Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    A l'initiative de l'ambassade des Pays-Bas: Lancement du programme «Orange Corner» destiné aux startups    L'INVICIBILITE DU TEMPS    Maroc-Sahara Occidental: Vive tension dans la région    CAF : Ahmad Ahmad suspendu cinq ans par la Fifa    Ligue des champions d'Europe: Le PSG au pied du mur    USMA - Limogeage de François Ciccolini: Des faits mais aussi des non-dits    A l'appel de l'UNPEF: Protestation annoncée dans les écoles    900 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Trois autres dans un état grave: Six personnes tuées par de l'alcool frelaté à Tiaret    Le spectre de la sécheresse s'éloigne    Rahabi s'attend à une relance du processus politique    Les laboratoires privés pointés du doigt    1.005 nouveaux cas et 19 décès    Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    AADL: Lancement à la fin du mois en cours des travaux de réalisation de 140.000 logements    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    La justice otage du virus    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    106 kg de viande et abats saisis    Cinq joueurs ménagés    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    Le MCO dans la ligne de mire    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée
Alors que 21 personnes sont mortes en une semaine
Publié dans Liberté le 28 - 10 - 2020

La médiation internationale en Guinée a "exhorté" hier les autorités guinéennes "à lever (le) dispositif" de sécurité qui empêche l'accès au domicile du chef de l'opposition, Cellou Dalein Diallo, et au siège de son parti, après huit jours de violences qui ont suivi la réélection contestée du président sortant Alpha Condé.
La mission des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), de l'Union africaine (UA) et de l'ONU "exhorte" dans un communiqué "les autorités guinéennes à lever ce dispositif dans la perspective d'un dialogue inclusif", au lendemain d'une rencontre avec M. Diallo à son domicile, où il affirme être séquestré depuis plusieurs jours par les forces de l'ordre.
La médiation demande en outre "aux autorités guinéennes de faire en sorte que les forces de défense et de sécurité agissent avec retenue et professionnalisme dans la gestion des manifestations". Elle appelle aussi à des "enquêtes pour faire la lumière sur les violences afin de traduire les auteurs en justice".
Le gouvernement guinéen a déclaré lundi soir que 21 personnes ont été tuées depuis le 19 octobre dans les violences post-électorales, dont des membres des forces de l'ordre.
Les autorités avaient jusqu'à présent fait état d'une dizaine de tués, tandis que l'opposition évoque au moins 27 morts. Lors d'une conférence de presse lundi, le gouvernement a par ailleurs indiqué que plus de 240 personnes avaient été interpellées à travers le pays depuis huit jours.
La médiation internationale a rencontré depuis son arrivée, dimanche, à Conakry le président Alpha Condé, des membres du gouvernement guinéen et de la Cour constitutionnelle, la commission électorale (Céni) et des ambassadeurs de pays occidentaux et africains.
Selon Amnesty International, les forces de sécurité ont fait depuis une semaine un usage excessif de la force, tirant à balles réelles contre des manifestants.
L'ONG a aussi condamné les coupures d'internet. M. Diallo est crédité de 33,5% des votes, selon les résultats provisoires annoncés samedi par la commission électorale (Céni), contre 59,5% pour le président sortant Alpha Condé. Le chef de l'opposition a confirmé lundi son intention d'introduire un recours contre ces résultats, entachés, selon lui, de fraudes massives, devant la Cour constitutionnelle.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.