JM Oran-2022: prise en charge par le MJS des programmes de préparation de 325 athlètes    Manchester City: Elu homme du match, Mahrez buteur face à Wolverhampton (Vidéo)    Ces habitudes nocturnes qui vous font prendre du poids    Man City : Guardiola ne tarit pas d'éloges à l'égard de Mahrez : "Il est exceptionnel"    Radiothérapie: de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Le chantier des 120 logements LSP d'Arzew à l'arrêt depuis 16 ans: Protestation des souscripteurs devant la direction du logement    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Renforcement des capacités digitales dans l'enseignement supérieur: Lancement officiel hier du projet européen [email protected]    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    La brindille que tu méprises t'éborgnera    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Tout est sous contrôle    10.000 logements à la clé    Une femme égorgée à son domicile    Une Fédération pour les énergies renouvelables    La 2A devient GIG-Algeria    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un chef-lieu de daïra au statut de zone d'ombre
AIN EL-ARBA (AIN TEMOUCHENT)
Publié dans Liberté le 01 - 10 - 2020

Dépourvu de beaucoup d'infrastructures de base, le chef-lieu de la daïra d'Aïn El-Arba s'est vu ironiquement qualifié par ses citoyens de "daïra déléguée".
L'on se rappelle le vent de révolte qui a soufflé au tout début du mois de février dernier sur Aïn El-Arba, une daïra située à une trentaine de kilomètres du chef-lieu de wilaya Aïn Témouchent quand des jeunes de la localité ont investi la rue pour revendiquer leur part du développement. Pour eux, leur localité qui a bénéficié du statut de daïra à la faveur du découpage de 1984 n'a finalement pas bénéficié des avantages attendus, considérant qu'ils vivent dans un douar et non dans une daïra au point de qualifier Aïn El- Arba de daïra-déléguée. Pour cause, en l'absence de structures de bases et pour leurs besoins, les citoyens de cette daïra sont contraints de se déplacer régulièrement dans la commune voisine Hammam Bou-Hadjar et chef-lieu de daïra distante d'une dizaine de kilomètres.
Outre qu'elle soit dépourvue de structures socioéconomiques, cette daïra a vu celles qu'elle recèle détournées vers la cité thermes, à l'image du tribunal et les services de l'administration fiscale (recette et inspection) qui ont été rattachés au nouveau centre des impôts de proximité (CPI) qui englobe les contribuables soumis à l'impôt unique forfaitaire (IFU). Aussi, les citoyens de cette daïra revendiquent une agence Sonelgaz, une agence BADR dans cette localité à vocation agricole, une agence commerciale de téléphone (Actel), une gare routière ainsi que la réalisation de nouveaux établissements scolaires du cycle primaire pour faire face au système de la double vacation que subissent leurs enfants.
La revendication principale demeure, bien sûr, celle du projet portant sur la réalisation d'un hôpital d'une capacité de 60 lits qui n'a jamais vu le jour, alors qu'il avait fait l'objet d'une inscription dans le cadre du plan quinquennal avec le choix du terrain. "Nous sommes fatigués des évacuations vers l'établissement hospitalier de Hammam Bou- Hadjar", fulmine un jeune qui dénonce cette léthargie qui perdure depuis des décennies. Mais ce qui a aggravé cette situation est la vacance de toute une administration qui est sensée prendre en charge les doléances des citoyens pour cause.
La preuve ? La gestion de la commune a été confiée à... un intérimaire, à la suite du gel de l'APC alors que la daïra était sans chef depuis plus de quatre mois jusqu'à l'affectation, cette semaine, d'un nouveau responsable. Jeudi 24 septembre, lors de la visite d'inspection effectuée dans les quatre communes que compte cette daïra, le nouveau wali de Aïn Témouchent, Mohamed Moumene, a eu tout le loisir de constater cette amère réalité. "Nous avons une école qui compte 424 élèves répartis sur 6 classes, soit 71 élèves par classe.
Ce qui nous obligera à passer au système de la double vacation. Comment donc appliquer le protocole sanitaire dans ce cas là ?", s'est interrogé un citoyen, en s'adressant au wali. Celui-ci s'est engagé à prendre en charge ce dossier, en lui consacrant une réunion spéciale. Lors de cette visite, le chef de l'exécutif s'est rendu dans un grand nombre de zones d'ombre éparpillées à travers les localités de Tamzoura, Oued Sebbah et Sidi Boumediène.
Des endroits où les citoyens ont exprimé leurs besoins nécessaires à une vie décente dont certains devront trouver des solutions urgentes comme l'habitat rural, le raccordement aux réseaux électrique, gaz, l'ouverture et le revêtement de certaines pistes rurales. De son côté, le wali a appelé la société civile à s'impliquer dans la prise de décisions relatives à toutes les opérations inhérentes au développement local.

M. LARADJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.