La résolution du Parlement européen, une ingérence flagrante dans les affaires de l'Algérie    Energies renouvelables: M. Chitour et l'ambassadeur de Chine examinent les perspectives de coopération bilatérale    Disparition : Henri Teissier est décédé    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Madjer revient sur son limogeage de l'EN    VIH Sida: plus de 2000 nouvelles infections dont 150 décès en Algérie depuis 2019    Deux terroristes abattus mardi à Jijel    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : "L'Algérie fait l'objet d'un flot d'agressions verbales''    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    LDC : Le programme de ce mardi    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    L'hommage du procureur à... Abassi Madani    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    L'UGTA s'oppose à l'arrêt technique décidé par la direction    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Le fisc peine à taxer les fortunes    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    21 décès et 978 nouveaux cas    Le procès de 14 hirakistes ajourné au 21 décembre    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Le positivisme, le négativisme, et mille et une choses encore    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entrée en vigueur du traité interdisant les armes nucléaires
Après sa signature hier par un 50e pays
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2020

Le traité international interdisant les armes nucléaires a été ratifié par un 50e pays, a annoncé samedi l'ONU, ce qui permet l'entrée en vigueur dans 90 jours de ce texte que ses promoteurs jugent historique.
Bien que le traité n'ait pas été signé par les principaux détenteurs de l'arme atomique, les militants pro-abolition espèrent que son entrée en vigueur sera plus que symbolique. C'est le Honduras qui est devenu le 50e pays à avoir ratifié le traité, nombre à partir duquel le texte entre en vigueur.
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a célébré l'événement. C'est "la culmination d'un mouvement mondial pour attirer l'attention sur les conséquences humanitaires catastrophiques de tout usage des armes nucléaires", selon un communiqué de son porte-parole.
"Cela représente un engagement important vers l'élimination totale des armes nucléaires, qui reste la plus haute priorité des Nations unies en matière de désarmement", ajoute le communiqué.
Des organisations non gouvernementales ont, elles aussi, salué l'événement, notamment la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (Ican). Cette ONG qui a obtenu en 2017 le prix Nobel de la paix pour son rôle dans l'élaboration du traité a salué un progrès "historique".
"Aujourd'hui, c'est une victoire pour l'humanité et la promesse d'un futur plus sûr", a déclaré dans un communiqué Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge (Cicr). Le Japon, seul pays à avoir subi le feu nucléaire, a exclu de signer le traité pour l'instant et a mis en doute son efficacité.
"Nous ne pouvons pas nous empêcher de douter de l'efficacité du traité, auquel les puissances nucléaires ne peuvent pas s'associer", a déclaré hier à des journalistes le ministre japonais de la Défense Nobuo Kishi. Le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires prohibe l'utilisation, le développement, la production, les essais, le stationnement, le stockage et la menace d'utilisation de telles armes.
Il avait été approuvé par l'Assemblée générale des Nations unies en juillet 2017 avec le soutien de 122 pays. Et il a désormais été signé par 84 pays. Parmi ceux qui l'ont ratifié récemment figurent le Nigeria, la Malaisie, l'Irlande, Malte, Tuvalu. Après la 50e ratification, celle du Honduras, le traité doit entrer en vigueur le 22 janvier 2021, a annoncé l'ONU. Mais les principaux pays possédant l'arme nucléaire, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Chine et la Russie, ne l'ont pas signé.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.