Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    Chanegriha supervise un exercice tactique avec munitions réelles    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    Djerad aux walis: Les actes d'urbanisme doivent être délivrés dans les délais    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Sahara Occidental : la décision de Trump en cours d'examen    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    CR Belouizdad: Méforme ou accident de parcours ?    Tournoi de l'UNAF - U17: Victoire logique de l'Algérie face à la Libye    Première phase de vaccination contre la Covid-19: 124.000 personnes ciblées    Réalisés pour parer à l'informel: 21 marchés «parisiens» désertés depuis plusieurs années    Aïn El Turck: Une tentative de construction illicite avortée    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    7 longues années d'attente    Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    Session de formation aux métiers de l'export    Prolongation de mandat    Enquête    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Principes et autres considérations    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour
"LE FOU DE LEILA", DE J.-C. FOURNIER
Publié dans Liberté le 30 - 11 - 2020

Jean-Claude Fournier a travaillé entre 1983 et 1986 en tant que coopérant dans des lycées d'Amizour et de Béjaïa. De ses années est né un roman, Le Fou de Leïla, paru chez Tafat Editions au second semestre 2020. Le roman, fortement inspiré de la réalité, commence avec l'arrivée du ferry au port de Béjaïa. À son bord, des enseignants, mais pas seulement.
Depuis un peu plus de vingt ans après l'indépendance de l'Algérie, des diplômés français avaient décidé de s'expatrier volontairement dans le cadre de la coopération bilatérale pour exercer dans l'ancienne zone coloniale les fonctions d'ingénieur, de médecin et, surtout, d'enseignant. Jean-Claude Fournier et ses principaux personnages appartiennent à cette dernière catégorie. Mais l'un d'eux, Serge en l'occurrence, y revient après y avoir effectué un premier voyage au lendemain du cessez-le-feu, à bord, cette fois, d'une frégate pour être affecté à la base navale de Mersa El-Kebir, dans l'Oranie.
C'est là qu'il fera connaissance avec Leïla, une fille originaire de Cap Aokas, qui, pour échapper à un mariage forcé, avait dû quitter son petit coin. Celle-ci a fini dans une maison close de Aïn El-Turk, où Serge avait été nommé comptable. Mais cette aventure amoureuse, naïve et tendre, a été interrompue par la maladie de Serge, qui avait dû regagner la France. Et c'est pour renouer avec cet amour, impossible, qu'il a choisi la coopération à Béjaïa où il espérait revoir Leïla. Cette histoire d'amour quasi impossible servira de fil d'Ariane à ce roman, où l'auteur prend le pari de "faire cohabiter peinture socioéconomique et culturelle, carnets de voyage et histoire d'amour/métaphore de la condition de la femme algérienne". Il y avait, en effet, place pour deux, voire trois bouquins.
L'auteur, qui a assurément un talent de conteur, gagnerait à reprendre l'histoire d'amour séparément. Cependant, en faisant de l'une de ses héroïnes, Leïla, une ancienne péripatéticienne, il avait dû faire preuve de plus d'imagination pour pouvoir la réinsérer socialement, a fortiori dans une société conservatrice comme la nôtre. Si les plus âgés des lecteurs n'auront aucun mal à se remémorer l'Algérie du début des années 1980 que l'auteur a peinte tout au long des 335 pages avec la crise du logement – qui a atteint également les coopérants – mais aussi les pénuries, les files d'attente devant les galeries et autres souks el-fellah, dont les étals étaient désespérément vides, les plus jeunes auront du mal à le faire dans l'Algérie actuelle, où les rayons sont bien achalandés.Bien que ces coopérants français aient été surpris que "les haines accumulées pendant la guerre de Libération" "n'avaient pas laissé de trace dans le cœur des gens", les rancœurs semblaient, ajoutera l'auteur, "abolies par la fierté d'être enfin libre de décider de soi-même de son destin".
Et qu'importait, poursuit-il, "si l'indépendance n'avait pas encore changé significativement la vie des populations rurales et citadines". L'auteur écrit, page 73, qu'"ici, en terre d'Islam", ces naufragés de la vie "croyaient avoir trouvé l'ultime étape de leur errance. Ils rêvaient de rencontrer celle qui leur serait servie sur un plateau par un père prêt à promettre sa fille à un Occidental". Propos qui témoignent, si besoin est, de l'absence d'intégration d'une bonne partie de cette fournée annuelle d'enseignants. D'ailleurs, ils vivaient essentiellement en communauté.
M. Ouyougoute


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.