PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des spécialistes craignent le pire
flambée des contaminations à Oran
Publié dans Liberté le 05 - 11 - 2020

La crise sanitaire à Oran se conjugue avec la rentrée des classes du moyen et du secondaire. Un événement qui suscite davantage d'inquiétude quant à l'explosion des cas positifs, une contamination par la Covid-19 en constante augmentation et qui tourne autour de 45 à 50 cas quotidiens depuis le 10 octobre dernier, comme le rappelle le Dr Youcef Boukhari, chef du service prévention à la Direction de la santé et de la population (DSP) d'Oran. Evoquant cette rentrée des classes, il explique qu'un protocole a été mis en place en collaboration avec la Direction de l'éducation, regrettant, toutefois, qu'il ne soit pas respecté. Il n'hésite pas à qualifier la situation d'anarchique en faisant remarquer le taux d'absentéisme important des enseignants.
Le non-respect des mesures de prévention parmi la population reste l'une des raisons qui inquiètent les professionnels de la santé. Et le Dr Boukhari de prévenir qu'Oran pourra comptabiliser plus de 80 cas quotidiens dans les prochains jours. Pour le Pr Abdelaziz Tadjeddine, chef du service épidémiologie et médecine préventive à l'hôpital pédiatrique de Canastel, le retour à l'école ne pose pas intrinsèquement de problème pour peu que les mesures de prévention soient respectées. "Nos enfants doivent absolument revenir à l'école", affirme-t-il en précisant qu'"il n'y aura pas de gros soucis avec les enfants scolarisés au primaire". Mais la situation peut changer au niveau des collèges et lycées de la ville qui doivent observer un protocole sanitaire strict.
À ce propos, il précise qu'"il n'existe pas trente-six règles, mais trois qu'il faut impérativement suivre en aérant suffisamment les classes, en respectant la distanciation physique et le port obligatoire du masque à partir de 12 ans". Commentant la situation actuelle du coronavirus, il avoue que, malgré ses nombreuses lectures et les débats suivis, il ne dispose d'aucune information crédible pour expliquer ce qu'il se passe. "Ce qui est confirmé aujourd'hui sera remis en doute demain", observe-t-il, plaçant l'Algérie dans une situation intermédiaire entre une Europe très touchée par cette deuxième vague et une Afrique subsaharienne résiliente. Le Pr Tadjeddine s'insurge également contre les effets d'annonce du gouvernement en prenant l'exemple du vaccin antigrippal qui n'a toujours pas été distribué. "Cela n'a pas de sens s'il le distribue fin novembre ou début décembre, c'est aujourd'hui qu'il faut le faire. Nous sommes le 4 novembre et nous n'avons rien reçu", s'inquiète-t-il.
SAID OUSSAD


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.