LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    MANQUE D'EAU A SIDI BEL ABBES : Ain Témouchent appelée à la rescousse    ORAN : Explosion d'un transformateur électrique 60/30 kV à El Kerma    SITUATION POLITIQUE EN ALGERIE : Goudjil dénonce une "campagne" contre l'Algérie    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    Ligue 1: ouverture d'un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    Lyon: Aouar sanctionné, Garcia approuve    TIARET : Remise des clés à 2322 bénéficiaires de logements    OUED LILI (TIARET) : 2 voleurs de cheptel arrêtés après un accident de la route    ABANDONNES PAR L'ENTREPRENEUR : Des bénéficiaires de LPA crient à l'injustice à Mascara    Ligue des champions: le CRB et le MCA pour démarrer du bon pied    L'APLS poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Conseil des MAE de l'OCI: Boukadoum conduira la délégation algérienne    L'Algérie perd une place au classement FIFA    Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Saïd Bouhadja n'est plus    Des journalistes créent une association nationale de soutien avec le peuple sahraoui    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Entre avancées et entraves    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Kaboré en tête des résultats partiels    "La sécurité, c'est mieux !"    Le décès de Maradona secoue le monde du football    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Une médaille pour nos revers !    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'inflation amorce une nouvelle accélération
Elle est projetée à 4,5% pour l'année prochaine
Publié dans Liberté le 28 - 10 - 2020

Les projections du projet de loi de finances pour 2021 prévoient une accélération du rythme de l'inflation dès l'année prochaine.
En décélération sur plusieurs mois, selon les mesures périodiques de l'Office national des statistiques (ONS), les poussées inflationnistes devraient à nouveau ressurgir et connaître même une accélération d'ici à l'année prochaine. Calculé par l'ONS à 2% à fin septembre écoulé, soit au même taux que l'année précédente, le rythme moyen de l'inflation des prix à la consommation devrait passer à 3,5% en 2020 et à 3,8% l'année d'après, prévoient ainsi les dernières anticipations sur l'économie algérienne, publiées tout récemment par le Fonds monétaire international (FMI).
Moins optimistes encore, les projections tenant lieu de cadrages au projet de loi de finances pour l'exercice à venir prévoient une accélération des poussées inflationnistes à 4,5% dès 2021, puis une légère décélération à 4,05% en 2022, avant un nouveau rebond à 4,72 % en 2023, selon les données du ministère des Finances présentées la semaine dernière à l'Assemblée populaire nationale (APN).
En guise d'explication à ces remontées attendues de l'inflation, le même département ministériel avance un vague argument de "baisse de la consommation et des revenus des ménages et des sociétés, suite à l'exécution d'instruments de la politique monétaire".
Aussi, si l'hypothèse d'un retour franc au dispositif de "la planche à billets" reste jusqu'ici officiellement exclue, les raisons évoquées par le ministère des Finances pour expliquer l'accélération prévue de l'inflation laissent clairement prévoir un accès effectif à une nouvelle politique d'expansion monétaire.
Les décisions prises ces quelques derniers mois par la Banque d'Algérie (BA) pour desserrer les contraintes sur les liquidités bancaires (abaissement des seuils de réserves obligatoires des banques) plaident, d'ailleurs, en faveur d'une politique monétaire plus souple, voire pour des créations monétaires pures et simples pour contrer au moins les incidences économiques et sociales de la crise sanitaire en présence.
Il reste, cependant, à maîtriser les contrecoups de ces nouvelles orientations monétaires qui, par les risques inflationnistes qu'ils charrient, pourraient à terme participer à éroder un pouvoir d'achat des ménages déjà fortement plombé par les crises économique et sanitaire en cours. Des risques d'autant plus accrus qu'aux incidences probables d'une inflation d'origine monétaire devra venir s'ajouter, dès l'année prochaine, celles découlant de l'accélération attendue de la dépréciation du pouvoir d'achat de la monnaie nationale.
Comme anticipé en effet à travers le projet de loi de finances pour 2021, la valeur du dinar devrait accélérer sa chute vis-à-vis du dollar à un rythme annuel de 5% en moyenne d'ici à 2023. Source indirecte d'une inflation importée, au regard du renchérissement qu'elle produit sur l'ensemble des biens provenant de l'importation, la dépréciation du dinar aura ainsi un effet plus que défavorable sur le pouvoir d'achat des ménages, mais aussi et surtout sur les coûts et la rentabilité des entreprises locales de production.
Aussi, entre une possible expansion monétaire, une dépréciation prévue du dinar et la dérégulation structurelle des systèmes de formation des prix sur les marchés internes, les tendances inflationnistes, en accalmie depuis l'année dernière, vont recommencer, dès les prochains mois, à peser fortement sur le pouvoir d'achat des Algériens.

Akli Rezouali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.