L'Etat attaché à la moralisation de l'action politique    "Les Douanes doivent contribuer à la lutte contre la corruption"    "Un travailleur a besoin d'un salaire de 75.000 dinars    "On voit le bateau couler et on ne fait rien"    Alain Portes décide de poursuivre son aventure avec l'Algérie    243 nouveaux cas positifs et 5 décès en 24 heures    "Une dérobade historiquement indigne"    Ligne ferroviaire Saïda-Tiaret-Tissemsilt : Le projet sera-t-il livré cette année ?    Belmadi s'exprime sur l'avenir de Guardiola avec Man City    Inter Milan-Milan AC : Les compositions probables    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Charfi répond aux «petits» partis    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Le monde en bref...    Paroles d'un porte-parole    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes
Afrique subsaharienne
Publié dans Liberté le 02 - 12 - 2020

Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes en Afrique subsaharienne, en raison de la pandémie de coronavirus qui rendu le traitement de la malaria difficile, voire impossible, a averti l'OMS (Organisation mondiale de la santé), lit-on sur le site de l'ONU.
"Dans les scénarios les plus optimistes, une interruption de 10% de l'accès à un traitement antipaludéen efficace en Afrique subsaharienne pourrait entraîner 19 000 décès supplémentaires", selon les estimations de l'OMS, précisant que "si l'accès aux soins diminue de 15%, 28 000 décès supplémentaires devraient être observés.
Des interruptions de 25% et 50% dans la région pourraient entraîner respectivement 46 000 et 100 000 décès supplémentaires". Pour l'organisation onusienne, "les lacunes en matière d'accès aux outils vitaux sapent les efforts mondiaux visant à enrayer la maladie, et la pandémie (de Covid-19, ndlr) devrait faire reculer la lutte encore davantage".
Le constat du directeur du programme de lutte contre le paludisme de l'OMS, Pedro Alsonso, est sans appel. "Selon nos estimations, en fonction du niveau de perturbation des services (due à la Covid-19, ndlr), il pourrait y avoir un excès de décès dus au paludisme de l'ordre de 20 000 à 100 000 en Afrique subsaharienne, la plupart chez les jeunes enfants", a-t-il déclaré lors d'un point de presse, lundi.
"En 2019, le nombre d'infections nouvelles tournait autour de 229 millions de personnes, un nombre qui est relativement stable ces quatre dernières années. Au total, le paludisme a fait quelque 409 000 morts en 2019, contre 411 000 en 2018." Mais les effets de la fermeture des frontières et l'incidence socioéconomique de la pandémie risquent de saper les efforts menés par l'OMS. Toujours selon les chiffres onusiens, "en 2019, quatre pays ont concentré près de la moitié de tous les cas dans le monde : le Nigeria (27%), la République démocratique du Congo (12%), l'Ouganda (5%) et le Mozambique 4%".
L. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.