Inter Milan-Milan AC : Les compositions d'équipes    Ligne ferroviaire Saïda-Tiaret-Tissemsilt : Le projet sera-t-il livré cette année ?    Belmadi s'exprime sur l'avenir de Guardiola avec Man City    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Charfi répond aux «petits» partis    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    L'Entente face au révélateur Médéen    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Le monde en bref...    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Paroles d'un porte-parole    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malek, un jeune chanteur en "vogue"
Il vient de sortir son premier titre
Publié dans Liberté le 29 - 11 - 2020

Malek Vogue est encore méconnu sur la scène musicale en Algérie, mais grâce aux réseaux sociaux, il commence à se faire une place dans le milieu artistique en France. De son vrai nom Ouahmed, Malek a quitté le pays à 18 ans pour poursuivre ses études en journalisme ; il s'est orienté par la suite vers le domaine du marketing et de la communication.
Diplôme en poche en 2018, deux ans après, il signe un contrat avec l'agence d'influenceurs "Sœurette Productions" à Paris. Âgé aujourd'hui de 24 ans, il vient de sortir son premier titre intitulé Oh my vogue qui a enregistré des dizaines de milliers de vues en quelques jours.
À propos de sa passion pour la musique, il nous a confié qu'elle a commencé dès son plus jeune âge : "Ce domaine m'a animé : je m'identifiais aux chanteurs que je regardais dans les clips musicaux qui passaient à la télévision et à la radio. Je rêvais de leur ressembler.
Je passais des journées, des nuits entières à essayer de les imiter, et c'est grâce à cela, je pense, que je suis tombé amoureux du monde de la musique." Et de poursuivre : "La musique représente pour moi une vraie thérapie, une compagne de vie, que j'aimerais garder auprès de moi... Je vis pour cette passion : chanter et créer de la musique."
Concernant la diffusion de son titre sur le web, pour Malek c'est un rêve qui devient enfin une réalité ! "Il s'agit de mon tout premier son, mon premier bébé. Pour le titre de la chanson, cela est en référence à mon pseudo sur instagram @voguebymalek.
Avec des amis, nous associons le mot «vogue» à ce qui obéissait à la définition du chic", a-t-il souligné. Et d'expliquer : "Cette chanson représente donc un parcours, une histoire, mon histoire que j'ai voulu raconter avec mes doutes, mes rêves et ma persévérance."
S'inscrivant dans l'univers pop-soul, ses références musicales sont puisées de différents univers auxquels il s'"identifie", notamment à Troye Sivan, Conan Gray, Jorja Smith, Kali Uchis qui représentent "cette ‘new wave' de pop urbaine internationale". Suite à cette première expérience, le jeune chanteur espère sortir un opus, car "un album est la confession d'un artiste.
On y laisse toute son âme et son cœur. Cela demande beaucoup de travail, de rigueur et de sérieux. Je pense être prêt, car j'ai l'envie, la hargne et la volonté de bien faire". Sur ce projet, il compte apporter une nouvelle touche, de nouveaux concepts qui riment avec "positivité et bonne énergie".
Outre la musique, Malek Vogue s'est distingué par son look atypique et assez excentrique, qui lui ont valu des milliers d'abonnés sur Instagram. Questionné sur l'impact des réseaux sociaux sur la propulsion d'une carrière, il a rétorqué que "tout est possible aujourd'hui ‘grâce' aux réseaux sociaux. Je suis très proche de mes ‘voguepeople'. Ils ne manquent jamais de répondre à mes sondages, d'être présents à mes lives, de réagir à mes covers de chansons hebdomadaires.
D'ailleurs, j'ai beaucoup de jeunes artistes dans ma communauté qui veulent se lancer et me demandent conseil". Et de conclure : "C'est certainement grâce à eux que j'ai eu des sollicitations de la part de marques diverses, de producteurs de musique qui étaient convaincus que je répondais à leur image de marque, à leurs attentes."

H. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.