PSG : Neymar remis à temps pour le match face à l'OM    Foot - Classement Fifa : L'Algérie conserve sa 30e position, perd une place au niveau africain    Benzema devra encore patienter pour le jugement    Loi criminalisant la spéculation: les opérateurs appelés à déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    Elections locales à Mostaganem : Des maires et des ex-députés exclus de la course aux candidatures    Météo : pluies sous forme d'averses orageuses dans plusieurs wilayas du pays à partir de ce vendredi    La prédiction de Ronaldinho pour Mbappé    Le procès Hamel reporté au 17 novembre    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Un scrutin miné ?    Rejet de 77 dossiers de candidature    Le RND au bord de la crise    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Des candidats exclus font appel    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le PAD dénonce «une Constitution de laboratoire»
Dans un communiqué au vitriol
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 09 - 2020

Les forces du Pacte de l'alternative démocratique qualifient le projet de révision constitutionnelle de «Constitution de laboratoire», accusant le pouvoir de remettre à flots une clientèle politique, tout en s'attaquant au multipartisme et à l'opposition.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Dans un communiqué sanctionnant une réunion tenue le 31 août écoulé, le PAD soutient que ce projet de révision constitutionnelle constitue une «fuite en avant qui signe, encore une fois, une volonté́ de détourner et de confisquer, par la force et la fraude, le droit fondamental du peuple algérien à décider librement de son avenir». Et de considérer que la démarche référendaire du 1er novembre 2020 «ne peut, en aucun cas, constituer une solution durable à la gravissime crise politique que vit le pays», refusant de s'inscrire dans la «double forfaiture d'un référendum sur une Constitution imposée, a fortiori, le jour anniversaire du glorieux 1er Novembre». Ce qui constitue, aux yeux des membres du PAD, une «brutale confiscation de la souveraineté́́ du peuple qui reste déterminé́ à obtenir le départ du système par un processus constituant souverain, à travers une transition démocratique indépendante». Et de considérer que c'est aussi une «autre usurpation irresponsable d'une date historique chère, qui constitue le patrimoine mémoriel et patriotique de tout le peuple».
Annonçant sa volonté́ d'organiser des rencontres publiques autour de la problématique des libertés fondamentales — politiques ou syndicales — comme enjeux majeurs de la démocratie et la citoyenneté,́ et comme instruments indispensables à la concrétisation des objectifs démocratiques proclamés par la révolution populaire, les forces du PAD estiment que «les priorités sont ailleurs, loin des soucis et soubresauts tragi-comiques des alternances claniques. Appelant à respecter la volonté́́ populaire», exprimée depuis bientôt deux ans, pour la construction d'un Etat civil, démocratique et social souverain, dans lequel règnent la primauté́ du droit et le respect des libertés citoyennes et des droits de la personne humaine».
Par ailleurs, évoquant la situation sanitaire du pays, les forces du PAD relèvent que «sept mois de la pandémie Covid-19, les réponses données par les autorités du pays sont restées en deçà ̧des besoins du secteur de la santé et ceux de la population», estimant que la situation sociale et économique du pays – déjà̀ gravement détériorée par la chute des prix des hydrocarbures depuis 2015 — s'est aggravée, surtout dans les domaines de l'emploi et du pouvoir d'achat du citoyen, en raison du confinement et des décisions à la hussarde». Et d'avertir quant à une rentrée sociale «des plus difficiles, comme le montre la double rentrée scolaire et universitaire qui se déroule dans des conditions catastrophiques».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.