense    L'hommage de Messi à Maradona    Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    Déjà en phase de modernisation    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Liberté pour Yacine Mebarki    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zeghmati relance le débat sur la peine de mort
il défend son application pour certains crimes
Publié dans Liberté le 01 - 10 - 2020

Près de trente ans après le moratoire sur la peine de mort, l'Algérie pourrait bien faire machine arrière.
Le ministre de la Justice a annoncé, mardi dernier à des sénateurs, que le gouvernement était sur le point d'étudier un nouvel amendement au code pénal de sorte à rétablir partiellement la peine de mort. Le garde des Sceaux n'a pas expliqué s'il s'agissait de lever le moratoire ou simplement de peines qui seront prononcées, mais sans exécution.
En réponse à un sénateur qui lui posait la question, ce mardi, sur les nouvelles dispositions qui seront contenues dans l'amendement du code pénal, Belkacem Zeghmati a annoncé que le gouvernement allait étudier la possibilité de rétablir la peine de mort pour les crimes liés au kidnapping d'enfants, à l'assassinat d'enfants et à la mutilation de cadavres.
Une sortie quelque peu surprenante d'autant plus que le gouvernement algérien a imposé un moratoire sur la peine de mort depuis 1993. Depuis cette date, aucune peine de mort n'a été exécutée. Bien au contraire, "les autorités algériennes défendent ce moratoire même dans les institutions internationales", affirme Hassina Oussedik, directrice d'Amnesty International Algérie.
Notre interlocutrice a rappelé que "même durant la période des grands massacres des années 1990, l'Algérie n'avait pas recouru à la peine de mort". Interrogée sur la position de son organisation par rapport à la sortie du ministre de la Justice, Hassina Oussedik avoue ne pas avoir lu la déclaration de Belkacem Zeghmati, mais elle exprime "une position de principe".
"Nous sommes catégoriquement opposés à la peine de mort, et ce, quels que soient la situation ou le crime commis", a-t-elle précisé. Pourquoi ? En plus d'être "une atteinte à la dignité humaine", la peine de mort est "irréversible" car elle "peut tuer des innocents" et surtout "parce qu'elle n'est pas dissuasive". Pour preuve, dans les pays qui la pratiquent encore, "le nombre de crimes n'a pas baissé".
"Il ne sert donc à rien" d'appliquer cette sentence. C'est le cas de l'Algérie qui, en s'imposant un moratoire depuis 1993, reconnaît "quelque part que cela ne sert à rien".
La défenseuse des droits de l'Homme est par contre "déçue" que l'abolition de la peine de mort ne soit pas clairement inscrite dans la proposition de l'amendement constitutionnel en cours. Le chiffre des condamnations à mort diminue régulièrement en Algérie, indique Mme Oussedik.
Sur le plan mondial, la directrice de la section algérienne d'Amnesty International rappelle que l'année 2019 a enregistré le nombre le plus bas des condamnations à mort exécutées dans le monde. Cela a représenté 5% de moins durant l'année précédente. Amnesty International a recensé au moins 657 exécutions dans 20 pays en 2019, enregistrées essentiellement en Arabie saoudite, en Egypte, en Chine, en Iran et en Irak.
Le chiffre reste approximatif puisque le nombre de personnes exécutées en Chine n'est pas connu avec exactitude. Contrairement au nombre d'exécutions, le nombre de pays qui souscrivent à l'abolition, en droit ou en pratique, augmente. Ils étaient 142 Etats, dont l'Algérie, à n'avoir exécuté aucun condamné à mort en 2019.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.