Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Euro 2020 : Le match Danemark-Finlande va reprendre    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    Toute colonisation est un investissement perdu    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Les Canaris en plein vol...    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Elles et ils militent contre l'oubli !    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Khaldi : "Revoir la politique du football"    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Un vendredi calme sans Hirak    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La peine de mort est un acte de vengeance et non de justice»
Hassina Oussedik, directrice d'Amnesty Algérie
Publié dans El Watan le 02 - 04 - 2015

L e moratoire sur l'exécution de la peine de mort prononcé en 1993 et demeurant en vigueur à ce jour est en soi une reconnaissance de l'inutilité de la peine de mort comme moyen de dissuasion ou d'amoindrissement des actes criminels.
Les pouvoirs publics franchiront-ils le pas de l'abolition ? C'est en tout cas le vœu exprimé, hier, par la directrice d'Amnesty International en Algérie, Hassina Oussedik, lors de la présentation du rapport sur la peine de mort dans le monde pour l'année 2014.
«Un moratoire n'est pas une garantie de l'extinction à jamais de l'exécution de la peine de mort, il peut suffire d'un changement de régime ou de situation pour que les dirigeants du moment conduisent les détenus ayant bénéficié du moratoire vers l'exécution», souligne la responsable d'AI qui plaide pour que la société civile fasse plus de pression sur les pouvoirs publics afin de faire aboutir la cause de l'abolition de la peine capitale.
Cette condamnation n'a aucunement et à aucune période de l'histoire mené à l'absence de criminalité. «Une justice qui tue n'est pas une justice», indique Mme Oussedik en notant qu'un Etat ne peut s'arroger le droit de vie ou de mort sur un citoyen quel qu'il soit. Mme Oussedik se félicite du rôle de promoteur du moratoire que joue l'Algérie au sein des Nations unies en vue d'inciter les pays à cesser l'application de la peine de mort, mais estime qu'il y a un effort supplémentaire à faire en décrétant l'abolition. «De par son histoire et le nombre élevé d'exécutions appliquées sur les Algériens par le pouvoir colonial, l'Algérie se devait de promulguer l'abolition de la peine de mort dès son indépendance.
La première Assemblée de l'Algérie indépendante avait plaidé en ce sens, malheureusement Ben Bella avait refusé et le colonel Chaabani fut exécuté. La peine de mort, au-delà de son aspect de peine prononcée contre les criminels, est aussi une arme de pression sur l'opposition ; il est regrettable que des peines de mort soient encore prononcées dans l'Algérie indépendante», déclare Mme Oussedik. Et d'ajouter : «On ne peut que se réjouir du nombre décroissant de peines prononcées, mais on s'interroge comment se fait-il que l'Algérie qui joue un rôle moteur pour le moratoire ne puisse pas arriver à l'abolition !» La directrice d'AI donne peu de crédit à la justification selon laquelle l'abolition déplairait à l'opinion publique : «Les Etats disent qu'ils ne peuvent abolir la peine de mort, car les opinions publiques ne sont pas prêtes.
Ceci est faux, il n'y a jamais eu de sondage pour le prouver, l'opinion publique sait pertinemment que les exécutions n'ont jamais réduit la criminalité.» Mme Oussedik estime que la vraie raison du maintien de la peine est de l'utiliser comme slogan électoraliste et attirer plus de votants lors des échéances électorales. «La peine capitale n'est pas un gage de justice, mais un acte de vengeance», estime la conférencière en notant que même dans la lutte contre le terrorisme, la peine de mort n'est pas un moyen de dissuasion. «Le moratoire a été appliqué durant la décennie noire. Si dans ces années terribles nous avons pu le faire, cela prouve que nous pouvons et devrions arriver à l'abolition aujourd'hui» dit-elle.
Hassina Oussedik reproche la passivité de la société civile sur cette question et appelle les avocats, les journalistes et toutes les personnes sensibles à la justice d'activer et faire pression sur les pouvoirs publics pour arriver à cette abolition. Elle reproche en outre à la coalition contre la peine de mort en Algérie son manque d'efficacité. En 2014, 607 exécutions ont eu lieu dans le monde et 2466 condamnations ont été prononcées. Les exécutions ont eu lieu dans 22 pays, dont la Chine, les Etats-Unis, l'Irak, l'Iran et l'Arabie Saoudite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.