SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Bouira : Les structures sportives se dégradent    Arsenal - Wilshere : "Özil ? C'est une honte"    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Haïzer (Bouira) : Dysfonctionnements à la polyclinique    Violences contre les femmes : 96 affaires traitées depuis janvier à Tizi Ouzou    Man City : Mahrez et ses coéquipiers assurés de terminer premiers de leur groupe    7 conseils pour dormir plus rapidement    Combat «Don quichotien» ?    Indifférence aux prix    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Quand s'endetter rapporte    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Procès de Karim Tabbou : verdict le 07 décembre    NI OFFRE NI DEMANDE    oeuvres sociales de l'Education: Une prime pour le personnel infecté par la Covid-19    Khenchela: L'ancien et l'actuel directeurs de la CCLS écroués pour corruption    Henri Teissier, l'ancien archevêque d'Alger, est décédé    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Prolongement du confinement partiel dans 34 wilayas    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    La vente des billets à partir de demain    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cote d'alerte
Malnutrition infantile au Yémen
Publié dans Liberté le 28 - 10 - 2020

Parallèlement au conflit opposant les Houthis aux autorités de transition, la reprise des combats entre les séparatistes sudistes et les forces gouvernementales a aggravé une situation déjà chaotique dans ce pays, en guerre depuis 2014.
La malnutrition infantile au Yémen a atteint "les niveaux les plus élevés" depuis le début en 2014 de la guerre qui ravage le pays, a indiqué mardi l'ONU, précisant que la pandémie de coronavirus et l'insuffisance des financements pour l'aide aggravaient la situation humanitaire.
L'ONU avait déjà déploré en mars 2017 que ce conflit opposant le gouvernement et les rebelles houthis avait généré dans ce pays très pauvre de la péninsule Arabique la pire crise humanitaire actuellement au monde, marquée notamment par la famine et par les épidémies.
"La malnutrition aiguë des enfants atteint les niveaux les plus élevés que nous ayons vus depuis le début de la guerre", a indiqué Lise Grande, coordinatrice humanitaire de l'ONU pour le Yémen, citée dans un communiqué commun mardi de plusieurs agences onusiennes.
Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë d'enfants de moins de cinq ans ont été enregistrés dans le Sud, ont indiqué l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).
Et les résultats d'une enquête en cours dans le Nord devraient être "tout aussi préoccupants", ont-elles poursuivi. La malnutrition sévère a augmenté de 15,5% chez ces jeunes enfants. Au moins 98 000 d'entre eux présentent un "risque élevé de mourir" s'ils ne reçoivent pas un traitement urgent, ont prévenu les agences.
"L'escalade du conflit et le déclin économique, auxquels s'ajoute le lourd impact de la pandémie de Covid-19, ont poussé une population déjà épuisée au bord du gouffre", a résumé l'ONU, ajoutant que les programmes d'aide, y compris l'aide alimentaire d'urgence, avaient été interrompus à mesure que les financements se tarissaient.
En raison du conflit, plus de 24 millions de personnes – soit près de 80% de la population – dépendent d'une forme d'aide humanitaire, et la situation s'est fortement détériorée en 2020. Mais seulement 1,43 milliard de dollars (1,21 milliard d'euros) sur les 3,2 milliards nécessaires pour financer les programmes d'assistance au Yémen avaient été versés mi-octobre, selon l'ONU.
L'organisation a annoncé en septembre que l'aide essentielle avait été réduite dans 300 centres de santé et que plus d'un tiers de ses principaux programmes humanitaires avaient été réduits ou complètement interrompus.
Plusieurs donateurs, dont l'Arabie Saoudite qui intervient militairement au Yémen pour appuyer le gouvernement contre les Houthis, n'ont pas tenu leurs promesses d'aide, avait souligné à l'époque un fonctionnaire de l'ONU au Conseil de sécurité.
Parallèlement à ce conflit, la situation risque de virer au pire dans le sud du Yémen, où des combats sporadiques entre le gouvernement yéménite et le Conseil de transition du Sud (CTS) ont repris lundi, aucun accord n'ayant pu être conclu sur la formation d'un nouveau gouvernement de partage du pouvoir dans cette région séparatiste.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.