Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mobilisation pour la libération des détenus
MARCHES PACIFIQUES DANS CINQ CHEFS-LIEUX DE DAIRA À BEJAIA
Publié dans Liberté le 25 - 10 - 2020

Dans ces cinq villes, les manifestants ont scandé les slogans chers au mouvement populaire, tels que "Libérez les détenus d'opinion", "Pour le départ du système", "Pour un Etat civil et non militaire"...
La mobilisation populaire pour "la libération des détenus d'opinion" était au rendez-vous, hier, lors des manifestations pacifiques organisées par le mouvement populaire du 22 Février 2019, dans cinq chefs-lieux de daïra de la wilaya de Béjaïa.
Les villes de Kherrata, de Souk-El-Tenine et d'Aokas, sur la côte est de Béjaïa, ainsi que celles de Seddouk et d'Amizour, dans la vallée de la Soummam, ont abrité, hier, des marches populaires pour "la libération des détenus d'opinion".
À Kherrata, dès 10h, les manifestants qui commençaient à affluer vers la place du 16-Février — point de départ habituel de ces marches hebdomadaires — ont battu le pavé jusqu'à atteindre le siège de l'APC (point de chute de la marche) puis se sont dispersés dans le calme.
Par ailleurs, à la station balnéaire de Souk El-Tenine — qui en était à sa deuxième marche pacifique —, la procession humaine s'est ébranlée du centre-ville vers le siège de la daïra en empruntant la RN09. Il faut tout de même préciser que cette marche, qui s'est déroulée dans le calme, n'a pas drainé beaucoup de monde.
Dans la ville d'Aokas, une autre station balnéaire de la côte est de la wilaya de Béjaïa, la mobilisation citoyenne en était également à son deuxième acte, après la marche pacifique du samedi 17 octobre dernier.
La marée humaine, marquée par une importante présence féminine, s'est ébranlée, à 10h, depuis la place Katia-Bengana pour, ensuite, sillonner les artères principales de la ville pour rejoindre le siège de l'APC. Sur les hauteurs de la vallée de la Soummam, la population de la daïra de Seddouk était, elle aussi, au rendez-vous.
Elle était hier à sa troisième manifestation de rue depuis que le mouvement populaire a renoué avec ses marches des samedis dans la région. Comme les précédentes, la marche d'hier a enregistré une forte mobilisation citoyenne avec la participation de la gent féminine.
La marche a démarré vers 11h, en face du siège de l'APC pour ensuite revenir à son point de départ. Devant le siège de l'APC, avant que les manifestants ne se dispersent dans le calme, une prise de parole a été improvisée.
Enfin, le chef-lieu de la daïra d'Amizour a abrité, hier, sa première marche populaire du Hirak. Le coup d'envoi de la manifestation a été donné vers 10h30, depuis le pont du Printemps noir. Les manifestants qui ont traversé les artères de la ville, ont marqué une halte devant le siège du tribunal d'Amizour pour une prise de parole.
Dans ces cinq villes, les manifestants ont scandé les slogans chers au Hirak, tels que "Libérez les détenus d'opinion", "Pour le départ du système", "Pour un Etat civil et non militaire", "Ulac l'vot, ulac", "Pour une transition démocratique"..., tout en brandissant des portraits de détenus d'opinion, notamment ceux de Khaled Tazaghart et de Khaled Drareni.

L. OUBIRA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.