L'Etat attaché à la moralisation de l'action politique    "Les Douanes doivent contribuer à la lutte contre la corruption"    "Un travailleur a besoin d'un salaire de 75.000 dinars    "On voit le bateau couler et on ne fait rien"    Alain Portes décide de poursuivre son aventure avec l'Algérie    243 nouveaux cas positifs et 5 décès en 24 heures    "Une dérobade historiquement indigne"    Ligne ferroviaire Saïda-Tiaret-Tissemsilt : Le projet sera-t-il livré cette année ?    Belmadi s'exprime sur l'avenir de Guardiola avec Man City    Inter Milan-Milan AC : Les compositions probables    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Charfi répond aux «petits» partis    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Le monde en bref...    Paroles d'un porte-parole    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opinion politique à l'appréciation des juges
Le verdict du procès karim tabbou mis en délibéré pour le 7 décembre
Publié dans Liberté le 02 - 12 - 2020

Les avocats de la défense et leur mandant ont mis en avant, durant les débats, le fait que c'est la parole politique qui est visée à travers ce procès.
Dans ses réponses aux questions de la juge, concentrées essentiellement sur ses déclarations tenues en mai 2019 à Kherrata et des interventions sur des plateaux de télévision, Karim Tabbou, soutenu dans sa démarche par ses avocats, a placé la parole politique au centre des débats.
Face à la juge qui insistait pour le confondre sur ses déclarations portant sur l'ancien chef de l'armée, le militant politique a mis en avant sa qualité de militant politique.
"Je ne fais que de la politique et lorsque je parle en public, j'utilise les mots de militant politique", a-t-il mis en avant face aux accusations d'atteinte à l'armée pour laquelle, il est poursuivi depuis plusieurs mois par deux juridictions différentes.
Intervenus après leur mandant, les avocats de la défense ont également mis en avant le fait que c'est la parole politique qui est visée à travers ce procès.
"Si nous continuons à juger et à condamner tous ceux qui osent porter la parole en public, plus personne ne fera de politique dans ce pays", s'est indigné Mostefa Bouchachi, très éloquent comme à ses habitudes.
Le ténor du barreau a rappelé à la juge et au procureur de la République, qui a requis 3 ans de prison ferme contre le porte-parole de l'UDS, que Karim Tabbou est un homme "politique" et la conférence dans laquelle il lui est reproché de tenir des paroles contre l'armée "était publique" et a "reçu l'assentiment de l'administration locale".
Le même discours a été soutenu par Zoubida Assoul, Abdellah Heboul et surtout Amar Zaïdi qui a rappelé que le prévenu est "victime d'un procès politique".
"M. Tabbou, qui est là, vous a dit publiquement que son seul métier est la politique : il est donc face à un procès politique", a, de son côté, dénoncé Salem Khatri, bâtonnier de Béjaïa.
"Les accusations portées contre M. Tabbou ne sont justifiées par aucun article de loi. Nous sommes donc forcément face à un procès politique", a relevé Hakim Saheb dans sa plaidoirie.
"On a jugé Karim Tabbou sur la base de déclarations politiques. Cela est contraire à la Constitution qui garantit le droit à l'activité et à l'expression politiques", a, pour sa part, insisté Zoubida Assoul, elle-même femme politique. L'autre point soulevé par ce procès est lié au rôle de l'armée dans l'arène politique.
Dès le début du procès, Karim Tabbou a rappelé, sans le citer dans un premier temps, que le chef de l'armée de l'époque, Ahmed Gaïd Salah, s'était jeté dans l'arène politique. Le critiquer ne pouvait donc être assimilé à une attaque contre l'institution militaire.
"Lorsqu'un gendarme ou un militaire est recruté, on lui rappelle que l'exercice politique lui est interdit. Cela est en principe la règle. Mais le chef de l'armée de l'époque se mêlait de la politique, parlait de la rentrée scolaire et avait fixé la date des élections", rappelle Karim Tabbou qui revient au contexte politique de l'année 2019.
Plus que cela, Ahmed Gaïd Salah "avait traité les opposants de ‘chardhama' et de ‘vendus'. Il était donc de mon devoir comme militant politique de défendre la liberté", a-t-il indiqué tout en appelant à "casser des tabous".
"Madame la juge, je vous défie de me citer un article de loi qui permet au chef de l'armée de s'adresser aux Algériens", ont relevé plusieurs avocats. "Nous avons vu des Algériens traiter le Parlement, qui est une institution constituante, d'‘assemblée de coiffeuses'".
"Quelqu'un parmi les procureurs de la République a décidé de poursuivre les auteurs de ces déclarations en justice ? Non, parce qu'il s'agit de discours politique. Cela doit être la même chose avec l'institution militaire qui est une institution républicaine au même titre que toutes les autres", a insisté Mostefa Bouchachi.
Puis, "le représentant de l'armée est en principe le ministre de la Défense et en aucun cas le chef d'état-major de l'armée", a rappelé de son côté Hakim Saheb. À préciser que le verdict est mis en délibéré pour le 7 décembre prochain.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.