Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"
Il soupçonne des luttes d'appareils
Publié dans Liberté le 24 - 10 - 2020

À l'issue de la réunion de son secrétariat national, tenue vendredi à Alger, le RCD dresse un sombre tableau de la situation politique dans le pays et appelle à une "mobilisation pacifique" pour "l'avènement d'une autre alternative".
Pour décrire la situation actuelle dans le pays, le Rassemblement pour la culture et la démocratie a fait le parallèle entre ce qui se fait actuellement et la période durant laquelle Abdelaziz Bouteflika était au pouvoir.
Le RCD constate "avec regret que les dérives ayant marqué l'ère du président déchu sont reconduites d'une manière plus ostentatoire encore, dans une situation de fragilité du tissu social, de panne financière, de régression économique et d'incertitudes aux plans régional et international", note ainsi le communiqué de la direction du RCD rendu public hier.
Pour arriver à leurs fins, les autorités s'adonnent à une "instrumentalisation sans précédent de l'appareil sécuritaire, administratif et judiciaire pour le compte de l'option autoritariste choisie par l'armée", commente le communiqué du RCD.
Les signes de ce comportement sont visibles dans "la brutalité et la stigmatisation à l'endroit de militants et de patriotes" qui "sont érigées en règle pour tenter d'asseoir un pouvoir en tout point de vue illégitime, voire antinational". Le parti accuse le pouvoir d'utiliser l'argent et la fiscalité pétrolière pour "se payer une nouvelle clientèle".
Par le biais de la fiscalité pétrolière, le pouvoir cherche à "réorganiser une clientèle moulée dans les arcanes des prébendes, de la corruption et de l'obéissance servile", fulmine le communiqué du RCD. Outre la répression, le parti de Mohcine Belabbas révèle que le pouvoir est confronté à des luttes internes.
La preuve est donnée, selon le communiqué du parti, par la campagne que mène le chef d'état-major de l'ANP en faveur du projet de la révision constitutionnelle. Ainsi, le parti relève que "le chef d'état-major de l'ANP", "d'habitude discret", médiatise "les visites du chef de l'Etat au siège du MDN et s'implique plus que les membres de l'Exécutif dans la promotion de la révision de la Constitution".
"Aucun acteur de la scène politique nationale ne peut manquer de s'interroger sur une telle attitude", ajoute le communiqué qui précise que cette situation implique deux conclusions : "Certains penchent sur l'incapacité de Tebboune à faire cesser les querelles de chapelle dans le système et à entraîner derrière lui les centres du régime, d'autres estiment que la nouvelle doctrine interventionniste imprimée à l'armée dans le texte de cette révision de la Constitution rencontre des résistances sérieuses dans le sérail."
Tout en dénonçant "la cabale orchestrée" contre son président et les attaques "répétées" contre le parti, le RCD estime que ces faits "ne sont pas de nature à nous faire dévier de ces objectifs que nous défendons publiquement, en particulier, dans le Pacte de l'alternative démocratique (PAD)".
Il appelle "l'ensemble des patriotes à agir pacifiquement pour l'avènement d'une autre alternative conforme aux sacrifices et aux aspirations du peuple algérien pour vivre dans un pays de libertés, de démocratie et de solidarité".

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.