Leipzig : Nagelsmann dément des discussions avec le Bayern    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    L'Abef allège le recours au Credoc    Le pic de l'inconscience    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Akkin i tsusmi" ou les quiproquos du théâtre social
La générale est prévue le 11 octobre à Paris
Publié dans Liberté le 01 - 10 - 2020

Un couple d'émigrés kabyle s'apprête à recevoir des invités à Paris. Bizarrement, le couple d'invités n'arrive pas, suscitant inquiétude et questionnement chez les hôtes parisiens. Spontanément, une dispute s'enclenche chez ces derniers. Etalant leur vision du monde diamétralement opposée, l'homme et sa femme divergent sur les hypothèses de cette absence. La polémique enfle et révèle des quiproquos absurdes, y compris sur leur vie intime, au point de remettre en cause les fondements de leur propre couple. Akkin i tsusmi (au-delà du silence) du metteur en scène Hace Mass met à nu les travers de la société.
Empruntant beaucoup au théâtre médiéval, la nouvelle pièce dont la générale est prévue le 11 octobre à Paris nous réconcilie avec le 4e art. L'auteur est quelqu'un qui a bourlingué depuis le temps. Hace Mass s'est accompli à Montréal où il a affiné les techniques théâtrales. Il a eu l'occasion durant son séjour qui aura duré de 2008 à 2015 d'écumer les planches montréalaises. Durant son expérience canadienne, il a participé au travail de deux troupes théâtrales. Le théâtre de l'Aube, avec Margot Monette avec la pièce
L'ahurissant vertige de M. Maelstrom, et La Comédia sous la direction de Serge Dunajewsky, avec qui il a joué dans la pièce La brune que voilà, du dramaturge québécois Robert Lamoureux. Comédien, metteur en scène, dramaturge et poète, Hace Mass, qui écrit dans les deux langues, tamazight et français, a également adapté nombre de chefs-d'œuvre universels. Des adaptations faites à la manière de Mohia.
Il a ainsi adapté des œuvres d'Emile Zola, Garcia Marquez, Jack London, Léo Ferré, Mahmoud Darwich, Khalil Gibran, Oscar Wild, Graeme Allwright, Jacques Brel, Félix Leclerc, Esope, Confucius, etc. Lui qui est monté sur scène à l'âge de 13 ans au village s'est projeté très vite dans l'univers du 4e art, en se mettant sur les traces du dramaturge Mohia, de nom d'artiste Muhend u Yahia. L'expérience théâtrale sera affinée à la fac au contact d'autres artistes qui se faisaient inviter dans les cités U à Tizi Ouzou.
Et c'est naturellement que Hace Mass a intégré la troupe universitaire de la cité d'Oued Aïssi, à l'époque véritable bouillon de culture. En participant au Festival national universitaire, Hace Mass a vu son travail couronné de distinctions pour ses textes et son rôle sur scène. Son passage en France a été plutôt un passage à vide, selon son propre aveu.
"L'expérience en France fut un désert, vu le manque de comédiens d'expression kabyle", déplore-t-il. C'est cette période qu'il a mise à profit pour la lecture et l'écriture pour explorer les univers théâtraux des autres cultures. "Je voulais explorer d'autres techniques méconnues pour améliorer la manière de présenter les textes dans la langue maternelle", explique le comédien qui a à son actif deux publications, Les rides du temps (poésie) et La douceur de l'amertume (théâtre). Akkin i tsusmi sera jouée en duo avec la comédienne Samia Izli. Après la générale, la troupe Tinifsan sera en tournée à Lyon, Montréal, Béjaïa et d'autres villes qui restent à confirmer.

Yahia Arkat


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.